Commentaire 24-déc-2010

Fin d’année plutôt ferme Sur le marché du porc, l’année se termine plutôt mieux qu’on aurait pu le craindre. Depuis le mois de novembre, la bonne tenue du marché allemand soutient l...
Vendredi 24 Décembre 2010 (il y a 7 ans 11 mois 24 jours)
J'aime

Fin d’année plutôt ferme

Sur le marché du porc, l’année se termine plutôt mieux qu’on aurait pu le craindre. Depuis le mois de novembre, la bonne tenue du marché allemand soutient les prix européens.
Finalement, la chute des cours qui se prolonge habituellement durant l’automne s’est interrompue fin septembre. Sans surprise, la hausse allemande a été imitée aux Pays-Bas, alors que le Danemark, l’Espagne et la France se contentaient de rester stables à très légèrement ferme. Mais à l’heure de rédaction de ces lignes, le Cadran apporte la bonne nouvelle d’une hausse sensible, +3 centimes juste avant Noël.
En France, ces derniers mois de l’année, le prix du porc connaît un bonus d’une dizaine de centimes par rapport à 2009. En moyenne, 2010 fait pratiquement jeu égal avec l’année précédente.

L’export vers les pays tiers tire le marché


Les exportations de l’UE vers les pays tiers ont retrouvé des niveaux particulièrement élevés en 2010. Pour les 9 premiers mois de l’année, elles sont en hausse de 16% par rapport à 2009 et presqu’équivalentes à celles de 2008, qui pourtant avaient bénéficié de restitutions jusqu’en août. L’Allemagne (+22% par rapport à l’an dernier) a largement dépassé le Danemark (+17%), mais il est vrai qu’une partie des viandes danoises sont préparées hors du pays, en Pologne ou en Allemagne, pour être réexportées. La France a aussi largement accru ses ventes de porc hors de l’UE (+25% sur 2009), occupant la 3ème place, mais pour des volumes près de 3 fois inférieurs aux deux leaders. Les ventes de l’UE se sont emballées en septembre, surtout vers la Chine et Hong-Kong et vers la Russie.

Qu’attendre de 2011 ?

Jusqu’à présent, les informations disponibles annoncent un maintien ou une très légère fermeté de la production porcine de l’UE jusqu’au milieu de 2011, mais le prix du porc pourrait être un peu supérieur à celui de 2010. Partant d’un peu plus haut qu’en janvier 2010, il bénéficiera d’une hausse saisonnière de l’ordre de 20 centimes jusqu’en juin et il profitera d’une concurrence atténuée sur le marché mondial, et par rapport aux autres viandes. Partout, on annonce la rareté et donc la cherté du bœuf, mais aussi de la volaille.
Pour autant, le coût de production va atteindre des sommets au début de 2011, avec la répercussion totale du prix des matières premières. La plupart des pronostics tablent sur des céréales et tourteaux chers au moins jusqu’à l’été. Beaucoup de producteurs de porcs européens souffrent durement de la crise. Faut-il s’attendre à des reculs sensibles de production au 2ème semestre 2011 ? Au Danemark, en octobre, le cheptel de truies était inférieur de 6% à celui de 2009. Dans ce pays, la situation financière des éleveurs est très tendue.

Notre analyse complète dans Baromètre Porc, la revue économique de l'IFIP.

Le 24 décembre 2010

Pôle Économie IFIP


Pôle Économie IFIP

Articles

Commentaire 03-jan-201103-Jan-2011 il y a 7 ans 11 mois 15 jours
Commentaire 02-déc-201002-Déc-2010 il y a 8 ans 16 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags