Commentaire 17-jul-2006

Un déséquilibre offre/demande Les hausses de mai se sont amplifiées première quinzaine de juin pour atteindre des niveaux inconnus depuis 2001. Cela nous a semblé être la conséquence de...
Lundi 17 Juillet 2006 (il y a 12 ans 4 mois 24 jours)
J'aime
Un déséquilibre offre/demande

Les hausses de mai se sont amplifiées première quinzaine de juin pour atteindre des niveaux inconnus depuis 2001
. Cela nous a semblé être la conséquence de l’euphorie allemande liée entre autre, à l’effet coupe du monde. Pourtant, après un rééquilibrage d’environ 5 centimes en moyenne en dessous des niveaux les plus hauts, les cours se raffermissent à nouveau. La demande est supérieure à 2005, sur les mêmes semaines. Si l’on s’en tient à l’appréciation de l’office des viandes, on peut penser que les autres viandes feraient défaut. La diminution des offres est-elle seulement due à la canicule ? Le fait est que les acheteurs n’auront pas d’autres choix que mettre le prix tant que le rapport offre/demande restera inchangé.

Le label: la seule voie possible pour bénéficier d'une plus value ?


Dans le commentaire de mai, le problème de la fin de la production dite CCP (Critère Conformité Produit) en France, montrait que les valorisations possibles des viandes de porcs deviennent limitées. Seul le label rouge offre aujourd’hui une plus value significative. Comment doit-on l’analyser ? Présente-elle un réel intérêt ?

Le calcul économique de ce débouché est complexe et varie très sensiblement selon l’élevage étudié tant les paramètres sont nombreux et difficiles à apprécier.
L’obligation d’inséminer à partir de verrats N N, insensibles au stress entraînera une détérioration probable des performances à la sortie des engraissements, en particulier le TVM (G1, G2 plus élevés). En effet ce type de verrat est aujourd’hui en nombre insuffisant dans les centres d’insémination et leur sélection ne fait que commencer.
On peut cependant penser que la moindre concentration des animaux jouera un rôle positif dans le domaine de la croissance et de l’indice de consommation.
La perte de production en nombre d’animaux
, due au respect des normes de surfaces et au rythme de production (182 jours d’âge minimum) est-elle suffisamment compensée par l’augmentation de poids et par la valorisation des porcelets excédentaires liée au desserrage ?
Le montant des travaux de mise aux normes du label, nombre de porcs par case, type de caillebotis, cloisonnement des salles … est-il acceptable ?
Les coûts de fonctionnement concernant la participation directe ou indirecte de l’éleveur pour l’agrément du dossier label, le contrôle de chacun des sites d’élevage par les techniciens et les organismes certificateurs ainsi que pour les usines d’aliments ne consommeront-ils pas une part trop importante de la plus value ?

Le choix du label ne peut être envisagé que si la structure des bâtiments est compatible avec les exigences du cahier des charges et si le producteur peut maintenir sa productivité ainsi que le rythme de rotation de ses bâtiments.

La recherche d’une plus value ne doit en aucun cas dégrader significativement le prix de revient.


Hilaire herbert


Vous pouvez réagir à ce commentaire et aux comparaisons des prix payés à l'éleveur sur le forum de discussion

Articles

Commentaire 16-aoû-200616-Aoû-2006 il y a 12 ans 3 mois 25 jours
Commentaire 30-jun-200630-Jun-2006 il y a 12 ans 5 mois 11 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags