Commentaire 31-oct-2008

Descente aux enfers Huit séances consécutives de baisse ont entraîné le cours jusqu'à 1 €/ kg vif, ce qui représente un extraordinaire recule de 24%. ...
Vendredi 31 Octobre 2008 (il y a 10 ans 18 jours)
J'aime

Descente aux enfers

Huit séances consécutives de baisse ont entraîné le cours jusqu'à 1 €/ kg vif, ce qui représente un extraordinaire recule de 24%. Le paysage est pratiquement indescriptible!

L'Espagne a entamé sa course à la baisse le 10 septembre, en donnant ensuite le rythme au reste des pays producteurs européens qui n'ont pas voulu perdre leur compétitivité. Le mois d'octobre se termine avec un marché complètement déprimé, dans une course suicidaire pour pouvoir vendre, quitte à sacrifier les prix s'il le faut.

Il semble que la crise financière qui touche la planète a contaminé le marché de la viande de porc : les prix baissent, baissent et re-baissent sans que les opérateurs les plus anciens n'aient une explication cohérente. Que la vérité soit dite: on n'a rencontré aucun opérateur qui n'ose dire qu'il a vu cela arriver.

Dans ce paysage d'ignorance totale sur les raisons ayant conduit le marché dans ce gouffre, nous ne pouvons prétendre trouver une explication cohérente. Le marché a un comportement chaotique qui fait qu'il est impossible de prévoir ce qui arrivera demain.

Si on cherche des points de référence, on ne les trouve pas; il n'y a même pas d'antécédents semblables depuis notre entrée dans l'UE (effective depuis le 15 mai 1989, date en or où il s'est confirmé que l'Espagne devenait aussi un pays sans peste porcine africaine endémique).

Jambons et longes ne trouvent pas d'acheteurs, à tel point que, selon un abattoir, les abattages peuvent se trouver compromis (si on ne peut vendre ni jambon, ni longe, il faudra voir si on peut continuer à abattre). Il faut garder à l'esprit que le jambon et la longe représentent à eux deux plus de 50 % de la valeur de la carcasse. Le manque de liquidités assomme trop d'entreprises (des ventes en-deçà d'un minimum signifient une augmentation des stocks et le besoin de les financer...). Cette situation est générale dans toute l'UE, particulièrement dans les pays les plus significatifs (Allemagne et France aujourd'hui).

Même s'il s'agit de vérités de La Palice, énumérons certains facteurs qui peuvent aider à ne pas être victimes d'un pessimisme total :
- Le consommateur continuera à manger (la question pourrait être : quoi?).
- Les spéculateurs ont abandonné leurs positions sur le marché mondial des céréales et les prix baissent de façon constante.
- Aucune crise ne dure éternellement.

On espère que pendant le mois de novembre, on atteindra un sol ferme pour pouvoir ensuite rebondir...c'est à voir. Pour le moment, la baisse continue retient les acheteurs et provoque un grand nombre d'inconvénients commerciaux (quand on facture, le prix paraît déjà cher puisqu'il a baissé entre-temps, ce qui provoque des plaintes ...etc).

Les jours vont et viennent, ce que les uns ont amené, les autres l'emporteront.

Guillem Burset

Pôle Économie IFIP

Articles

Commentaire 19-nov-200819-Nov-2008 il y a 9 ans 11 mois 30 jours
Commentaire 23-oct-200823-Oct-2008 il y a 10 ans 26 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags