Lire cet article dans:

Diagnostic de laboratoire : Maladie d'Aujeszky (Pseudorage - PRV)

Quelles méthodes de diagnostic de laboratoire puis-je utiliser pour diagnostiquer la maladie d'Aujeszky ? Lequel dois-je choisir en fonction de la situation ? Comment interpréter les résultats ?

Porc en position de "chien assis"

Porc en position de "chien assis"

Tests disponibles :

Immunohistochimie (IHC)

  • Détecte la présence d'antigènes viraux.
  • Types d'échantillons : tissus.
  • Avantages :
    • Détecte le virus sur le site de la lésion (bonne preuve de causalité).
    • Tout résultat positif est considéré comme significatif.
  • Inconvénients:
    • Le bon échantillon de tissu doit être envoyé.
    • Elle nécessite une quantité de virus significativement plus élevée que la PCR.
    • N'évalue qu'une petite quantité de tissu.
    • Les infections latentes sont susceptibles de passer inaperçues à moins que le nerf trijumeau et/ou les amygdales ne soient inclus.

Polymerase chain reaction (PCR)

  • Détecte la présence de séquences spécifiques d'acide nucléique viral(ADN).
  • Types d'échantillons : tissus.
  • Avantages :
    • Haute sensibilité.
    • La quantification par PCR est associée à la présence de lésions.
    • Coût modéré :
      • Les échantillons de tissus peuvent souvent être regroupés pour réduire les coûts et minimiser la perte de sensibilité (en particulier en ce qui concerne la pertinence clinique).
    • Certains tests PCR peuvent différencier les virus vaccinaux à gènes délétés d'une infection virale de terrain.
  • Inconvénients :
  • Nécessite des échantillons de tissus (post mortem) pour de meilleurs résultats.
  • Les infections latentes sont susceptibles de passer inaperçues à moins que le nerf trijumeau et/ou les amygdales ne soient inclus.

Test immuno-enzymatique (ELISA)

  • Détecte la présence d'anticorps.
  • Types d'échantillons : sérum.
  • Avantages :
    • Les animaux restent positifs pendant plusieurs semaines.
    • Il peut être utilisé dans les cas chroniques.
    • Il peut être utilisé pour différencier l'exposition au virus de terrain du vaccin à gènes délétés (voir Tableau 1).
    • Tout résultat positif au viscous du terrain est considéré comme significatif.
    • Il ne faut que 5 à 7 jours pour que les animaux deviennent séropositifs après exposition au virus de terrain.

Le tableau 1 aide à démontrer les capacités DIVA (différenciation entre animaux infectés et animaux vaccinés) de certains tests ELISA lors de l'utilisation d'un vaccin à gènes délétés.

Résultat VN Résultat ELISA différentielle dirigiée vers les gènes délétés gE / g1 ou gB Interprétation
Positif Positif

Animal exposé au virus de terrain

Positif Négatif Animal vacciné non exposé au virus de terrain
Négatif Positif Erreur du test, résultat impossible
Négatif Négatif Animal non vacciné non exposé au virus de terrain
  • Inconvénients :
    • Le test approprié doit être associé à la délétion de gène appropriée dans le vaccin.
    • Il faut 10 à 14 jours pour que les animaux deviennent séropositifs après la vaccination.

Neutralisation virale (VN)

  • Détecte la présence d'anticorps.
  • Types d'échantillons : sérum.
  • Avantages :
    • Les animaux restent positifs pendant plusieurs semaines.
    • Il peut être utilisé dans les cas chroniques.
    • Sensibilité plus élevée que l'ELISA (peut détecter une concentration plus faible d'anticorps).
  • Inconvénients :
    • N'est pas faisable pour un grand nombre d'échantillons.
    • Il faut 12 jours pour que les animaux deviennent séropositifs.
    • Elle ne fait pas de distinction entre la vaccination et l'infection virale de terrain.
    • La fiabilité dépend fortement de la compétence des techniciens.
    • La réactivité dépend de l'isolat de virus utilisé.

Interprétation des résultats :

IHC

  • Positif : Le virus est présent sur le site de la lésion.
  • Négatif : Négatif ou infection trop ancienne pour détecter le virus.

PCR

  • Positif : Le virus est présent. Une vaccination récente avec un virus vivant modifié peut entraîner une PCR positive.
  • Négatif : Négatif ou le virus n'est pas détecté si le test est effectué longtemps après l'infection.

ELISA (gène cible délété)

  • Positif : Anticorps maternels ou exposition antérieure (> 5-7 jours) au virus de terrain.
  • Négatif : Négatif ou infection trop récente pour être détectée.

VN

  • Positif : Exposition antérieure (> 5-14 jours) à un vaccin ou à un virus de terrain.
  • Négatif :
    • Négatif au vaccin ou au virus de terrain.
    • Infection trop précoce pour être détectée (<5-7 jours pour le virus de terrain ou <10-14 jours pour le vaccin).

Scénarios

Elevage de truies avec avortements

  • Recueillir 6 à 8 fœtus pour regrouper les échantillons pour la PCR.
  • Truies/cochettes avortées : Recueillir le sérum des truies/cochettes récemment avortées pour la PCR. Ils peuvent être mélangés par groupes de 5.
    • Les tests ELISA d'échantillons individuels peuvent être réalisés si > 7 jours après l'avortement.
    • Dans les élevages non vaccinés contre la maladie d'Aujeszky, il est préférable de réaliser une VN plutôt qu'un ELISA en raison de la sensibilité diagnostique plus élevée du test.

Sélection de cochettes de remplacement provenant d'élevages vaccinés avec des animaux positifs connus

  • Recueillir des échantillons de sang de 100 % des cochettes de remplacement à et les analyser individuellement par ELISA et VN.
    • Ne garder que les animaux positifs en VN et négatifs en ELISA (voir tableau 1 ci-dessus)

Sélection de cochettes de remplacement provenant d'élevages vaccinés sans animaux positifs connus

  • Recueillir des échantillons de sang d'au moins 30 cochettes de remplacement sélectionnées au hasard et les analyser individuellement par ELISA et VN.
    • Si tous les échantillons testés sont VN positifs et ELISA négatifs (voir Tableau 1 ci-dessus), vous pouvez conserver tous les animaux de remplacement.
    • Si un échantillon est négatif pour la VN, 100 % des cochettes restantes doivent être analysées et seules les cochettes vaccinées (VN = positive) doivent être conservées.
    • Si l'une des cochettes est positive au test ELISA, réévaluer l'intérêt de garder un animal dans le groupe, car le résultat suggère que l'élevage d'origine est désormais positif pour la maladie d'Aujeszky.

Consultez le ”guide des maladies” pour plus d’informations

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags