Commentaire de l'IFIP du 12 Septembre 2011

Après un été atypique , avec une consommation morose et malgré des exportations dynamiques, seule une baisse de l’offre sur la fin d’année permettra de maintenir les prix européens à leur niveau actuel et limiter le recul automnal.

Lundi 12 Septembre 2011 (il y a 7 ans 8 jours)
J'aime

Un été atypique

Les cours du porc en Europe connaissent une année atypique : de fortes augmentations enregistrées en avril, une baisse inhabituelle en mai et surtout l’absence de hausse saisonnière en juillet et août.
En Allemagne comme aux Pays-Bas, le prix du porc est resté stable durant le mois d’août. Celui du Danemark, après une baisse en début de mois, n’a pas évolué non plus. En Espagne, malgré l’absence de hausse en juillet, le cours a reculé dès la mi-août. Même constat en France, où les augmentations observées le mois passées ne se sont pas maintenues. Début septembre cependant, la plupart des cours se sont stabilisés.


Un équilibre entre offre et demande


Les soubresauts enregistrés en juillet en Allemagne ont fait craindre une baisse des cours en août mais le marché du porc a rapidement retrouvé un certain équilibre.
Les abattages se sont maintenus à un niveau élevé. En cumul, de janvier à août, ils progressent fortement dans le nord de l’Europe (+3% pour la zone Allemagne/Danemark/Pays-Bas), dans les nouveaux Etats-membres (Pologne +7%) mais aussi au Sud (+1% en France et en Espagne).
Face à cette offre abondante, la consommation n’a pas été aussi élevée que l’année passée. Peu dynamique en Allemagne du fait des départs en vacances, elle n’a pas été à la hauteur non plus dans le sud de l’Europe. En France, les mauvaises conditions météorologiques enregistrées en juillet ont pesé sur les achats.
Cependant, les préparatifs de rentrée ont stimulé la demande des opérateurs permettant de maintenir les cours dans la plupart des pays.


Les Etats-Unis à un niveau record


Le marché mondial reste sur sa dynamique, porté par les fortes demandes asiatiques. La bonne tenue des exportations européennes à destination des pays tiers a permis de résorber les excédents nationaux.
Les Etats-Unis ont particulièrement profité des flux à destination de la Chine, où la baisse cyclique de la production nationale a entraîné une forte hausse du prix de la viande de porc. Ces exportations soutenues, cumulées à une offre réduite, ont fortement stimulé le prix américain, qui a atteint des niveaux record.


Avec une consommation morose et malgré des exportations dynamiques, seule une baisse de l’offre sur la fin d’année permettra de maintenir les prix européens à leur niveau actuel et limiter le recul automnal.


Notre analyse complète dans Baromètre Porc, la revue économique de l'IFIP.

Pôle Économie de l’IFIP

Pôle Économie de l'IFIP

Articles

Automne doux05-Oct-2011 il y a 6 ans 11 mois 15 jours
Un mois de Septembre moins agressif02-Sep-2011 il y a 7 ans 18 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags