Lire cet article dans:

Contrôles des épisodes de SDRP reproducteur avec le vaccin contre le virus de type 1

En Corée, il est courant de vacciner toutes les truies en masse, par trimestre, avec un vaccin contre le virus du SDRP de type 2, c’est pourquoi on recommande de vacciner toutes les truies reproductrices tous les trimestres avec un vaccin supplémentaire contre le type 1.

 

Vendredi 8 Juillet 2016 (il y a 2 ans 7 mois 10 jours)
J'aime

Le SDRP est l’un des défis les plus importants auquel la filière porcine coréenne doit faire face aujourd’hui. Le virus du SDRP se divise en génotypes de type 1 (européen) et de type 2 (nord-américain). Les types 1 et 2 du virus du SDRP diffèrent significativement dans leurs propriétés cliniques, génétiques et antigéniques. Actuellement, les deux génotypes circulent simultanément en Corée. Depuis l’apparition du type 1 en 2005, les infections par le virus du SDRP de type 1 sont caractérisées par un trouble de la reproduction chez les truies et une maladie respiratoire sur les porcs en croissance de tout âge entraînant d’importantes pertes économiques. Chez les truies de première mise-bas, les souches de type 1 peuvent entraîner des avortements et des mort-nés presque à terme, comme les souches de type 2.

En Corée, la plupart des élevages indépendants élèvent des porcs dans des systèmes en tout-plein, tout-vide sur un seul site alors que les grands élevages intégrés opèrent sur deux sites : insémination, gestation et mise-bas/post-sevrage sur un site et croissance/engraissement sur un site séparé. Au vu de l’importante prévalence d’élevages séropositifs en virus du SDRP (70%), les éleveurs préfèrent vacciner les nullipares et les truies pour stabiliser le SDRP dans les élevages de truies reproductrices. L’objectif de les stabiliser par la vaccination est la production de porcelets non infectés au sevrage à partir d’une population de truies préalablement infectée. De cette façon, la vaccination massive des truies est très utilisée pour stabiliser les élevages de truies reproductrices.Fallo reproductivo causado por PRRSV Un élevage de 110 truies, naisseur-engraisseur a subi un épisode aigu de SDRP de type 1. L’historique du trouble de reproduction dû au virus du SDRP est résumé sur la figure 1. Le propriétaire avait vacciné les truies pendant 3 ans avec une vaccination de masse de tout l’élevage, dans laquelle les truies étaient vaccinées tous les trimestres avec un vaccin contre le virus de SDRP de type 2 comme le conseillait le fabricant. La dernière vaccination de masse avait eu lieu le 5 janvier 2014. L’épisode s’est caractérisé par des mort-nés sur 14 des 20 (70%) portées de truies de première mise-bas et sur 6 des 23 (26,1%) portées de multipares sur une période de 8 semaines (mi-décembre 2013 à mi-février 2014). Les primipares et les multipares gestantes ont mis bas  de 6 à 10 mort-nés par portée. Le nombre total de mort-nés a été 160 par rapport aux 507 nés-vivants (31,6%). Trois à quatre jours avant, trois portées sont nées sans mort-nés. Les femelles atteintes étaient anorexiques et faibles avec de la température de 40 à 41,4°C. Toutes les truies et primipares qui ont mis bas des mort-nés avaient de l’agalaxie. Quatre des 23 truies qui ont mis bas des porcelets normaux présentaient aussi de l’agalaxie. Toutes les femelles et primipares qui ont mis bas des mort-nés ne sont pas revenues en chaleurs. Sept primipares et deux truies ont été sacrifiées pour ne pas être revenues en chaleurs. 30% des truies et des primipares qui ont mis bas des porcelets normaux ont eu un intervalle sevrage-œstrus plus long. Une truie est morte après la mise-bas. Sur ces nombreuses portées, on a observé 45 porcelets nés faibles sur 507 porcelets nés-vivants pendant cet épisode. La mortalité pendant le post-sevrage a été d’environ 20%.

On a envoyé 12 mort-nés de 8 primipares et 4 truies au Département de Pathologie Vétérinaire de l’Université Nationale de Séoul où on a détecté par PCR le virus de type 1 sur 11 des 12 porcelets. Le virus de type 1 a été isolé dans le thymus et les ganglions lymphatiques des mort-nés.

En mars 2014, on a fait une vaccination de masse de tout l’élevage avec le virus du SDRP de type 1 avec un intervalle de 3 semaines entre les deux doses. Après la vaccination, le nombre de porcelets mort-nés a considérablement diminué. Deux truies ont mis bas un total de 14 mort-nés et 9 normaux. Quatre des 85 truies sont revenues en chaleurs avec retard. A partir de là, on n’a plus observé de troubles de reproduction sur les truies. Les porcs de 80 à 120 jours ont développé une légère pathologie respiratoire.

La manifestation clinique de l’infection par le virus du SDRP de type 1 est principalement associée au trouble de la reproduction, qui en Corée se manifeste sous forme de « tempête » d’avortements. C’est pourquoi le contrôle du virus du SDRP de type 1 est critique pour prévenir les pertes économiques produites par le trouble de la reproduction. Dans cet élevage, ils avaient utilisé des vaccins contre le virus du SDRP de type 2. Les symptômes cliniques du trouble de la reproduction montrent une protection croisée incomplète du vaccin avec le virus du SDRP de type 2 contre le type 1. En Corée, il est courant de vacciner toutes les truies en masse, par trimestre, avec un vaccin contre le virus du SDRP de type 2, c’est pourquoi on recommande de vacciner toutes les truies reproductrices tous les trimestres avec un vaccin supplémentaire contre le type 1.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags