Commentaire 18-mai-2007

Une fois de plus mai a été fatal aux producteurs français. Alors que tous les pays du Nord ont enregistré des hausses significatives, en France le MPB a perdu 2 centimes. Dès que les ab...
Vendredi 18 Mai 2007 (il y a 11 ans 4 mois 6 jours)
J'aime

Une fois de plus mai a été fatal aux producteurs français. Alors que tous les pays du Nord ont enregistré des hausses significatives, en France le MPB a perdu 2 centimes.
Dès que les abattoirs ont suffisamment de marchandises, quelle que soit la conjoncture des marchés européens, les prix restent sous pression.
Faudra-t-il que la France diminue sa production de 10 à 20 % pour éviter ce phénomène, ou peut-on espérer que la nouvelle politique sur le travail redynamise les outils d'abattage ? Ce qui est certain, c'est que le fonctionnement actuel ne permettra pas de maintenir notre auto suffisance. Mois après mois, les trésoreries en élevage se dégradent en même temps que le moral des éleveurs.

Ce n'est pas la modification de la grille de paiement applicable au 4 juin qui va rassurer la production.
Si on mesure l'impact de ces modifications sur la plus-value totale, à partir des statistiques d'Uniporc, il n'est pas significatif. L'élargissement du cœur de gamme à 97 kilos représente 0.19 centimes et la moindre pénalisation des TMP 55 à 52 améliore la plus value du même montant. La réduction de 1 centime des porcs classés 64 et plus, entraîne une perte de 0.075. Au final, c'est donc 0.3 centimes de mieux pour la moyenne, mais ce n'est pas ce geste de compensation qui comblera l'écart de nos prix de vente avec nos voisins européens.
En faisant le point après 21 semaines d'utilisation de la nouvelle grille, l'écart de prix comparé au kilo vif payé à l'éleveur dans l'éconoporc, par rapport à la moyenne pondérée des principaux pays européens s'est dégradé de plus de 2 centimes ramenés au kilo de carcasse. De – 4.8 centimes en 2006, cet écart est en valeur moyenne cumulée passé à –6.4 centimes depuis le 18-12-2006. Cela revient à dire que le marché n'a pas su compenser la différence de base de 3,3 centimes surtout si l'on considère que la dégradation de la plus-value n'a pas été prise en compte dans ce calcul comparatif.

Ainsi, pour revenir sur les propos de monsieur Riou dans le dernier Porc Magazine, je cite : "considérer qu'une baisse de plus value est une perte de revenu pour les producteurs est une escroquerie intellectuelle", et que "seul un marché croissant d'offre au MPB peut permettre de fixer le juste prix", ils méritent pour le moins quelques commentaires. Certes des apports supplémentaires au MPB permettraient de mieux identifier les besoins en limitant les pré attributions incompatibles avec la fluidité du marché, mais son raisonnement qui consiste à séparer la plus value de la valeur du marché est mise à mal par les chiffres constatés.
Non, le changement de base du 18-12-06 n'a pas été intégré dans le prix du marché
"L'escroquerie" n'est pas qu'intellectuelle, et le fait que personne parmi les représentants des éleveurs dans les structures n'ait manifesté cet état de fait, montre à l'évidence qu'une profession aussi organisée soit-elle ne peut fonctionner efficacement sans un solide contre-pouvoir. On peut regretter que la FNP ne joue pas le rôle syndicaliste qui s'imposerait dans de telles circonstances.

Monsieur Riou a tort de s'offusquer des réactions d'associations, comme Les Eleveurs Associés ou Aproporc, qui ne font que dénoncer les dysfonctionnements du système au-delà de leurs structures dès lors qu'elles ne portent pas leurs revendications. Si ce type d'organisation a vu le jour, c'est en réaction à un trop grand immobilisme des organisations en place. Ignorer ou mépriser les réactions spontanées d'un nombre croissant d'éleveurs est anti démocratique, surtout dans l'environnement politique actuel propice à une remise en question.

Personne ne peut nier aujourd'hui que l'organisation globale de la production et de la transformation dans notre pays basée sur la coopération est inefficace face à la grande distribution dont le fonctionnement est diamétralement opposé.

D'un côté, l'ultralibéralisme des GMS omniprésentes en France à la recherche permanente d'une marge maximale, et de l'autre, 95 % de la production organisée en coopératives qui fonctionnent toutes sur le même modèle. Celles-ci ayant pour la plupart prolongées leur activité jusque dans la transformation. Ce fonctionnement, à priori intéressant, souffre de 2 maux majeurs:
1) L'uniformité dans le fonctionnement des groupements de producteurs ne permet pas de mettre en évidence les carences structurelles de ce type d'organisation. Peut être faudra-t-il accepter l'idée que la plupart des éleveurs, administrateurs de coopératives, n'ont le plus souvent ni le temps, ni la formation, ni les compétences pour imprimer à leur direction une politique commerciale claire et efficace. Il serait sans doute nécessaire de former et indemniser les plus compétents et disponibles d'entre eux pour défendre en vrai manager les intérêts de tous les adhérents.
2) La structure de transformation qui est censée valoriser le produit de base n'est nullement engagée dans la plus value finale des adhérents actionnaires des outils d'abattage ou de transformation. Ces outils n'ont à justifier que leur propre rentabilité. Ainsi, puisque leurs contraintes à l'achat sont quasi inexistantes, comment s'étonner de les voir rechercher leur marge là où elle est la plus facile à obtenir. Il est dommage que les trois quarts des abattoirs à capitaux coopératifs ne profitent pas de leur situation dominante pour rapprocher le prix français des plus hauts européens, car les autres acheteurs seraient obligés de suivre et, marge oblige, les distributeurs en conséquence.

Cela ne relève pas de l'utopie mais de la nécessité de modifier les objectifs et les moyens du système coopératif français en production porcine. Le profil des nouveaux responsables et le choix des motivations y compris financières devraient être au cœur de tous les débats.


Hilaire Herbert


Vous pouvez réagir à ce commentaire et aux comparaisons des prix payés à l'éleveur sur le forum de discussion

NDLR: ce commentaire a été l'objet dune légère correction le 21/05 suite à une erreur de frappe

Articles

Commentaire 31-mai-200731-Mai-2007 il y a 11 ans 3 mois 24 jours
Commentaire 30-avr-200730-Avr-2007 il y a 11 ans 4 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags