Conduite de la gestation : Soins post-saillie

Les soins immédiats post-saillie, le contrôle des retours en chaleurs et le diagnostic de gestation seront considérés comme des moments particulièrement importants.

Mercredi 4 Juin 2008 (il y a 10 ans 3 mois 19 jours)
J'aime


Si l'on peut dire que le travail le plus dur est fait quand l’insémination est réalisée, c'est une grave erreur de penser que la gestation est terminée avec la saillie !

Le succès d'une salle de gestation se termine précisément avec la mise-bas. Il n’y a pas de bon travail en gestation si on n'obtient pas les mises-bas au final. L'objectif de la conduite de la gestation consiste alors à avoir le minimum de pertes possibles.
En ce sens, les soins immédiats post-saillie, le contrôle des retours en chaleurs et le diagnostic de gestation seront considérés comme des moments particulièrement importants.

Soins immédiats après la saillie

Le premier mois de gestation est le plus délicat.


Comme on peut le voir sur le schéma ce n'est qu'aux environs de 35 jours que se fait l'ossification. Cela signifie que ce ne sera qu'à ce moment que la gestation sera un peu plus "solide". On peut voir aussi que l'implantation proprement dite ne se fait qu'au 14ème jour ce qui signifie que, pendant ces premiers jours, la gestation peut s'interrompre extrêmement facilement.

Les circonstances d’une interruption de gestation sont essentiellement des situations de stress, l'alimentation, le manque de stimulations (verrat) et les maladies.

Éviter les situations de stress

Pour éviter ces situations, il faudra :

a) Eviter le transfert des truies
Si on doit déplacer la truie on peut le faire après trente minutes et pendant les 2 jours après l'avoir saillie. On ne bougera jamais la truie lors des trente premières minutes après la saillie afin de trouver un bon rythme de contractions utérines.

b) Offrir une bonne ambiance
On évitera des températures très élevées ou très basses, on essaiera d'apporter l'espace nécessaire, en évitant une forte densité d'animaux et un nombre excessif de truies par case (entre 8 et 10 au maximum).
On s'assurera aussi qu'il n'existe pas de concurrence pour la nourriture et on administrera une eau en abondance.

c) Éviter les vaccinations des truies pendant le premier mois de gestation.


Alimentation

On doit s'assurer que les truies aient une condition corporelle acceptable avant un mois et qu’elles la gardent pendant toute la gestation. Pour cela, pendant ce premier mois de gestation, on doit alimenter les truies en fonction de leur état corporel.
L'objectif que l'on poursuit est de ne pas avoir de truies ni trop grasses, ni trop maigres pour l’entrée en maternité.
Le plan d'alimentation pourrait être le suivant :

• Premier mois
- Entre 2,7 et 2,8 kg d'aliment/jour pour les truies en case,
- Entre 3 et 3,2 kg d'aliment/jour pour les truies en parcs
• Puis on diminuera la quantité (en apportant 2 à 2,5 kg par jour) pour éviter que les truies ne grossissent de trop et pour obtenir une bonne ingestion pendant la lactation.

• Pendant les 3 dernières semaines de gestation on devra ré-augmenter la quantité d'aliment administrée.

• Cependant, environ 5 jours avant la mise-bas il est recommandé de réduire à nouveau la quantité d'aliment.


On peut dire que cette règle d'alimentation peut varier en fonction de la génétique ou du bilan énergétique de la ration des truies.

Les stimulis

Les truies ne reçoivent pas seulement la stimulation du verrat lors de l'insémination. Il est important que cette stimulation (odeur) puisse être perçue pendant toute la gestation. S'il n'est pas nécessaire que cela se fasse de manière aussi intense, il faut bien dire que cela doit être fait .

On ne peut pas oublier l'origine sauvage des porcs et les femelles attendent précisément du verrat qu'il les défende des attaques des autres animaux. La présence du verrat (odeur) fait que les truies sécrètent de manière plus "active" la progestérone qui est justement une hormone aidant au déroulement de la gestation.

Prévenir les maladies

Il est essentiel de maintenir la santé des truies et d'améliorer leur immunité afin que les porcelets naissent avec un bon niveau de protection. La présence de certaines maladies nous donnerait des diagnostics négatifs ou douteux de gestation.

% diagnostics négatifs ou douteux
Maladie 30 jours 40 jours
Aujeszky 5-10 (+) (-)
Parvovirus 5-10 (+) (+/-)
Cystite < 5 (-) < 5 (-)
Vaginite < 5 (-) < 5 (-)
Endométrite 5-25 (++) < 5-25
Causes non infectieuses (+) (+)
(+): possibilité que cela arrive
(-): rare que cela arrive
Muirhead, 1987


Pour prévenir également la présence de mycotoxines, les silos doivent être parfaitement couverts et il faut éviter l'entrée d'eau ou d'humidité à l'intérieur.

Le contrôle des retours

On a cru à tort que la meilleure méthode de diagnostic de gestation en élevage est l'échographie. Il n’y a pas plus éloigné de la réalité !

La meilleure méthode de diagnostic de gestation est le mâle.

Il est très important que le contrôle des retours des chaleurs soit une opération de routine de l'élevage. En plus du verrat, l'observation sera aussi essentielle dans cette tâche.

Inspecter régulièrement les vulves des truies

L'apparition d'écoulements peut signifier l'interruption de la gestation et sa détection précoce permettra de prendre les mesures rapides si nécessaire

Détecter les retours

On doit périodiquement surveiller les truies qui ont été saillies pour contrôler d'éventuels retours en chaleurs. On les contrôlera spécialement entre 18 et 23 jours après la saillie, période durant laquelle la plupart des truies font des retours.

Le diagnostic de gestation

Hormis d'obtenir le plus grand nombre de truies pleines, il est aussi important de vérifier lors de cette phase que la truie soit restée réellement pleine et que cette gestation se maintienne On pourra donc s'aider des méthodes de détection de la gestation pour identifier le plus tôt possible les truies avec lesquelles on a échoué.

Il existe comme on peut le voir différentes méthodes de diagnostic de gestation, toutes présentent des avantages et des inconvénients qui sont décrits dans les tableaux suivants :

Comparaison des différentes méthodes de diagnostic
Jours après la saillie
Test Précoce Tardif Optimal
Echographie 23 85 30-70
Progestérone 17 Term. 17-20
Doppler:
Pouls de l'artère utérine
Pouls foetal

21
28

Term.
Term.

30-40
42-Term.
Visuel 42 Term. > 55 (cochettes)
> 85(multipares)
Sulfate d'œstrone 18 77-Term. 25-29
Scanner 19 Term. 24-Term.
Exploration rectale 21 Term. 28-Term.

Test Sensibilité (%) Erreurs
MB 0 MB Faux + Faux -
Echographie 63-99 40-96 Vessie
Métrite
Kystes ovariens
Conduite inadaptée
Progestérone (ELISA) 97-100 60-78 Retours.
Pseudogestation
Erreurs d'analyses
Doppler:
Pouls de l'artère utérine 83-100 60-99 Métrite
Pro-oestrus
Autres artères
Conduite inadaptée
Pouls foetal 62-100 89-100

Pouls maternel
Autres artères

Conduite inadaptée
Visuael 82-100 - Aliment
Pseudo-gestation
Petite portée
Sulfate d'œstrone 94-100 65-100 - Petite portée
Scanner 100 61-100 Pus/semence
Kystes ovariens
Conduite inadaptée
Exploration rectale 99-100 86-94 Métrite
Erreurs
Erreurs

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags