Lire cet article dans:

Alimentation en lactation: l'expérience d'un éleveur avec 39 sevrés / truie

10 commentaires

Ce qu'il faut évaluer pour établir les courbes d'alimentation, comment, quand et pourquoi augmenter l'aliment, la quantité d'aliment par prise et d'autres questions répondues à partir de l'expérience d'élevage de Can Ballau, Porc d'Or de la productivité numérique

17 porcelets

17 porcelets

Il y a plusieurs objectifs lorsque nous considérons comment l'alimentation des truies à la mise-bas devrait être:

1- Que la truie ait assez d'énergie pour la mise-bas. Jour -10 jusqu'à la mise-bas (jour 0)

Pour qu'une truie ait une bonne mise-bas, il faut qu'elle ait suffisamment d'énergie pour la réaliser dans le moins de temps possible. Elles récupèrent ainsi plus rapidement que les truies qui ont une longue mise-bas et elles commencent à manger avant.

Un autre avantage d'une bonne alimentation avant la mise-bas est qu'elle sert à améliorer la production et la qualité du colostrum.

Idéalement, il faudrait rentrer les truies en maternité pendant cette période, mais cela est quelque peu irréalisable dans la pratique. On essaiera de les rentrer au moins 5 jours avant la date prévue.

À ce moment, on doit commencer à choisir la courbe d'alimentation pour chaque truie en fonction de:

  • État corporel : il est essentiel de différencier les grosses reproductrices et les maigres. Il sera plus difficile pour une grosse truie de mettre bas, et il sera plus difficile pour l'éleveur de l'amener à sa productivité laitière maximale. C'est pourquoi il est important de contrôler l'état corporel pendant la gestation. À l'autre extrême, une truie maigre est toujours plus à risque de devoir être sevrée tôt si son alimentation ne couvre pas ses besoins en lactation, car elle n'a pas de réserves de graisse.
  • Rang de mise-bas : il est essentiel de différencier les nullipares des multipares; à partir de cela, essayer de différencier celles de rang 2-3, de rang 4-5 et de plus de 5 mises-bas.

Les jeunes truies n'ont pas les mêmes besoins que les multipares et n'ont pas non plus la même capacité de consommation alimentaire. Les nullipares avant la mise-bas devraient consommer environ 3 kg d'aliments lactation et 3,8-4 kg / jour pour les multipares. Il faut les nourrir au moins 2 fois par jour, en essayant de le faire toutes les 12 heures pour une meilleur répartition pendant la journée.

2- Nourrir la truie en fonction de son potentiel d'ingestion, de sa capacité laitière, de la taille et de la quantité de porcelets et de son état corporel. De la mise-bas au jour 7-10

C'est la phase la plus critique pour les porcelets comme pour les truies. D'après mon expérience, la consommation d'aliments doit être encouragée le plus rapidement possible pour que la truie récupère après la mise-bas, que le niveau de lait augmente toujours et que les porcelets puissent toujours repus.

Il y a quelque temps, le jour de la mise-bas, on leur donnait peu ou pas d'aliments, ce qui, je pense, est préjudiciable; si nous voulons atteindre le potentiel maximal des truies, nous devons commencer depuis le jour de la mise-bas ou, mieux, depuis les les 10 jours précédents. Une faible consommation impliquera que la truie doit prendre dans les réserves dans les premiers jours, moment où elle a le plus besoin, de s'alimenter pour bien récupérer de la mise-bas et commencer à allaiter avec du lait de qualité. Il faut essayer que les truies mangent en moyenne 4,5-5 kg / jour (multipares) et environ 3,5-4 kg / jour (nullipares).

Pour atteindre ces consommations, il est essentiel que nous arrêtions de programmer les courbes d'alimentation en prenant comme référence les truies qui mangent moins ou la moyenne de l'élevage, car de cette façon nous perdons le potentiel de l'autre moitié des truies. Pour la gestion de l'alimentation, il est plus facile de contrôler 20% des truies qui ne mangent pas bien, c'est-à-dire d'ajuster la courbe d'alimentation en fonction de l'appétit et de retirer les restes d'aliments après chaque repas afin qu'ils ne s'abîment pas, que de deviner ce qu'e vont manger 40% des truies supérieures à la moyenne.

Ici, il est important de différencier les trois ou au moins deux groupes de multipares (2-3 mises-bas et plus de 4), ce ci étant plus important si nous avons un syndrome de deuxième mise-bas dû à une première lactation avec déficit alimentaire.

La quantité de prises quotidiennes dépend de la quantité d'aliment qu'elles ont; un maximum de 2-2,5 kg par repas serait idéal. Par temps chaud, il serait intéressant de donner les repas tôt et tard pour que les truies ne soient pas trop gênées par la chaleur. Avec les machines, c'est quelque chose de plus simple car le personnel n'a pas à être présent à toutes les prises et cela facilite le travail / repos.

Le débit de l'abreuvoir est important, plus en été, afin que la truie puisse boire beaucoup d'eau sans avoir beaucoup de travail pour appuyer sur l'abreuvoir. La température de la salle de mise-bas est un élément clé pour la consommation d'aliment et la production de lait; Plus les truies sont au frais, meilleures sont leurs performances.

Après la mise-bas, on doit laisser les portées consommer du colostrum avec leur mère pendant au moins 12 à 16 heures. Egaliser ensuite par taille et selon les mamelles de chaque truie. Chez les jeunes, il est préférable de mettre plus de porcelets que de tétons pour améliorer la future production de lait.

Portée de porcelets avec quelques heures de vie, égalisé avec une excellente taille et vitalité.

3- Essayer qu'elles perdent le moins de condition corporelle possible. Du jour 10 au jour 20 après la mise-bas

Quand nous avons obtenu un bon ingéré au cours des 10 premiers jours, NOUS AVONS DÉJÀ FAIT LE PLUS DIFFICILE, maintenant nous devons terminer le travail et commencer à profiter. À 10 jours, les porcelets grandissent déjà à un bon rythme et il est important de ne pas freiner la croissance; donc si la truie a faim, nous ne devons pas arrêter.

Une consommation élevée en lactation n'est jamais une perte, c'est le meilleur investissement que nous puissions faire. La production de lait de la truie augmente jusqu'à 18-20 jours, donc l'alimentation doit continuer.

Un signe que nous avons fait du bon travail est de voir des porcelets sauter une prise lorsque la truie donne à manger. Cela signifie qu'ils sont pleins et que pour une fois qu'ils ne vont pas téter, cela ne leur manquera pas.

Il est très important que la consommation que nous obtenons à 7-10 jours, au moins ne descende pas dans cette phase, et si possible monte de 1-2 kg, bien qu'il y aura toujours des truies qui nous surprendront et grimperont de 3-4 kg à 20 jours.

Mais la meilleure chose que nous puissions faire est d'augmenter la consommation, d'essayer de nourrir plus de fois, d'éviter les heures chaudes et surtout que la nourriture ne reste pas dans l'auge plus de 2 heures, idéalement 30 minutes pour terminer la ration fournie à chaque prise. Chez les truies que, dans la phase de 0 à 10 jours, nous n'avons pas réussi à faire manger ce qu'elles ont, bien que la production de lait n'atteindra jamais son maximum, nous pouvons récupérer la truie et obtenir qu'elle ne perde pas de condition corporelle, en même temps temps que les porcelets grandissent.

Si la truie devient grosse à ce stade, la consommation peut être limitée pour l'empêcher de trop s'engraisser et d'avoir des problèmes dans le cycle suivant, en rendant intéressant la mobilisation des graisses pour la production de lait.

4- Préparer la truie au sevrage-insémination et au prochain cycle de reproduction. Jour 20 - sevrage

Dans cette phase, nous avons déjà fait tout ce que nous avons pu pour la production de lait; Il est temps de vérifier que les truies ne deviennent pas trop maigres ou trop grasses en pensant au prochain cycle de reproduction et en gardant toujours à l'esprit que les porcelets doivent continuer à croître à un bon rythme. D'après mon expérience, le sevrage devrait avoir lieu au minimum à 24-25 jours.

Augmenter la consommation le plus tôt possible est essentiel pour obtenir de bonnes performances dans tous les aspects reproductifs de la truie: production de lait, condition corporelle au sevrage et bonne condition pour commencer le cycle suivant.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
31-Jan-2020elodidieelodidieAvec quelle genetique il travaille?
28-Fév-2020FiloPorciFiloPorciDanbred
03-Fév-2020alexlemay60alexlemay60pour faire du 39 sevrés par truie, quelle âge ont les porcelets sevrés, quel est la durée de lactation des truies et quel est le pourcentage d’adoption?
est-ce qu’il y a beaucoup de truies vidées de leurs porcelets pour qu’elle aient 17 porcelets à allaiter?
28-Fév-2020FiloPorciFiloPorci
Les porcelets sont sevrés en moyenne de 26 à 28 jours. Les truies sont éliminées par leur productivité et normalement 7-8 accouchements, nous avons 15-20% d'infirmières.
28-Fév-2020FiloPorciFiloPorciNous avons en moyenne 18,5 naissances vivantes
04-Fév-2020cent_an_7cent_an_7je demande à voir le poids des porcelets au sevrage, surtout si c'est du 21 jours.
je demande à voir la durée de carrière de ces truies, % fertillté.....
je demande à voir les performances de ces issus, l'age au 1er départ....
Tout ça pour dire que le nombre de sevrés n'est qu'un crtitère (important certes), arrêtons de se focaliser sur le nombre de sevrés.
28-Fév-2020FiloPorciFiloPorci
Le poids au sevrage est en moyenne de 7,5 à 8 kg avec 26 à 27 jours de lactation.
la durée des truies jusqu'à l'accouchement 6 presque toutes, avec une fécondité à la naissance supérieure à 94%
28-Fév-2020FiloPorciFiloPorciC'est vrai que le nombre de sevrés n'est qu'un nombre, non moins précieux mais pas le meilleur rapport qualité.
nous sommes une entreprise familiale et nous avons un cycle fermé, pour nous l'important c'est le porc(KG) en l'abattoir de truies.
28-Nov-2020PorcDanPorcDanBonjour,
que faites vous pour avoir un tel poids de sevrage ?
quel voix male ?
12-Jan-2021herveyannickherveyannickHola, cet élevage a été "Por d'Or" en 2019 ; il nourrit les truies à sec en gestation et en maternité avec le Gestal. Cette approche de l'alimentation permet de maximiser l'ingestion d'aliment afin d'obtenir une forte production laitière synonyme de portées lourdes et homogènes et de truies qui maigrissent moins, d'où des carrières longue! Cela s'appelle tout simplement l'élevage de précision, et la précision c'est une foule de petits détails tous plus imprtants les uns que les autres et qui au final permet des résultats tel que décrits dans cet article...
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés