Lire cet article dans:

Biosécurité pratique entre les lots

Tous les progrès ne passent pas par l'élevage connecté : une solution simple qui peut améliorer considérablement la biosécurité entre les lots de porcelets sevrés, en évitant la recirculation des maladies.

Le contrôle des maladies dans les élevages dépend fortement de la biosécurité interne. L'une des zones les plus délicates est la phase post-sevrage, où, généralement, différents âges (lots) coïncident même s'ils sont séparés dans différentes salles ou compartiments. C'est cette coïncidence d'âges différents qui fait que certaines infections deviennent endémiques, comme l'infection par le virus du SDRP. En effet, dans les systèmes multi-sites où les différents âges se situent dans des sites physiques éloignés, il est facile qu'il y ait des lots qui restent négatifs à l'infection, et ce n'est pas parce que la distance empêche la transmission des maladies par l'air, car il y a aussi des options, telles que des systèmes de ventilation qui prennent l'air directement de l'extérieur, pour réduire ce risque. La différence est que la distance empêche le partage des ustensiles et que les gens passent d'un âge à un autre le contaminant.

Cette transmission d'agents pathogènes entre les lots pourrait être réduite en modifiant certaines pratiques de routine. Il est courant que, quotidiennement, les animaux qui présentent des signes de maladie soient traités selon les indications vétérinaires, et le matériel utilisé est généralement unique pour toute la phase de sevrage. Au mieux, les aiguilles sont changées lors du changement de salles, mais ce n'est malheureusement pas toujours le cas. Un bon éleveur injectera le porc malade, qui sera probablement l'un de ceux qui sont virémiques, ce qui fera que le virus passera d'une salles à l'autre en générant une recirculation virale. C'est, dans certains cas, la raison du maintien de la circulation du virus pendant la phase de sevrage.

Une mesure aussi simple que d'avoir un seau par pièce ou par âge de porcs, dans lequel le matériel spécifique est stocké, empêche cela de se produire, améliorant la biosécurité interne de l'élevage. Avec cela, nous serons non seulement capables de contrôler les circulations locales du virus du SDRP, mais aussi de réduire d'autres infections. Les seaux peuvent être marqués d'un nombre ou d'une couleur spécifique par salle, de sorte que les erreurs soient bien évidentes. Cette mesure pourrait être complétée par des changements de bottes et l'utilisation de gants spécifiques par salle, ce qui contribuerait en outre à maintenir une biosécurité adéquate, sans trop d'efforts.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Produits liés dans la boutique

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

Articles liés

Image 2. Exemple de réception d'ingrédients en vrac à fort potentiel de contamination. Amérique du Nord.

Biosécurité des aliments aux étapes de fabrication et de post-fabrication. Comprendre et gérer le risque de transmission de maladies lors de la fabrication et de la livraison de l'aliment.

Le mélange des ingrédients dans l'aliment et leur distribution à l'élevage où ils sont consommés est connu sous le nom de « étape de fabrication et de post-fabrication » de la chaîne d'approvisionnement des aliments. Cet article décrit comment les concepts de biosécurité peuvent être appliqués à la fabrication et à la distribution d'aliments pour porcs afin de garantir la consommation d'un produit exempt d'agents pathogènes.

Produits carnés salés et séchés

La PPA oblige la filière à donner la priorité à la biosécurité : recommandations du terrain

Comprenons-nous clairement quelles sont les mesures de biosécurité les plus efficaces pour prévenir la transmission de PPA entre élevages lorsque la pression de l’infection augmente ? Quelles sont les principales préoccupations des producteurs et des vétérinaires confrontés à des épidémies proches de la maladie ?