Lire cet article dans:

Diarrhée néonatale : l'importance de l'alimentation de la truie

Une évaluation du rôle de l'alimentation des truies sur la diarrhée néonatale ne pouvait manquer dans une série d'articles sur la diarrhée néonatale.

Dans cet article, nous discutons avec les 4 experts de la façon de nourrir la truie autour de la mise bas et pendant la lactation.

Influence de l'alimentation prépartum

Guedes estime qu'il n'y a pas de relation directe entre l'alimentation en péripartum et l'apparition de la diarrhée, cependant, ce qu'il considère comme important par rapport à la diarrhée, c'est la qualité et la quantité de colostrum. La quantité a à voir avec l'alimentation péripartum, mais la qualité a à voir avec l'alimentation dans le dernier tiers de la gestation où le développement des glandes mammaires a lieu.

Pour Cantín, l'alimentation de la truie est la clé pour mieux contrôler les diarrhées néonatales. Elle souligne un aspect fréquemment observé dans les élevages pour renforcer cette affirmation : il existe des élevages qui partagent deux lignées génétiques différentes, l'une hyper-prolifique et l'autre non. Par conséquent, elles partagent l'alimentation, la pression infectieuse, l'environnement, etc. A ces occasions, on observe fréquemment que l'incidence de la diarrhée est beaucoup plus élevée chez les portées de truies hyperprolifiques que chez les autres. Le ratio peut aller jusqu'à 8 pour 1. Et elle poursuit : cela se produit parce que ce type de truie ne s'alimente pas bien, surtout en phase finale de gestation. Il développe l'idée pour nous : les lignées génétiques hyperprolifiques présentent des besoins nutritionnels élevés en fin de gestation puisqu'elles doivent nourrir 18-19 fœtus en moyenne et ce sont aussi des animaux qui grandissent jusqu'à la 4e à la 5e mise-bas. Pour cette raison, de nombreuses truies commencent à mobiliser les graisses avant la lactation, voire deux semaines avant la mise bas et certaines d'entre elles, en particulier les cochettes, entrent dans un état de cétose. Tout cela a une grande influence sur l'apparition de la diarrhée (image 1).

Image 1. Il est important de répondre nutritionnellement aux besoins nutritionnels élevés des truies hyperprolifiques en fin de gestation pour réduire les problèmes néonatals en période post-partum.

Image 1. Il est important de répondre nutritionnellement aux besoins nutritionnels élevés des truies hyperprolifiques en fin de gestation pour réduire les problèmes néonatals en période post-partum.

Ainsi, conclut-il, l'aliment «peripartum» (aliment "mise-bas") devrait en fait être un aliment qui commence à 80 jours de gestation, puisque tous ces besoins supplémentaires commencent là. Il a longtemps été débattu de l'opportunité d'augmenter ou non l'alimentation en fin de gestation, alors qu'il faudrait débattre sur les courbes de «qualité» plutôt que de «quantité».

Vraeghe est d'accord avec Cantín sur l'importance d'utiliser un aliment péripartum. Elle explique que lorsqu'on utilise un aliment spécifique à partir du moment où la truie entre en maternité jusqu'à 2-3 jours après la mise-bas, cela donne de très bons résultats. Cependant, Guedes et Ackerman commentent que l'utilisation de ces aliments péripartum n'est pas courante dans leurs régions. Dans leur cas, les truies mangent des aliments de lactation à partir du moment dès qu'elles entrent en maternité.

Alimentation pendant la mise-bas et pendant la lactation

Ackerman met l'accent sur l'état corporel avec lequel la truie entre en maternité. Il pense que la truie doit entrer dans les enclos de mise bas avec un état corporel de 3.

Avant la mise-bas, il leur donne 2 à 2,5 kg en différentes rations au cours de la journée. Il préfère les garder un peu affamés ces jours avant la mise-bas pour générer de l'appétit après la mise-bas. Une fois qu'elles ont mis bas, il préfère une augmentation rapide de l'aliment. Il dit que, bien que la plupart des élevages aient une alimentation automatisée, il la préfère manuelle dans cette phase, afin de pouvoir les nourrir plusieurs fois par jour, en observant si elles ont mangé la ration précédente, et pour pouvoir augmenter la quantité. Et il ajoute qu'aucun «effort» ne doit être épargné en raison du coût des aliments de lactation. Il est essentiel, pour prévenir les problèmes chez les porcelets, que la truie ait une bonne lactation et cela nécessite que l'aliment soit très apprêtent, avec des niveaux de lysine adéquats. Dans son cas, il ajoute toujours un séquestrant de mycotoxines.

Guedes dit qu'au Brésil, ils ont normalement tendance à restreindre l'alimentation avant la mise bas et qu'aucun aliment n'est donné le jour de la mise bas, mais lorsque la mise bas est terminée, la truie se voit offrir l'aliment qu'elle veut manger, car la truie doit récupérer et produire autant de lait que possible.

Vraeghe donne la priorité à ne pas "charger" la truie avant ou après la mise-bas (image 2). Il considère qu'il faut commencer à administrer 2,5 à 3 kg après la mise-bas et augmenter progressivement. L'objectif est d'obtenir une prise alimentaire élevée mais d'éviter de «bloquer» la truie. Cela aurait un impact négatif sur la santé des porcelets et sur la lactation.

Image 2. Il est nécessaire de contrôler l'alimentation dans le péripartum et les jours après la mise bas, en évitant que la truie rejette l'aliment.

Image 2. Il est nécessaire de contrôler l'alimentation dans le péripartum et les jours après la mise bas, en évitant que la truie rejette l'aliment.

Cantín souligne que les truies hyperprolifiques ont de très longues mises bas, elles peuvent durer 6-7 heures. Le risque d'épuisement est élevé, il faut donc faire attention aux niveaux de sucres la veille de la mise-bas. Elle est également favorable à l'alimentation pendant la mise bas si la truie en a besoin.

Après la mise-bas, elle préfère une augmentation rapide. Il faut tenir compte du fait que les besoins sont très élevés et qu'elles arrivent à la mise-bas avec des réserves justes. Par conséquent, elle recommande que la truie atteigne déjà 6 kg d'aliment 3 à 4 jours après la mise-bas. Cependant, pour éviter la gêne, un plateau peut être réalisé entre les jours 3 et 5 post-partum jusqu'au jour 8-10 post-partum à partir duquel une autre augmentation peut être faite. Le défi est de donner à la truie tout ce qu'elle peut manger sans qu'elle se gave.

L'eau

Tous les auteurs s'accordent sur l'importance de l'approvisionnement en eau. Vraeghe précise : il faut atteindre une consommation d'au moins 18 litres autour de la mise-bas, et après la mise-bas, 1 litre par jour supplémentaire, pour atteindre une consommation d'au moins 30-35 litres. Pour y parvenir, une eau de bonne qualité est essentielle, qu'il n'y ait pas de changements majeurs du système d'approvisionnement en eau pendant la gestation et la lactation et que les pipettes aient un débit et une position adéquats. Il explique qu'il recommande d'ajouter de l'eau supplémentaire pendant 5 à 6 jours autour de la mise-bas pour stimuler la consommation d'eau. Toute carence en eau se traduira par une moindre production de lait et par pluie de diarrhée chez les porcelets.

En conclusion, l'alimentation dans la phase finale de la gestation et dans les premiers jours après la mise-bas doit toujours être incluse dans l'examen des aspects à prendre en compte face à des problèmes de diarrhée néonatale.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Image 1. Parc avec des truies de seconde mise-bas logées en groupe. Toutes sont issus du même cycle pour faciliter leur vaccination, avec le même programme que les cochettes.

Diarrhées néonatales : stratégies préventives avec méthodes de vaccination

Dans le premier article de cette série, les quatre spécialistes se sont mis d'accord, quoique avec des nuances différentes, sur l'augmentation des problèmes de diarrhée néonatale et nous ont expliqué quels étaient les principaux agents responsables selon leur expérience. Dans cet article, des stratégies préventives avec des méthodes vaccinales seront abordées.