Lire cet article dans:

Alimentation de semi-précision chez les porcs à l'engrais (2/2) : Différenciation par sexe

Comment les besoins nutritionnels diffèrent-ils entre les mâles et les femelles ? Dans quelle mesure une alimentation différenciée selon le sexe affecte-t-elle le coût de production ?

La détermination des besoins nutritionnels par sexe a fait l'objet de recherches dans de nombreux travaux scientifiques, tant chez les mâles castrés que chez les mâles entiers afin de satisfaire plus précisément les besoins. Dans cet article, la différence de besoins entre mâles entiers et femelles est quantifiée, en analysant la réponse différentielle de la relation entre la lysine digestible iléale standardisée et l'énergie nette (LIS DIS : EN) entre les deux sexes. Des tests expérimentaux propres et une méta-analyse sont utilisés.

Estimation empirique des besoins

Dans une étude récente (Aymerich et al., 2020) nous avons comparé les besoins en Lys DIS entre mâles entiers et femelles dans la période de 70 à 105 kg de PV. Les résultats ont confirmé une réponse linéaire différenciée à l'augmentation de la Lys DIS : EN entre les deux sexes. Les mâles ont montré une augmentation plus importante de la croissance et une diminution plus importante de l'indice de consommation (IC) en augmentant le rapport lysine-énergie. De même, la modélisation des besoins par sexe a montré que les mâles ont besoin de 17 % ou plus de Lis DIS que les femelles. Alors que les femelles nécessitaient un ratio Lis DIS:EN de 3,10-3,13 g/Mcal, les mâles de 3,63-4,05 g/Mcal selon la période (Figure 1).

Figure 1. Modélisation de l'effet du rapport lysine-énergie et de la consommation moyenne journalière chez les mâles entiers et les femelles entre 70 et 105 kg de poids vif. GMQ =Gain moyen quotidien CMQ = consommation moyenne quotidienne. Source : Aymerich et al., 2020.
Figure 1. Modélisation de l'effet du rapport lysine-énergie et de la consommation moyenne journalière chez les mâles entiers et les femelles entre 70 et 105 kg de poids vif. GMQ =Gain moyen quotidien CMQ = consommation moyenne quotidienne. Source : Aymerich et al., 2020.

Estimation des besoins par méta-analyse

Les données de l'essai précédent ont été combinées avec 13 autres études pour analyser l'effet de l'augmentation de la Lys DIS chez les mâles entiers et les femelles au cours de la période de finition à l'aide d'un processus de méta-analyse (Aymerich et al., 2021). La figure 2 montre les résultats de la réponse en efficacité alimentaire au ratio Lys DIS : EN et à l'ingestion quotidienne de Lys DIS pour chaque sexe. Les modèles montrent comment les différences de production dépendent des niveaux d'acides aminés de la ration, montrant que les mâles entiers ont besoin d'une alimentation plus concentrée en AA pour atteindre leur potentiel productif.

Figura 2. Modelización del efecto de la ratio lisina-energía y la ingestión de lisina diaria en machos enteros (rojo) y hembras (azul) en finalización sobre la eficiencia de conversión (Aymerich et al., 2021).

Figura 2. Modelización del efecto de la ratio lisina-energía y la ingestión de lisina diaria en machos enteros (rojo) y hembras (azul) en finalización sobre la eficiencia de conversión (Aymerich et al., 2021).

Le tableau 1 montre les résultats numériques optimaux des modèles précédents pour atteindre un niveau de production souhaité avec chaque sexe. Il est intéressant de noter que, pour pratiquement tous les niveaux de productivité relative, les mâles nécessitent entre 0,14 et 0,16 % de points de plus de Lis DIS dans l'aliment, ce qui représente une augmentation des besoins de 15 à 20 %.

Tableau 1. Besoins en % de Lys DIS dans un régime de 2500 kcal EN/kg pour atteindre différents niveaux de productivité cible (Aymerich et al., 2021).

% productivité maximale
95 96 97 98 99 100
GMQ
Mâles entiers 0,79 0,82 0,85 0,89 0,94 1,06
Femelles 0,65 0,68 0,71 0,75 0,80 0,92
Efiicacité alimentaire
Mâles entiers 0,81 0,84 0,88 0,92 0,98 1,11
Femelles 0,67 0,70 0,73 0,77 0,82 0,95

Optimisation économique

En plus d'une réponse différente en productivité, les modèles obtenus dans la méta-analyse ont été utilisés pour déterminer l'optimum économique pour les mâles entiers et les femelles en fonction du contexte de prix des AA synthétiques et du tourteau de soja entre 70 et 100 kg de PV. Les résultats du tableau suivant (tableau 2) montrent que, selon le contexte de prix et le modèle de production, il sera plus ou moins intéressant de nourrir différemment les mâles et les femelles. Il est particulièrement intéressant que, dans un contexte de prix bas du tourteau de soja et des AA, une alimentation différenciée représente un bénéfice chez les mâles puisque plus la LIS DIS est élevé, plus ils atteignent 1 kg de poids en plus en même temps. Cependant, dans le cas d'un contexte de prix élevés, le bénéfice est donné surtout par la diminution de la Lis DIS chez les femelles, en augmentant les jours d'engraissement, mais avec plus de 1€ de marge en plus par femelle.

Tableau 2. Modélisation économique des besoins de LIS DIS par sexe pour obtenir la marge la plus élevée par porc avec des modèles à poids final ou à temps fixe.

Poids fixe2 Temps fixe3
Mâle Femelle Mâle Femelle
Contexte prix AA bas
Lis DIS:EN, g/Mcal 3,68 3,09 3,96 3,38
Var. jours engraissement -0,7 0,4 - -
Var. PV kg/porc - - +1,0 0,0
Var. IOFFC4, €/porc +0,1 +0,1 +0,7 0,0
Contexte prix AA élevé
Lis DIS:EN, g/Mcal 2,86 2,23 3,50 2,83
Var. jours engraissement +1,7 +3,3 - -
Var. PV kg/porc - - +0,3 -0,7
Var. IOFFC4, €/porc +0,23 +1,29 +0,04 +0,42

1 En supposant un GMQ maximal de 0,820 kg pour les femelles et de 0,944 kg pour les mâles, les deux avec une CMQ de 2,0 kg. Régime de référence avec 2540 kcal EN/kg et 0,85% de Lis DIS. Poids initial dans les simulations de 70 kg.
2 Poids final de 100 kg.
3 Simulation de 35 jours en période de finition.
4 IOFFC : Income over feed and facility cost, marge sur le coût des aliments et des installations.

En conclusion, nourrir différemment les mâles entiers et les femelles est une opportunité de minimiser les coûts et de maximiser les bénéfices chez les porcs en finition (> 70 kg LW). D'autre part, la concentration en Lys DIS de l'alimentation est positivement liée à la teneur en protéines brutes (CP). Par conséquent, l'alimentation différenciée selon le sexe est également une alternative pour réduire l'excrétion d'azote, grâce à l'utilisation de régimes à plus faible teneur en PB, en particulier chez les femelles.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags