Commentaire 22-déc-2005

Décembre 2005: un Noël resplendissant pour l'éleveur espagnol A notre avis, il y a plusieurs explications, toutes largement révélatrices, du fait que le prix du vif a bénéficié d'un coup de p...
Jeudi 22 Décembre 2005 (il y a 12 ans 9 mois 4 jours)
J'aime

Décembre 2005: un Noël resplendissant pour l'éleveur espagnol

A notre avis, il y a plusieurs explications, toutes largement révélatrices, du fait que le prix du vif a bénéficié d'un coup de pouce au cours des 5 derniers marchés (0,125 €/kg vif de hausse cumulée) :

- Les abattoirs ont maintenu un rythme élevé et soutenu des abattages, rendu en grande partie possible grâce à la facilité de débouché des pièces de découpe.

- Le poids moyen des carcasses a diminué au cours des dernières semaines d'environ 1,50 kg par tête, fait non négligeable qui confirme bien que, durant cette période, les abattages ont largement excédé l'offre en vif.

- Le temps passe et les projets d'augmentation des capacités d'abattage sont en train de se concrétiser ce qui génère une sur-demande qui n'a rien de conjoncturelle et qui devient structurelle.

En tout cas, le prix actuel est difficile à digérer pour l'abattoir (impossible de répercuter les hausses sur les pièces de découpe une fois que le marché de Noël est "joué") et il faudra observer si les abattoirs appliquent une quelconque restriction sur leur activité.

Une fois de plus, le marché espagnol a démontré sa capacité d'évoluer de façon indépendante par rapport aux autres marchés européens: dans les cinq dernières semaines l'Allemagne a augmenté de 0,07 €/kg de carcasse, la Hollande de 0,03 €/kg vif et la France de moins de 0,01 €/kg de carcasse; rien à voir avec l'augmentation de plus de 0,16 €/kg de carcasse en Espagne!

On démontre ainsi que, sans facteurs externes qui déforment la réalité, la loi de l'offre et de la demande finit par remettre les choses à leur place: l'abattoir avait besoin de récupérer ses retards d'activité (juin, juillet), ce qui la conduit à augmenter son rythme d'abattage et donc, automatiquement, la demande ajoutée a suffi à réactiver le prix.

En Europe, le paysage est typique de cette période: attendre et voir. Avec le marché de Noël déjà consommé (rien à voir avec le marché frénétique que nous connaissions il y a quelques années) et à la veille de faire les inventaires de fin d'année, l'activité se ralentit.

Les problèmes rencontrés au Brésil (notre principal concurrent sur la Russie) et un léger détournement de la consommation de viandes de volailles vers la viande de porc ont facilité la commercialisation des importantes quantités de viande porcine générées en Espagne.

Le cours actuel espagnol parait ferme tant que l'Europe maintiendra le cap: il nous semble très compliqué d'envisager de prochaines hausses si le reste des places européennes ne nous accompagne pas. Avec un marché européen tranquille, nous ne pensons pas que l'Espagne devra fléchir à la baisse en Janvier comme cela arrive traditionnellement.

En résumé: excellente fin d'année pour le producteur espagnol.

Joyeux Noël à tous et que l'année nouvelle soit prodigue en agréables surprises.


Guillem Burset

Articles

Commentaire 03-jan-200603-Jan-2006 il y a 12 ans 8 mois 23 jours
Commentaire 02-déc-200502-Déc-2005 il y a 12 ans 9 mois 24 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags