Commentaire 30-avr-2010

Rien ne semble encore décidé L'Espagne a commencé l'année avec une extraordinaire impétuosité sur ses prix du porc en vif. Février a remué ...
Vendredi 30 Avril 2010 (il y a 8 ans 4 mois 27 jours)
J'aime

Rien ne semble encore décidé

L'Espagne a commencé l'année avec une extraordinaire impétuosité sur ses prix du porc en vif. Février a remué les consciences (et le marché) avec des hausses plus qu'inhabituelles. Les premières chutes de neige arrivèrent en Catalogne, un peu plus tard il y eut la suspension de paiement d'une entreprise majeure et rapidement les esprits se refroidirent et le marché se réajusta.

Quelques semaines après, on constate les faits suivants :
- Le déséquilibre produit par l'absence d'une entreprise importante a été absorbé (comme cela arrive toujours), l'offre ayant été redistribuée entre les abattoirs qui continuent à travailler normalement.

- Le prix ayant été réajusté, avec de sévères corrections après le "grave incident commercial" déjà mentionné et peu de semaines après celui-ci, notre marché retrouve l'optimisme habituel tous les ans à cette époque.

- Malheureusement les marchés restent apathiques, la météorologie en Allemagne n'a pas favorisé les barbecues (des opérateurs bien informés affirment qu'en mai, une fin de semaine ensoleillée ou nuageuse signifie consommer ou ne pas consommer 800 tonnes d'échine) et personne ne peut faire de pronostics sur la consommation.

Nous sommes début mai et comme toujours à cette époque le porc en vif sera revalorisé. Quelque soit le contexte extérieur, la consommation interne, l'horloge biologique est au rendez-vous à cette époque et la revalorisation du cheptel est assurée. C'est un fait indiscutable même s'il faut nuancer certains aspects :
- Nous dépendons en dernier lieu des marchés extérieurs : si en Europe la consommation continue à rester en suspens ou sous des niveaux minimas, l'évolution de notre cours rencontrera vite un pic insurmontable. Ce n'est pas réconfortant mais c'est ainsi.

- Si l'abattoir ne peut pas répercuter la hausse, il faudra qu'il puise dans sa trésorerie propre. Cela est déjà arrivé. Cela arrivera probablement à nouveau. On n'en est pas si loin!

- La persistance d'une offre faible (tous les indicateurs vont dans ce sens) garantit que le porc dispose de temps (semaines) pour replacer son cours à des niveaux plus attractifs. Cela se produira malgré le fait que les autres circonstances ne sont pas favorables; maintenant si l'abattoir ne défend pas sa marge ou entre dans une zone de marges négatives (hypothèse trop probable), des tensions insupportables qui conduiront à des réductions d'abattages vont se créer.

Nous avons commencé l'année avec des pronostics extrêmement optimistes (au moins pour ce qui concerne celui qui y souscrivait) basés sur le fait qu'une mauvaise économie dans les élevages ne pouvait persister de façon durable; les circonstances (et les prix) n'ont pas évolué comme on le pensait en grande partie à cause d'une absence retentissante de consommation et de la relation indubitable de notre marché avec l'extérieur.

Il nous reste à voir jusqu'où notre cours peut arriver. Le chemin sera dur, long et disputé.

Aristote a dit : "L'ignorant affirme, le savant doute et s'interroge".


Guillem Burset

Pôle Économie IFIP

Articles

Commentaire 27-mai-201027-Mai-2010 il y a 8 ans 3 mois 30 jours
Commentaire 12-avr-201012-Avr-2010 il y a 8 ans 5 mois 14 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags