Lire cet article dans:

Contrôle de la fièvre post-partum pour maximiser l'ingestion chez les truies en lactation

Pourquoi est-il si important de contrôler la température de la truie après la mise bas ? Savez-vous comment cela est lié à la prise alimentaire ?

Introduction

Après la mise bas, notre attention se porte de la truie aux porcelets, dans le but de minimiser la mortalité pré-sevrage et de produire des porcelets sevrés de qualité. La production de porcelets uniformes, avec un bon poids au sevrage et une structure solide se traduira par un plus grand succès dans les étapes suivantes de leur vie, jusqu'à ce qu'ils atteignent le poids d'abattoir. Cependant, il est important de se concentrer non seulement sur les porcelets pendant la lactation, mais aussi sur les truies, puisque 3 truies sur 4 inséminées chaque semaine proviennent du groupe des sevrées qui ont quitté la salle de mise-bas la semaine précédente.

Des recherches et des expériences antérieures ont montré l'effet positif d'une bonne conduite et d'une consommation alimentaire élevée pendant la lactation sur les performances de reproduction des truies. C'est-à-dire que ce qui se passe pendant la lactation affecte la prochaine insémination, la gestation et la lactation. Sans compter que la gestion de la gestation, spécifiquement liée à l'état corporel de la truie, peut affecter la quantité d'alimentqu'elle consommera pendant la lactation. Il est donc important que les différentes équipes (insémination, gestation et lactation) de l'élevage de truies travaillent ensemble pour atteindre le même objectif.

L'objectif de cet article est de :

  • mettre en évidence comment la taille de la portée peut être affectée par la prise alimentaire
  • donner des idées pour identifier les truies à faible consommation
  • proposer des stratégies de conduite pour parvenir à une bonne consommation d'aliment en maternité

Consommation d'aliments et taille de la portée

Il est bien documenté que la première lactation peut être difficile pour les cochettes et, par conséquent, affecter négativement leurs performances de reproduction. En général, les truies en première mise-bas mangent moins d'aliments pendant la lactation et ne peuvent pas répondre aux demandes d'une portée vigoureuse de porcelets allaitants. Les données de terrain recueillies par notre équipe technique montrent de grandes variations dans la consommation d'aliment de lactation entre les truies. De plus, les données suggèrent que la taille de la portée augmente avec la consommation de la lactation précédente (figure 1). Autrement dit, plus la truie mange d'aliment pendant la lactation, plus elle aura de porcelets dans sa prochaine portée. Cette découverte met l'accent sur l'importance de l'ingéré pendant la lactation et encourage les stratégies de prévention et d'atténuation des facteurs qui peuvent limiter l'apport alimentaire.

Figure 1. Effet de la consommation alimentaire en première mise-bas sur la taille de la portée de la deuxième mise-bas. Cela vaut la peine de réduire les baisses de consommation chez les jeunes femelles. Source : PIC North America Technical Services (non publié).

Figure 1. Effet de la consommation alimentaire en première mise-bas sur la taille de la portée de la deuxième mise-bas. Cela vaut la peine de réduire les baisses de consommation chez les jeunes femelles. Source : PIC North America Technical Services (non publié).

Contrôle de la fièvre

La fièvre est définie comme une augmentation de la température corporelle, qui survient généralement en réponse à une infection. La fièvre après la mise-bas est généralement le résultat d'une infection utérine causée par la remontée de bactéries présentes dans la zone de mise-bas et/ou sur la peau de la truie, qui parviennent à franchir le col de l'utérus.

Déterminer si une truie a de la fièvre ou non est une pratique de production qui devrait être obligatoire car elle permet au personnel d'identifier rapidement les truies ayant besoin d'un traitement.

Tout d'abord, il est nécessaire de définir quand la température de la truie doit être prise. La meilleure stratégie est de le faire le matin après la mise-bas. C'est-à-dire environ 24 heures après la mise-bas. Selon la disponibilité du personnel de l'élevage, la température doit être prise le matin et l'après-midi, afin de détecter plus précisément l'apparition de la fièvre.

Chez les truies en lactation, on considère qu'il y a de la fièvre lorsque la température corporelle dépasse 103 ° Fahrenheit (39,4 ° C)

Des observations empiriques sur le terrain lors de la mise en œuvre de cette stratégie de gestion de contrôle de la température ont montré un effet positif dans la prévention de la réduction de la prise alimentaire. Lorsque la température n'est pas prise, les truies arrêtent de manger à cause de l'infection et cela alerte le soigneur qu'il y a un problème. Si nous mesurons la température corporelle de la truie, les éleveurs peuvent identifier et traiter les truies plus tôt, empêchant ou réduisant la baisse de consommation. Par conséquent, l'identification précoce permet au personnel de mettre en œuvre les interventions plus tôt et de contrôler les impacts négatifs plus rapidement.

D'après l'expérience de terrain de l'auteur, tout thermomètre fonctionne, les différences ne sont qu'un choix de coût et de temps qu'il faut pour obtenir la température. Les nouveaux thermomètres numériques utilisés en médecine humaine prennent entre 8 et 10 secondes, ce qui dans la production porcine actuelle peut être un plus. Bien que les thermomètres numériques soient plus chers, ils se rentabilisent rapidement s'ils sont utilisés comme décrit ici, car en facilitant des prises alimentaires élevées, une plus grande taille de portée est favorisée lors de la prochaine mise-bas.

Enfin, ci-dessous, nous énumérons quelques stratégies de conduite qui agissent comme des barrières à l'infection, réduisant les baisses d'ingestion pendant l'allaitement :

  1. Nettoyer la zone derrière les truies en attente de mise-bas 1 à 2 fois par jour
  2. Limiter l'assistance à la mise bas aux truies nécessitant des soins obstétricaux 20 à 30 minutes après la naissance du dernier porcelet.
  3. Porter des gants longs et bien lubrifiés
  4. Garder les gants exempts de poussière ou d'excréments
  5. S'assurer que le personnel qui aide aux mise-bas ait les ongles courts et ne porte pas de bagues dans l'élevage
  6. S'assurer que les truies ont suffisamment d'eau à un débit minimum de 2 L/min
  7. Former les cochettes à identifier et à utiliser les abreuvoirs avant la date prévue de mise bas.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Produits liés dans la boutique

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

Articles liés