Lire cet article dans:

Actualités techniques de la DEP: évolution des virus et épisodes récurrents

La situation actuelle de la DEP consiste en une apparition continue d'épisodes modérés à graves dans beaucoup d'élevages de porcs dans toute l'Asie, aux USA et dans d'autres zones, tant dans des élevages non exposés que dans ceux ayant connu des épisodes antérieurs.

Mercredi 22 Avril 2015 (il y a 4 ans 7 mois 21 jours)
J'aime

La DEP en première ligne

La diarrhée épidémique porcine (DEP) a ouvert la voie dans la filière porcine mondiale sur les 5 dernières années et maintenant elle est considérée comme l’une des cinq principales menaces sanitaires et de conduite pour la viabilité des entreprises d’élevages porcins. La DEP est due à un virus ARN monobrin (ssRNA) enveloppé, de la famille des Coronavirus. Comme la plupart des virus ssRNA, il a des mutations de manière fréquente, ce qui a provoqué l’apparition d’une série d’épisodes de DEP avec de nouvelles souches impliquées.

La situation actuelle remonte aux cas de DEP apparus en Corée en 1992. Pendant la décennie suivante, sont apparus dans tout l’est de l’Asie des épisodes en lien avec ces souches coréennes. Par exemple, les graves cas de DEP ont commencé aux Philippines en 2004 après l’importation de jeunes porcs reproducteurs depuis la Corée. Le statut de ces porcs par rapport à la DEP n’a pas été contrôlé avant de les importer.

Un autre groupe de nouvelles souches a surgi en République Populaire de Chine en 2008, donnant lieu à de graves et longs épisodes dans toute la Chine. Ces épisodes se sont étendus plus tard à travers les frontières vers les grandes industries porcines du Vietnam et de Thaïlande. Le séquençage d’acides nucléiques montre qu’il existe essentiellement deux groupes à l’intérieur des souches chinoises actuelles, décrites habituellement comme souches chinoises « du nord » et « du sud ». En 2013, la souche chinoise du nord a été impliquée au début des importants cas de DEP aux USA. Ce transfert non intentionné d’un important pathogène porcin d’un continent à un autre a entraîné une forte préoccupation puisqu’il n’existait pas de forme de transfert clair comme le mouvement de porcs.

La situation actuelle de la DEP consiste en l’apparition continue d’épisodes, de modérés à graves, dans beaucoup d’élevages de porcs dans toute l’Asie, aux US A et dans d’autres zones, autant dans les élevages non exposés que dans ceux qui ont subi des épisodes précédents.

 

Episode typique de la DEP actuelle

 

Dans le sud de la Chine, un bâtiment de 180 truies reproductrices avec une bonne conduite, a vacciné les truies avec plusieurs vaccins, comprenant deux doses de vaccin commercial avec un virus vivant de la DEP modifié dérivé d’une souche coréenne. En mars 2015, l’élevage a connu un épisode de diarrhée explosive parmi les porcelets nés récemment dans des portées de plusieurs truies (figure 1). Les portées atteintes ont été réparties parmi les autres mises-bas normales dans la salle de maternité (figure 2). Le virus de la DEP a été confirmé par des analyses PCR de matière intestinale.

Diarrhée jaunâtre aqueuse sévère et déshydratation des porcelets atteints par la DEP.

Figure 1 : Diarrhée jaunâtre aqueuse sévère et déshydratation des porcelets atteints par la DEP.

 Diarrhée sévère et déshydratation des porcelets atteints par la DEP (gauche) par rapport à la portée normale voisine.

Figure 2 : Diarrhée sévère et déshydratation des porcelets atteints par la DEP (gauche) par rapport à la portée normale voisine.

L’éleveur a mis en place de fortes mesures de désinfection autour des zones de reproduction et le ramassage du contenu et des matières intestinales des porcelets atteints. Il a utilisé ce contenu frais pour préparer un « feedback » avec le virus vivant autogène dilué dans du lait et des antibiotiques pour administrer oralement une dose au reste des porcs élevés dans l’élevage. Pendant 2 semaines, il s’est produit un épisode qui a touché 10% des portées mais à partir de ce moment-là, les portées suivantes ont été normales.

 

Les épisodes de DEP ont tendance à réapparaître dans les élevages précédemment atteints

L’expérience actuelle de beaucoup d’élevages porcins en Asie et ailleurs est qu’après un premier cas typique de la DEP, la récurrence est courante. Cet épisode récurrent de DEP « endémique » a lieu généralement 4 à 12 mois plus tard, probablement dû à la diminution de l’immunité dans l’élevage.

On ne connaît pas la cause de cette caractéristique des épisodes de la souche actuelle de la DEP. Il est possible que les nouvelles souches chinoises aient un type de pathogénicité ou une capacité de transmission améliorée à cause des mutations. Les études d’inoculation expérimentale sur les porcelets nouveau-nés non exposés par des challenges oraux avec ces nouvelles souches de la DEP ont montré une forte virulence avec une infection épithéliale et une atrophie des villosités. Les essais de terrain ont aussi montré que beaucoup d’élevages avec des épisodes récurrents de DEP ont des infections concurrentes avec des souches pathogènes et immunosuppressives de SDRP et/ou de PPC, qui peuvent agir en limitant la capacité du porc à développer une immunité totale face à la DEP. Des enquêtes récentes dans les élevages porcins de l’est asiatique montrent que plus d’un tiers ont des infections actives avec les deux virus de SDRP et de PPC en même temps.

 

Les réponses de la filière porcine.

On a fait un effort considérable dans la recherche pour développer une information utile sur les souches actuelles de DEP. Quant aux infections des porcelets, le pic d’élimination fécale est à 6 jours p. i mais quelques porcs (10%) continuent d’éliminer à 28 jours p. i. La survie  dans l’environnement des souches actuelles dans les fèces et dans l’eau est d’environ 7 jours mais avec une survie dans les aliments, les fomites et le lisier de 14 à 28 jours. En plus des épisodes récurrents dans les élevages endémiques, la transmission locale entre les élevages dans n’importe quelle région est due en grande partie à l’arrivée de porcs, de verrats, de matériel et de camions contaminés provenant d’élevages infectés

La manière la plus utile de contrôle pendant un épisode est le prélèvement et l’utilisation d’un « feedback » de matière intestinale fraîche avec le virus de la DEP sur des animaux reproducteurs particulièrement sur les truies gestantes. L’objectif de ce procédé est l’exposition rapide de tout l’élevage à la DEP et l’apparition rapide de l’immunité avec des niveaux d’anticorps maternels spécifiques et élevés.

Il y a eu aussi un grand intérêt dans le développement des vaccins commerciaux contre la DEP avec divers produits disponibles provenant de différents pays. Ces vaccins sont normalement injectés en fin de gestation. L’objectif général est aussi d’augmenter les anticorps maternels face au virus de la DEP à des niveaux compatibles avec la prévention de l’infection chez les porcelets allaitants en vue du challenge avec la DEP.

Les entreprises pharmaceutiques coréennes et japonaises ont développé des vaccins de souches vivantes atténuées modifiées en adaptant les souches coréennes en relation avec les épisodes précédents en culture cellulaire. Les entreprises pharmaceutiques chinoises et américaines ont développé d’autres vaccins, morts et vivants modifiés à partir de nouvelles souches chinoises.

Comme on l’indique dans ce cas, l’expérience générale des éleveurs qui utilisent actuellement beaucoup de vaccins commerciaux disponibles contre la DEP est que leur usage a été rarement clairement bénéfique, avec beaucoup de cas de DEP chez des porcs vaccinés. Cet échec général dans l’efficacité de la vaccination DEP peut être dû à un grand nombre de raisons telles que les différences entre les souches vaccinales et celles de terrain, l’interférence dans le développement de l’immunité protectrice face à la DEP par l’activité immunosuppressive de la PPC et du SDRP ou l’instabilité structurelle du coronavirus de la DEP et sa relation avec l’immunité fournie par les cellules protectrices.

Par conséquent, tout élevage de porcs qui prévoit l’utilisation de vaccins doit établir que l’antigène du vaccin soit efficace contre la souche coréenne et les nouvelles souches. Les entreprises pharmaceutiques qui proposent des vaccins contre la DEP doivent être capables de démontrer par des données claires, autant de terrain qu’expérimentales, qui comparent le résultat de l’exposition au challenge de la DEP sur des porcelets de truies vaccinées ou non vaccinées. On espère que les porcelets provenant de truies vaccinées auront moins de chance de développer de la diarrhée !

Articles liés

Articles

Cas pratique de maladie de l’œdème23-Avr-2015 il y a 4 ans 7 mois 20 jours
Le coût du SDRP pour les producteurs de porcs21-Avr-2015 il y a 4 ans 7 mois 22 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags