Lire cet article dans:

Euthanasie à la ferme de porcs grands ou adultes

Les pistolets à tige perforante n'entraînent pas la mort chez les grands porcs ou porcs adultes ; ils ne les rendent qu'inconscients, c'est pourquoi une action postérieure est nécessaire pour assurer la mort du porc.

Mercredi 7 Juin 2017 (il y a 4 mois 14 jours)

Dans une exploitation commerciale il est parfois nécessaire d'euthanasier certains porcs dans la ferme même, soit à cause de lésions, infections ou anomalies physiques. Le besoin peut surgir pour des raisons de bien-être animal – pour alléger ou éviter la souffrance –, pour des motifs de sécurité alimentaire (par exemple des abscès multiples), ou pour des motifs économiques, lorsque le porc ne pourra pas atteindre le poids d'abattoir ou supporter le transport.

Le plus important est de réaliser l'euthanasie de façon humaine et sûre.

Les outils les plus communément utilisés sont les pistolets à tige perforante, mais ils n'entraînent pas la mort chez les grands porcs ou chez les porcs adultos ; ils ne les rendent qu'inconscients, c'est pourquoi une action postérieure est nécessaire pour assurer la mort du porc.

Le tir doit être réalisé sur le point où se croisent les lignes unissant la base de chaque oreille avec la sortie du canal lacrymal de l'œil opposé. Le porc doit être attaché de façon à être immobilisé et le pistolet doit être tenu fermement contre le crâne, perpendiculaire aux deux plans. Chez un verrat ou une truie adulte, il vaut mieux viser à 1cm à côté de la ligne médiane pour éviter la symphyse frontale.

Figure 1. Le X marque le point, bien que chez des animaux adultes il vaut mieux s'éloigner d'1cm de la ligne médiane.

Figure 1. Le X marque le point, bien que chez des animaux adultes il vaut mieux s'éloigner d'1cm de la ligne médiane.

Figure 2. Le pistolet à tige perforante doit être tenu perpendiculairement aux deux plans contre le crâne

Figure 2. Le pistolet à tige perforante doit être tenu perpendiculairement aux deux plans contre le crâne

A la différence des vaches ou des moutons, les porcs souffrent de convulsions après le tir, bien qu'ils soient inconscients ; il faut attendre jusqu'à 60 secondes pour qu'elles s'appaisent avant de pouvoir lacérer le tissu nerveux ("pithing"). Ceci induit d'insérer une tige dans l'orifice du crâne pour détruire la base du cerveau – on peut utiliser une tige spécifique, mais un cathéter d'IA peut être utilisé. Il est important de ne pas avoir les pieds entre les pattes du porc car il est possible que d'autres convulsions se produisent, il vaut mieux rester de l'autre côté pour insérer la tige. Une alternative est la saignée par la section des carotides avec un couteau aiguisé. Dans les deux cas, il faut vérifier la mort par le réflexe palpébral.

Figure 3. Lorsqu'on lacère le cerveau, il faut rester derrière le porc, et non entre ses pattes

Figure 3. Lorsqu'on lacère le cerveau, il faut rester derrière le porc, et non entre ses pattes

Une autre alternative pour les grands animaux est l'utilisation d'un fusil de calibre 12 à une courte distance (10 cm). Il faut viser derrière l'oreille, vers l'œil opposé. Il ne faut pas utiliser un fusil dans des espaces fermés ou sur des porcs allongés sur un sol en béton. L'usage du fusil évite d'avoir à lacérer le cerveau.

Figure 4. Utilisation d'un fusil à courte distance chez un porc allongé, en visant derrière l'oreille vers l'œil opposé.

Figure 4. Utilisation d'un fusil à courte distance chez un porc allongé, en visant derrière l'oreille vers l'œil opposé.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags