Lire cet article dans:

Comment le virus du SDRP est-il perçu dans le monde ? Comment est-il géré ?

Les vétérinaires praticiens clés du secteur porcin décrivent la «SDRP-ception» de cette maladie dans les plus importantes régions productrices de porcs.

Bien que cela fait plus de 30 ans que le virus du syndrome dysgénésique et reproducteur porcin (SDRP) a été découvert, la maladie reste un défi pour les vétérinaires et les producteurs dans le monde entier. Il a été décrit que le contrôle du virus du SDRP repose sur 4 piliers: le diagnostic et la surveillance précoces, la biosécurité, la gestion des animaux et la vaccination. Cependant, l'hétérogénéité au niveau moléculaire entre les deux génotypes principaux (type I - européen et de type II - nord-américain), ainsi que les caractéristiques de l'industrie porcine dans différentes régions du monde, détermine les différences dans l'approche du contrôle de la maladie. Pour aborder cette variabilité, nous publierons une série d'articles qui traiteront des différentes perspectives pour contrôler le SDRP en se basant sur les avis des spécialistes vétérinaires porcins des plus importantes régions de production: Allemagne, États-Unis, Espagne et Chine. Dans ce premier article de la série nous décrirons la "SDRP-ception" (perception du SDRP)de cette maladie dans le monde entier.

Tous les vétérinaires interrogés ont convenu, sans hésitation, de l'importance de la maladie dans leurs régions respectives. Albert Vidal, directeur des services techniques de Vall Companys, la plus grande entreprise de production verticale intégrée d'Espagne, avec 104 000 truies et une moyenne de 1 500 truies / élevage, a souligné que c'est une maladie très frustrante. Du point de vue de Vidal, le plus grand défi consiste à comprendre pleinement les mécanismes de transmission du virus entre les élevages puisque tous ses élevages sont dans une zone à haute densité porcine. Pour cette raison, ils concentrent leur travail quotidien sur la prévention d'autres maladies plus prévisibles telles que les syndromes causés par des organismes tels que Brachyspira hyodysenteriae ou Actinobacillus pleuropneumoniae. Inge Böhne, une vétérinaire indépendante de la région de Basse-Saxe en Allemagne, est d'accord avec Vidal et définit le SDRP comme une maladie commune dans sa région. En tant que propriétaire de sa propre clinique vétérinaire, elle supervise un total de 10 000 truies dans des élevages d'une taille moyenne de 200 truies / élevage. Elle fait face à d'autres agents pathogènes dans sa vie de tous les jours (comme la grippe, le PCV2 ou E. Coli), mais son principal problème est toujours le SDRP parce qu'il est toujours présent. D'autre part, Andrea Pitkin utilise le terme «effrayant» pour définir la maladie en raison de l'incertitude de ne pas savoir quelle souche sera la prochaine qui affectera l'élevage. En tant que vétérinaire responsable de la surveillance sanitaire de PIC Etats-Unis depuis 2015 et auparavant comme vétérinaire dans une des cliniques porcines les plus importantes de la partie supérieure du Midwest américain, Pitkin connait très bien comment le virus SDRP se comporte en Amérique du Nord. Sa principale préoccupation concernant cette maladie est la diversité du virus et l'information limitée sur la corrélation entre les changements moléculaires et les changements de virulence et de pathogénicité. En Chine, Bill Wang a l'expérience de faire face à cette maladie à la fois dans les élevages familiaux traditionnels (200 porcs) et dans les grands systèmes. Il est l'un des vétérinaires du groupe DanAg Agritech Consulting, dont le client le plus important compte 80 000 truies et une moyenne de 5 000 truies par élevage. Malgré de nombreux autres défis infectieux dans l'industrie chinoise, Wang considère que le SDRP est le plus important en termes de pertes économiques et de difficultés de contrôle. Il considère la complexité de la réponse immunitaire contre le virus du SDRP comme le principal défi pour contrôler la maladie sur le terrain. Les anticorps neutralisants et la réponse immunitaire au niveau du virus SDRP sont complexes et prennent du temps. L'absence de corrélation entre la présence d'anticorps normaux contre le virus SDRP et la protection contre la maladie est un concept qu'il définit comme difficile pour les producteurs et qui est la clé de son contrôle et de son élimination.

Lorsque le virus du SDRP pénètre dans un élevage, tous les vétérinaires interrogés sont d'accord sur la nécessité de mettre en œuvre des stratégies pour retrouver le statut stable de l'élevage. Mais essaient-ils tous d'éliminer le virus de la ferme? Pitkin et Wang ont été d'accord pour dire que cela dépendra du type d'élevage. Pitkin fait la différence entre élevage commercial et élevage de génétique. Elle dit que tous les multiplicateurs d'Amérique du Nord décideront d'éradiquer le virus s'ils sont infectés. Cette approche contraste avec 90% des élevages commerciaux qui choisissent de se stabiliser et de coexister avec le virus. Wang fait la différence entre les élevages multi-sites et les élevages naisseurs-engraisseurs et souligne le rôle que le vétérinaire peut jouer dans cette décision. Du point de vue de Vidal, l'ordre des 3 facteurs les plus importants qui soutiendront l'éradication de la maladie sur le terrain sont: 1) Localisation, 2) Localisation, et 3) Localisation !!! Son système essayera seulement d'éradiquer la maladie dans les noyaux génétiques dans lesquels, après une enquête réussie de l'épidémie, le temps a montré la probabilité de rester négatif. De la même manière, Böhne décrit sa région porcine en Allemagne comme très dense, mais dans son cas, et à cause du grand nombre de porcelets arrivés en continu d'autres pays (comme le Danemark et les Pays-Bas), très peu d'élevages tentent d'éradiquer le virus (à l'exception de quelques multiplicateurs). Elle souligne qu'une bonne biosécurité externe est nécessaire et recommande un minimum de 2 km avec l'élevage voisin l plus proche.

Dans les articles suivants, nous décrirons comment ces vétérinaires effectuent l'acclimatation des cochettes et la surveillance sanitaire contre le virus du SDRP.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags