Commentaire 23-jul-2004

Depuis le début du mois on constate des mouvements de cours inversés selon que l’on se situe en Europe du Nord, en hausse par les besoins de nouveaux pays membres, ou au Sud, en baisse par...
Vendredi 23 Juillet 2004 (il y a 14 ans 4 mois 26 jours)
J'aime

Depuis le début du mois on constate des mouvements de cours inversés selon que l’on se situe en Europe du Nord, en hausse par les besoins de nouveaux pays membres, ou au Sud, en baisse par la pression des distributeurs.
L’Allemagne + 7 centimes, le Danemark + 3 centimes et les Pays-Bas + 2 .
La France et l’Italie – 8 centimes et l’Espagne – 5.

Ces mouvements de marché ont rééquilibré les prix entre l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le marché export des Pays Bas. La France et le Danemark se situent loin derrière entre 10 et 15% en dessous, soit environ 15 euros/porc !....

Lorsque l’on interroge les responsables du MPB, ces distorsions seraient dues au déséquilibre offre demande. Une baisse de production n’implique pas forcement une tension sur les cours si la demande n’est pas au rendez-vous. Le marché d’hier par exemple aurait pu baisser malgré le décalage de prix initial, si les vendeurs n ‘avaient pas pris l’initiative de sortir 5000 porcs du marché (besoin de 55000 porcs sur 60000 présentés).

Il apparaît donc comme urgent de s’organiser pour sortir ces animaux en excédent de notre marché national. Actuellement, l’inertie est trop grande et les acheteurs se trouvent le plus souvent en position favorable, ainsi le marché est asphyxié et ne peut fonctionner normalement.

Les abatteurs découpeurs quant à eux, utilisent cette faiblesse pour mieux se placer vis à vis de leurs clients, lesquels sont conscients de leur position dominante tant que le marché national sera en mesure de les alimenter ainsi.

Ce qui est surprenant, c’est que les stratèges de ces grands groupes ne s’interrogent pas davantage sur les déséquilibres qu’ils provoquent. Certes, ils pourront toujours s’approvisionner ailleurs, mais cette vision à court terme risque fort de faire augmenter le prix moyen futur. Le volume produit sera obligatoirement diminué par le départ de tous les éleveurs dont le prix de revient n'est plus compatible avec le prix du marché, car les dettes ne sont pas extensibles. Le déficit des « disparus »sera reporté indirectement sur les producteurs restants ce qui contribuera à limiter notre compétitivité. La rareté d’un produit crée toujours l’amplification des prix (voir le prix d’un porc anglais).

D’autre part, dans ce contexte,les compléments devront être importés de nos pays voisins. Ils ne seront plus des appoints, mais des flux réguliers qu’il faudra payer à leur prix de marché, transport compris, quelle que soit la conjoncture.

Hilaire HERBERT

Vous pouvez réagir à ce commentaire et aux comparaisons des prix payés à l'éleveur sur le forum de discussion

Articles

Commentaire 27-jul-200427-Jul-2004 il y a 14 ans 4 mois 22 jours
Commentaire 06-jul-200406-Jul-2004 il y a 14 ans 5 mois 13 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags