Lire cet article dans:

Définition et amélioration des anneaux de biosécurité dans un élevage réel

La méthode d'analyse de la biosécurité en anneaux est adaptable à tout type d'élevage et offre une vision globale du risque qui nous aide à prendre des décisions de manière structurée et rationnelle.

Dans le contexte actuel de production mondiale, caractérisé par des marges bénéficiaires très faibles, voire négatives, d'exigences élevées en matière de bien-être animal, de santé en ce qui concerne les maladies endémiques ou à déclaration obligatoire, et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens, le contrôle de la biosécurité devient de plus en plus important, mais aussi complexe.

Comme expliqué dans l'article précédent, il existe différentes façons d'évaluer en profondeur la biosécurité d'une exploitation. Dans cet article, nous présentons une nouvelle méthode appelée "biosécurité en anneaux", avec des exemples concrets.

Afin de définir les différents anneaux présents dans un élevage, la première chose à faire est d'en comprendre les fondements, pour lesquels il faut au moins connaître :

  • Les voies d'entrée et de sortie des animaux et leurs procédures
  • Les voies d'entrée des alimentset leurs procédures
  • Les procédures d'entrée et les mouvements du personnel dans l'élevage
  • Les voies de sortie des cadavres et leurs procédures
  • Les voies d'entrée et de sortie des autres fournitures (outils, matériel, déchets, etc.).

Avec les informations obtenues lors de cette première étape et les plans de l'élevage, nous pouvons représenter les principales voies de déplacement pour chacun des groupes ci-dessus, comme le montre l'image 1.

Figure 1 : Itinéraires de déplacement, point de départ

Figure 1 : Itinéraires de déplacement, point de départ

Comme on peut le voir sur l'image 1, pratiquement 100% des entrées de l'élevage se font par une unique porte. Cela signifie qu'en définissant les anneaux (image 2), nous constatons que seule la clôture de l'exploitation agit comme une barrière à l'entrée contrôlée (anneau jaune). L'agglomération des voies à cette porte facilite la contamination croisée des opérateurs, des animaux et des véhicules, de sorte qu'une fois à l'intérieur de l'exploitation, aucune barrière plus efficace ne peut être définie dans ce cas.

Figure 2. Anneaux de biosécurité. Point de départ.

Figure 2. Anneaux de biosécurité. Point de départ.

Une fois que la définition de base des anneaux et des itinéraires est terminée, nous devons analyser et classer par ordre de priorité les possibilités d'amélioration de cet élevage. Dans ce cas, 3 pratiques en particulier se distinguent :

  • Quarantaine et entrée des nullipares. Comme on peut le voir sur les cartes des images 1 et 2, les nullipares entrent dans l'élevage par le même quai de chargement utilisé pour la sortie des animaux, devant traverser des couloirs de bâtiments avec des animaux. En outre, la zone de quarantaine est à l'extrémité d'un bâtiment, en l'occurrence un engraissement, où ils sont manipulés en flux continu.
  • Quai de chargement pour le départ des animaux. L'une des pratiques les plus dangereuses dans un élevage se situe à l'entrée principale, car c'est par là que sortent les cadavres, qu'entre le camion d'aliment, etc.
  • Entrée du personnel. C'est le seul itinéraire qui entre par un endroit différent, cependant, les opérateurs doivent traverser la zone de passage pour entrer et sortir du vestiaire.

Quels seraient les principaux objectifs dans ce cas ?

  • Séparer les itinéraires afin de "dégager" l'entrée de l'élevage de tout mouvement.
  • Isoler efficacement les nullipares.

La priorité absolue est d'atteindre nos objectifs en utilisant des améliorations aussi simples que possible :

  • Nullipares - pourquoi ces truies se trouvent-elles au bout d'un bâtiment d'engraissement alors qu'il y a un petit bâtiment en haut à gauche de l'élevage ? Ces animaux devraient être relocalisés, passer à une conduite tout plein-tout vide et disposer de leur propre entrée pour les faire descendre du camion sans qu'ils ne traversent aucun bâtiment.
  • Quai de chargement de départ. Le cas est similaire au précédent dans la mesure où, au lieu de faire passer les animaux par tous les bâtiments et de les charger dans une zone de passage, le quai peut être déplacé à l'arrière de l'élevage, près des engraissements.
  • Construction d'une double clôture. Heureusement, l'élevage dispose de suffisamment d'espace entre les bâtiments et la clôture extérieure pour construire une double clôture qui sépare clairement une zone extra propre (blanche, sur la photo 4) où les opérateurs peuvent circuler sans croiser de véhicules extérieurs : collecte des cadavres, fournitures, etc.
  • Un changement de chaussures (de "la rue" au transit) est ajouté pour que les opérateurs puissent accéder à l'enceinte blanche sur leur parcours habituel depuis l'extérieur, jusqu'à ce que le vestiaire principal puisse être déplacé.
  • Figure 3 : Itinéraires de déplacement, après réaménagement.

    Figure 3 : Itinéraires de déplacement, après réaménagement.

    Figure 4. Anneaux de biosécurité, après réaménagement des parcours.

    Figure 4. Anneaux de biosécurité, après réaménagement des parcours.

    Avec seulement 3 changements, bien qu'importants, il est possible de réduire considérablement le croisement des routes et, surtout, de créer un anneau de biosécurité supplémentaire avec des zones propres et sales clairement définies pour les opérateurs, les animaux et les véhicules.

La méthode d'analyse de biosécurité en anneaux s'adapte à tout type d'élevage, du plus complexe au plus simple, et fournit un aperçu très précis du risque qui nous aide à prendre des décisions de manière structurée et rationnelle.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés