Des offres suffisantes pour une demande atone

Une fois de plus, c’est la demande sur le marché de la viande qui a, de façon diverse, déterminé l’orientation des cours du porc dans les grands bassins de production européens car le niveau de l’offre reste globalement bas à peu près partout.

En Allemagne, il y a peu d’offres mais elles suffisent amplement aux besoins restreints des abattoirs. La situation n’est cependant pas homogène dans le pays avec plus de fluidité dans le sud et des reports signalés dans le nord‐ouest. Par contre, le commerce reste calme et des baisses de tarifs ont été appliquées après la récente baisse du prix du porc.

De même, en Autriche, le cours a été reconduit dans un contexte d’offre très limitée et en dehors des zones touristiques où le commerce est plus animé, le marché est équilibré. Une même situation de l’offre est décrite en Belgique, le secteur de la transformation pourrait augmenter son activité en vue de la prochaine rentrée.

Une fois de plus, le recul du prix d’acompte danois est important puisqu’il perd pour un équivalent de 6 centimes d’euro. Le retrait des achats chinois oblige le marché danois à se recentrer sur l’Europe et à adapter son prix à un commerce terne et une concurrence forte. Cette nouvelle baisse conduit le prix payé danois sous le prix payé allemand. Cela est évidemment de mauvais augure concernant l’évolution prochaine des marchés dans le nord de l’Europe.

En Espagne, l’équilibre offre / demande semble se rétablir. Les abattoirs augmentent leur activité avec la fin progressive des congés. La situation reste compliquée avec le ralentissement de la demande chinoise d’autant plus que 3 abattoirs viennent de voir leur agrément retiré à la suite d’une inspection des services chinois. L’inquiétude est grande car il semblerait que d’autres entreprises soient menacées de suspension. L’intention de la Chine pourrait être de réduire indirectement ses importations en provenance d’Europe.



L’Italie évolue à contre‐courant en publiant depuis 5 semaines des hausses de cours. L’offre est faible et la demande estivale est correcte malgré l’absence de nombreux touristes étrangers compensés comme ailleurs par des vacanciers restés au pays.

Aux Etats‐Unis, la tendance du prix est à la baisse. Les offres sont stables sans être élevées. La publication des données sur les exportations du mois de juin montre une demande toujours bonne vers de nombreuses grandes destinations avec 15,3% de croissance par rapport à juin 2020 et ce malgré le recul de la Chine. Le Mexique est un moteur important de cette croissance (+45% sur juin 2021) de même que le Japon (+39%). Les volumes à destination de la Corée du Sud, des Philippines, de la Colombie, de l’Australie sont en forte augmentation également. L’apparition de la FPA en République Dominicaine est un sujet de grande inquiétude pour les américains d’autant plus que Porto Rico (territoire américain) est situé à 115 km de là. L'OIE ne fait pas de distinction entre les pays/territoires concernant le statut de la FPA. S'il y avait une détection à Porto Rico, les Etats‐Unis devraient travailler rapidement à la régionalisation.

En Chine, le prix reste relativement stable à un bas niveau. À la fin du mois de juin, le dernier comptage du cheptel porcin effectué par les autorités indiquait un cheptel total de 439 millions de têtes et un cheptel de truies de 45,64 millions de têtes. A la fin du 3ème trimestre 2020, le cheptel total avait été évalué à 321,2 millions de têtes tandis que le cheptel truies était estimé à 33,8 millions de têtes.

MPB : stabilité à 1,345 euro



Pour la quatrième semaine consécutive le cours affiche au MPB une stabilité à 1,345 euro. La séance du lundi 9 août a révélé l’intérêt croissant des abattoirs pour l’achat des porcs et la séance de jeudi a confirmé cette tendance. La demande nationale est correcte pour cette mi‐août. Selon les groupements vendeurs, les offres ne sont pas élevées, les enlèvements sont à jour et le creux de production pourrait s’intensifier au cours de cette nouvelle semaine. L’activité d’abattage a été stable à 370 271 porcs, la baisse des poids moyens de 213 g à 94,50 kilos confirme la fluidité des offres.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés