Commentaire 31-jan-2009

30 Janvier 2009 On n'y arrive pas, on n'y arrive pas On commence l'année avec des symptômes évidents de faiblesse, les retards accumulés dans les élevages...
Samedi 31 Janvier 2009 (il y a 9 ans 8 mois 15 jours)
J'aime

30 Janvier 2009


On n'y arrive pas, on n'y arrive pas

On commence l'année avec des symptômes évidents de faiblesse, les retards accumulés dans les élevages à cause des fêtes de fin d'année se sont fait sentir par des poids moyens très élevés; l'abattoir sacrifie à cadence élevée mais il reste encore des retards.

Les marchés sont apathiques avec une grande atonie de la consommation. La crise financière frappe de toutes parts et les paiements sont la principale préoccupation - et la seule - de tous les opérateurs.

La réduction des coûts due à la baisse des matières premières et de l'énergie ne s'est pas encore répercutée sur la production, ce qui fait que la souffrance (comprenez les pertes) se poursuit. Les réductions du cheptel européen no se font pas sentir (ou n'ont pas eu lieu ou sont peu significatives) et nous craignons beaucoup que la mollesse du marché persiste jusqu'à ce que des réductions très conséquentes de l'offre se produisent. Nous ne voyons pas d'autre issue.

Les morceaux nobles (essentiellement longes et jambons) se vendent à des prix dont le rapport avec le prix des carcasses battent tous les records négatifs des 20 ou 30 dernières années et, même dans ces conditions, les opérateurs ne se bousculent pas à acheter pour ne pas vendre (comme le chat qui se mord la queue : l'incertitude de la situation économique stimule la prudence dans le camp des acheteurs et entraîne les abattoirs à baisser les prix pour animer la vente).

Au niveau de l'Europe, la situation est semblable, la consommation ne se remarque pas par son ampleur et l'offre d'animaux est généreuse et trop abondante.

De toute façon, en essayant de "saucer l'assiette" pour épuiser les dernières poussières d'optimisme, on pourrait réfléchir sur ce qui suit (toujours à condition qu'il n'arrive pas un fait exceptionnel inattendu qui vienne bouleverser tout le scénario) :

- Il y a un consensus entre les abattoirs espagnols pour que le prix ne baisse pas plus.
- Les poids excessifs sont rapidement réduits et il y aurait possibilité d'un reflux en deux ou trois semaines.

- La répercussion de coûts plus bas à la production est lente mais constante et imparable.
- Les pertes considérables auraient entraîné (en Espagne et dans le reste de l'Europe, avec une signification toute particulière dans les pays membres de l'ancienne Europe de l'Est) des cessations d'activité par asphyxie économique et par des décisions de réduction de l'activité de production, ce qui devrait être nettement ressenti dans la seconde moitié de l'année).


Il ne reste qu'à résister, résister et encore résister.

L'espoir est ce qui se perd en dernier.

Guillem Burset

Pôle Économie IFIP

Articles

Commentaire 18-fév-200918-Fév-2009 il y a 9 ans 7 mois 28 jours
Commentaire 21-jan-200921-Jan-2009 il y a 9 ans 8 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags