Lire cet article dans:

Adaptation du cheptel de remplacement au virus SDRP (2/2). Les étapes pour l'obtenir

Nos vétérinaires invités parlent de l'adaptation du cheptel de remplacement au virus du SRRP, des programmes qu'ils mettent en œuvre, de la manière dont ils vérifient leur statut immunitaire; ils décrivent les scénarios de conduite particulière pour introduire le remplacement dans l'élevage de truies.

Dans les élevages de reproductrices, une introduction correcte du remplacement est la clé du contrôle du virus SDRP. L'entrée d'un remplacement non protégé (ou déjà infecté), présentant une virémie en insémination et / ou pendant la gestation, pourrait entraîner la transmission du virus, à la fois horizontalement à d'autres truies et verticalement à leur descendance. Ces types de transmission contribuent à la déstabilisation de la santé de l'élevage. L’objectif du programme d’adaptation au virus du SRRP est d’exposer le remplacement à la même souche du virus contre laquelle l'élevage est déjà immunisé, de leur permettre de se rétablir et de procéder à leur entrée sereine aux côtés des reproductrices. Dans cet article, nous passerons en revue les différentes étapes et moments des programmes d’adaptation mis en œuvre dans leurs régions respectives par nos 4 spécialistes du porc allemand, nord-américain, chinois et espagnol .

Vidal, vétérinaire de Vall Companys (Espagne), a un protocole très standardisé pour l'introduction du remplacement dans leurs élevages. Ils rentrent tous les 3 mois des groupes d'animaux entre 90-100 kg, à partir de leurs unités d'élevage de renouvellement (GDU, pour son sigle en anglais: gilt development unit) externes dans leurs bâtiments d'adaptation sur l'élevage. Dans chacune de ces quatre entrées annuelles, les animaux passent par une période de 8 semaines d'acclimatation au cours de laquelle ils veilleront à ce que tous les animaux soient exposés au virus modifié vaccinal (MLV, son sigle anglais), et potentiellement au propre virus de l'élevage. Ce dernier est difficile à obtenir, comme l'explique Vidal . Après l'exposition suit une période de 4 semaines de "refroidissement" (sans rien faire) . Pour obtenir cette exposition complète au virus SDRP, le remplacement recevra 2 doses de vaccin MLV et, quelques jours après la seconde dose, le groupe de remplacement sera exposé à des truies de réforme, de matières fécales des salles de mise-bas et à des porcelets (choisis) du propre sevrage de l'élevage (site 2).

Böhne, d’Allemagne, est d'accord avec ce protocole concernant l’exposition du renouvellement aux truies de réforme et à d’autres animaux virémiques. Elle a décrit ce processus de manière très graphique comme "réchauffer le renouvellement puis le refroidir".

En Amérique du Nord, Pitkin nous explique que pour obtenir une entrée de renouvellement trimestrielle, une période de quarantaine de 30 jours est nécessaire pour garantir garantir le statut sanitaire dans l'élevage de reproductrices. Elle souligne que, bien qu'il ne faille pas 30 jours pour le SDRP, ils sont nécessaires pour vérifier sérologiquement l’état négatif contre le mycoplasme après l'arrivée en quarantaine (photo 1). La durée du protocole complet qu'elle suit (quarantaine et adaptation) est également comprise entre 10 et 12 semaines par lot de remplacement. De son côté, Wang estime que les protocoles d’adaptation du renouvellement sont beaucoup plus courts en Chine et qu’ils dépendront du type de stratégie suivi par l'élevage pour l'inoculation du virus . Comme mentionné dans notre précédent article, les élevages en Chine dotées avec des sites externes de remplacement ont tendance à utiliser l'inoculation de virus vivant (LVI) et l'acclimatation dure entre 3 et 4 mois. Par ailleurs, Wang explique que si l'élevage a des sites de remplacement sur l'exploitation, la tendance est d'utiliser le MLV et l'acclimatation pourrait être réduite à 1 ou 2 mois. C'est sûrement la grande différence entre l'expérience de Wang en Chine et celle du reste des vétérinaires d'autres régions du monde.

Photo 1. Salle pour le remplacement en Amérique du Nord. Avec l'aimable autorisation de María José Clavijo.

Photo 1. Salle pour le remplacement en Amérique du Nord. Avec l'aimable autorisation de María José Clavijo.

En tant que vétérinaire de terrain, je souhaitais également savoir si notre groupe de vétérinaires encourageait leurs clients à évaluer le statut immunitaire du remplacement après la période d'adaptation et avant de les transférer dans l'élevage. Les 4 ont convenu d'affirmer que cela n'était pas fait systématiquement. Pitkin a décrit les signes cliniques que le renouvellement peut avoir pendant la période d'adaptation lorsqu'une bonne exposition a été faite, notamment une diminution de la consommation alimentaire, une toux et un aspect "poilu". D'après leur expérience, ces signes sont plus évidents lorsque la LVI est utilisée comme méthode d'exposition. Si ces signes ne sont pas observés, elle encourage les producteurs à effectuer un test sérologique ELISA pour confirmer que l'exposition a été effectuée correctement.

Enfin, nous avons demandé à notre groupe de vétérinaires de décrire les scénarios de conduite pour introduire les truies acclimatées au système de production principal. Wang a décrit l'utilisation des élevages de première mises-bas en Chine. Dans certains systèmes de production, la période d'acclimatation des truies s'étend jusqu'au moment de l'insémination de la deuxième gestation. Dans ces élevages de première mise-bas, l'insémination et la gestation du renouvellement sont effectuées séparément et elles ne sont pas mélangées avec les multipares jusqu'à la deuxième gestation. Aucun des autres vétérinaires n'a mentionné cette conduite dans leurs régions. Vidal a expliqué que, dans son système, le renouvellement est mélangé aux truies de rangs multiples en gestation. Ils assument quelques pertes avec cette conduite car certaines truies peuvent continuer à s'acclimater pendant la première période de la gestation. Cependant, ils estiment que cette gestion permet la production de porcelets bien adaptés au cours de la phase de croissance et d'engraissement. Böhne a souligné le fait que la plupart de ses élevages sont plus petits que la moyenne européenne et que, en travaillant dans en systèmes de bandes de 3 à 5 semaines, ils ne conservent pas le remplacement séparé et l'introduisent dans chacun des lots. Il a également souligné que ces élevages avec des bandes avaient une bonne stabilité contre le virus du SDRP car ils ont toujours beaucoup moins de groupes d'âge de porcelets.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags