Commentaire de l'IFIP du 25 Avril 2012

Fin avril, le prix perçu français (estimation IFIP) se situe à 1,49 €/kg, le plus bas parmi les principaux bassins de production, une position à nouveau favorable aux échanges intracommunautaire.

Mercredi 25 Avril 2012 (il y a 6 ans 6 mois 27 jours)
J'aime

Calme plat en Europe

Durant le mois d’avril, les cours du porc sont restés stables, au niveau atteint en début de mois. Cela s’est traduit par une hausse en moyenne mensuelle des prix perçus par les éleveurs en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark. En Espagne, il n’a pas bougé alors que la forte baisse enregistrée durant le mois de mars en France s’est traduite par un recul de près de 5% du prix moyen mensuel.
Fin avril, le prix perçu français (estimation Ifip) se situe à 1,49 €/kg, le plus bas parmi les principaux bassins de production, une position à nouveau favorable aux échanges intracommunautaire. Au sommet, le prix allemand est à 1,65 €/kg.

Offre et demande toujours à l’équilibre

Le marché européen est globalement à l’équilibre. Les abattages de porcs allemands et danois sont toujours en nette baisse, alors qu’ils progressent légèrement aux Pays-Bas, sous l’effet d’une moindre exportation en vif à destination de l’Allemande. L’offre poursuit son recul en France.
La demande des abatteurs a été moindre dans la période précédent Pâques ; les semaines suivantes, le surplus généré par une semaine d’abattage en moins a été rapidement récupéré. Cependant, la consommation a été pénalisée par les conditions météorologiques défavorables qui ont frappée l’Europe en avril, à la différence de 2011 où elles avaient permis un début anticipé de la saison des grillades. En Espagne, la bonne demande des abatteurs orientés vers l’export permet d’équilibrer le marché.

Des échanges mondiaux vitaux

Aux Etats-Unis, le prix du porc remonte légèrement après une forte baisse enregistrée en mars. Les premiers résultats des exportations américaines montrent des signes d’essoufflement vers la Chine notamment, où les volumes sont bien moindres que ceux du 4ème trimestre.
Des incertitudes viennent également perturber les flux mondiaux vers la Corée du Sud, avec la restriction à 20 000 tonnes des importations libres de droit (jusqu’au 30 juin 2012).
Les cours sont bas au Brésil et les producteurs doivent faire face en parallèle à des coûts de revient élevés.
Aux Etats-Unis, comme dans l’UE 27 ou au Brésil, les exportations à destinations de pays tiers seront vitales pour soutenir des marchés intérieurs moroses, confrontés à des consommations souvent déclinantes.
La plupart des marchés européens semblent retenir leur souffle ; alors que l’offre en porcs charcutiers est en baisse, la demande intérieure n’a pas encore redémarrée. En mai, avec le retour des beaux jours, la saison des grillades devrait commencer et entraîner une hausse des cours. Mais quelle sera la réaction de l’aval de la filière, déjà soumise à un prix du porc élevé ?

Notre analyse complète dans Baromètre Porc, la revue économique de l'IFIP.

Pôle Économie de l’IFIP

Articles

Long préambule, ou les bonnes choses se font attendre04-Mai-2012 il y a 6 ans 6 mois 17 jours
Sécurité, sérénité, tranquillité30-Mar-2012 il y a 6 ans 7 mois 22 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags