Lire cet article dans:

Adaptations des entreprises de viande américaines à l'ère du COVID

Les entreprises de viande américaines ont travaillé intensivement pour identifier et adopter les meilleures pratiques qui limitent la transmission du SARS-CoV2 au sein de leurs équipes de travail.

Le coronavirus (SARS-CoV2) s'est avéré être un défi extrême pour l'industrie américaine de la viande. Ses usines emploient des centaines à des milliers de travailleurs qui, en raison de la nature de l'industrie, travaillent souvent en contact étroit. En outre, dans de nombreuses usines de viande, on parle une multitude de langues, représentant un ensemble diversifié de cultures. Ces facteurs ont posé des défis uniques pour limiter la propagation du SARS-CoV2 au sein de la main-d'œuvre de l'industrie de la viande.

Les entreprises de viande américaines ont travaillé très dur pour identifier et adopter les meilleures pratiques qui limitent la transmission du SARS-CoV2 au sein de leurs équipes de travail. Au début de l'épidémie aux États-Unis, on en savait peu sur les voies de transmission et les meilleures pratiques pour prévenir la propagation. Cela a conduit à des taux de transmission plus élevés dans des usines de viande spécifiques lorsque le virus est entré dans ces communautés. Alors que les scientifiques et les médecins identifiaient les voies de transmission possibles, les entreprises de viande ont utilisé leurs connaissances approfondies de la lutte contre les infections, autrefois principalement destinées à la sécurité sanitaire des aliments, pour modifier les environnements et les conditions de travail afin de prévenir la propagation de la maladie. Bien que ces stratégies et ces changements aient eu un coût financier énorme, leurs résultats sont prometteurs.

Lorsque ces stratégies sont mises en œuvre efficacement et avant que des taux d'infection importants ne soient détectés au sein de la communauté locale, les taux d'infection chez les travailleurs de la viande ont souvent été inférieurs à ceux de l'ensemble de la communauté.

Ces données suggèrent clairement que les nouvelles mesures mises en œuvre dans les usines ont été très efficaces.

La base de ces mesures de contrôle a été une communication franche et ouverte avec les travailleurs. Cela signifie que les entreprises de viande ont identifié un plan clair pour la réalisation des tests, la recherche des contacts et l'isolement sur la base des directives publiées par le Center for Disease Control and Prevention (CDC). Les entreprises de viande ont mis ces informations à la disposition de leurs employés, dans leur langue et dans leur communauté. Cette communication, associée à un travail de collaboration efficace avec les services de santé publique locaux, a conduit les travailleurs à comprendre les risques d'infection et les mesures que chacun devrait prendre pour rester en sécurité. Il semble que cet effort de communication pour renforcer la confiance des travailleurs dans la sécurité de leur lieu de travail ait été un élément essentiel, non seulement pour maintenir un nombre suffisant de travailleurs mais aussi pour garantir le respect des stratégies de surveillance et de prévention. .

Sur la base des directives du CDC, presque toutes les usines de viande ont mis en place des contrôles de température quotidiens pour tous les travailleurs et visiteurs avant d'entrer dans les installations, et une température supérieure à 38 ° C signifie que l'entrée leur est refusée. Cela a été la pierre angulaire des processus de surveillance, ainsi qu'une étroite collaboration avec les médecins et les services de santé publique locaux pour fournir des analyses adéquates. L'objectif de cette stratégie est d'éliminer l'entrée de personnes infectées, ce qui créerait un potentiel de transmission du virus sur le lieu de travail.

Le dépistage des infections chez les employés a été largement utilisé, et généralement avec succès. Dans certaines usines, tous les travailleurs ont été analysés. Une grande partie de ces tests ont été effectués par des laboratoires privés avec un temps de réponse très rapide, permettant la notification aux employés, un suivi rapide des contacts et des tests de suivi ultérieurs pour s'assurer que l'infection ne se propage pas. Ce qui a été observé semble indiquer que la performance massive des tests avec recherche des contacts et mise en quarantaine ultérieure, combinée à d'autres stratégies de prévention, a essentiellement arrêté la transmission sur le lieu de travail.

Dans les usines de viande, des efforts importants ont été faits pour arrêter la transmission basée sur les aérosols et les fomites (objets physiques). Il est devenu courant pour tous les employés de porter un masque facial lorsqu'ils sont sur les lieux, à moins qu'ils ne mangent. Ces pratiques ont été adoptées plus rapidement par les usines de viande que par la société en général aux États-Unis. Encore une fois, des observations anecdotiques semblent indiquer que l'utilisation de masques faciaux dans les usines de viande, combinée à des tests, a très bien réussi à éliminer la transmission au travail. De plus, certaines usines ont mis en place des écrans de protection du visage pour éviter que de petites gouttes n'entrent en contact avec le nez et les yeux, bien que leur utilisation ne soit pas aussi universelle que l'utilisation de masques et que leur efficacité n'ait pas encore été scientifiquement évaluée.

Les installations ont considérablement augmenté l'hygiène interne en augmentant le personnel dédié au nettoyage et à la désinfection de toutes les parties communes. Aux États-Unis, la loi stipule que les zones de production des industries de la viande doivent être soigneusement nettoyées et désinfectées quotidiennement. Historiquement, cela a été conçu dans un souci de sécurité alimentaire, mais cela élimine également le SARS-CoV2 des zones de travail et de contact. De nombreuses usines ont mis en place un meilleur nettoyage dans les zones communes, y compris les salles à manger, les salles de repos, les toilettes, les couloirs et les horloges de contrôle de présence, au moins trois fois par période de travail. Le nettoyage est effectué avec des désinfectants et des agents de nettoyage qui sont sans danger pour les aliments et ont prouvé leur efficacité contre le SARS-CoV2. Le type de produit n'est pas aussi important que le fait que le nettoyage soit effectué fréquemment, en profondeur et complètement : toutes les surfaces communes doivent être nettoyées pour éliminer la saleté et les débris, suivies d'une désinfection de ces surfaces.

De nombreuses installations de transformation de la viande ont travaillé intensivement à l'élimination des points de contact afin de minimiser la fréquence des interactions entre les travailleurs. Ceci comprend :

  • Mise en place de séparateurs sur toutes les tables du réfectoire. Les masques ne peuvent pas être utilisés en mangeant et ces séparateurs garantissent que les travailleurs ne peuvent s'asseoir que seuls. Ces séparateurs sont généralement en plexiglas et s'élèvent à plus de 0,9 m au-dessus de la table pour empêcher la transmission aéroportée.

  • Les usines ont développé des systèmes pour assurer la propreté entre les utilisations des places du réfectoire souvent avec une carte rouge / verte: après qu'un employé a utilisé une place, il place la carte sur le côté rouge, indiquant qu'elle doit être décontaminée avant sa prochaine utilisation. L'installation de ces séparateurs sur les tables du déjeuner minimise la transmission des aérosols à travers la table,
  • La dispersion des machines de pointage et autres points obligatoires a été une stratégie courante pour minimiser l'accumulation de personnel.
  • Des tactiques comme laisser les portes ouvertes pour supprimer le besoin de toucher leurs surfaces, ainsi que réformer les toilettes avec l'installation de cellules photoélectriques pour éliminer les éléments tactiles ont également contribué à minimiser la transmission des maladies.
  • Des séparateurs entre les employés en ligne ont également été installés dans les zones de travail afin d'isoler les travailleurs qui ne peuvent pas se maintenir à une distance de deux mètres les uns des autres.
Comment adapter les postes d'emballage et de transformation de la viande ? CDC (Centers for Disease, Control and Prevention), États-Unis.

Comment adapter les postes d'emballage et de transformation de la viande ? CDC (Centers for Disease, Control and Prevention), États-Unis.

Sur la base des recherches actuellement disponibles sur les voies de transmission de l'agent pathogène, nous ne savons pas vraiment lesquelles de ces pratiques sont les plus importantes. Des recherches récentes suggèrent fortement que la transmission due au contact prolongé de petites gouttes d'aérosol produites dans des espaces confinés est probablement la forme la plus courante de transmission du SARS-CoV2. La transmission la moins probable semble être due à des fomites contaminés par des gouttelettes issues du système respiratoire. Jusqu'à ce que l'on en sache davantage sur la transmission, il est peu probable qu'une des stratégies de prévention existantes puissent être éliminées.

L'image dans les médias des usines de viande américaines est qu'il y a de mauvaises conditions de travail et des taux de transmission élevés. Certes, certaines des premières éclosions de la maladie dans les usines de viande aux États-Unis étaient graves, et maintenant il semble qu'on ait eu la chance dans ces usines de ne pas avoir d'infection dans leurs communautés au début de l'épidémie. Depuis le début de l'épidémie de SARS-CoV2, les usines de viande aux États-Unis ont développé un ensemble de normes de prévention raisonnables pour protéger leur personnel et rester opérationnelles, minimisant les goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement en viande. Comme note positive, au cours des trois dernières semaines, l'industrie américaine de la viande est revenue aux niveaux d'abattage d'avant la pandémie. Ces chiffres suggèrent qu'elles ont presque entièrement récupéré leur capacité de production et leur personnel. En additionnant les nouveaux cas d'infection dans les usines et les niveaux d'abattage prometteurs, nous avons une indication que les stratégies de prévention actuelles et, surtout, la confiance des employés, sont suffisamment solides pour retourner au travail. .

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés