Lire cet article dans:

Diarrhées néonatales : causes et principaux agents

Les diarrhées néonatales sont une pathologie courante et souvent désespérante ; aujourd'hui quatre spécialistes porcins nous livrent leur vision de ce problème, exposant leurs connaissances et leur point de vue depuis les différentes zones géographiques où ils travaillent.

Cet article abordera l'incidence et les agents les plus fréquents. Les articles suivants continueront avec les stratégies préventives avec des schémas de vaccination et de nettoyage et désinfection, l'approche des méthodes préventives avec feed-back et biosécurité, l'influence que l'alimentation des truies en péri-mise-bas a sur cette pathologie et nous terminerons avec les traitements à instaurer en cas d'épidémie.

À quelle fréquence les diarrhées néonatales apparaissent-elles ?

Pour les quatre professionnels, c'est une pathologie très importante qui doit être traitée immédiatement.

En ce qui concerne l'incidence, Ackermann, Cantín, Guedes et Vraeghe conviennent que cette pathologie a une incidence élevée dans les élevages, avec une augmentation ces dernières années.

Cantín précise que les diarrhées néonatales apparaissent avec une incidence plus élevée du deuxième jour de lactation jusqu'aux jours 6-7 et peut affecter 80 à 90% de l'élevage. Elle survient principalement chez les cochettes avec plus de 50% d'affection, mais aussi chez les multipares avec une incidence de 30 à 35%, touchant principalement les truies de deuxième et sixième mise-bas. On la trouve généralement avec une diarrhée de type aqueux avec des porcelets très tachés et déshydratés, amoncelés sur la plaque chauffante ou même sur la truie comme cela apparaît sur les photos 1 et 2.

Image 1 : sur l'image, on peut voir des porcelets de trois jours avec une diarrhée liquide jaunâtre, très souillés, humides,  et avec une sensation thermique froide, s'entassant sur la plaque chauffante.

Image 1 : sur l'image, on peut voir des porcelets de trois jours avec une diarrhée liquide jaunâtre, très souillés, humides,  et avec une sensation thermique froide, s'entassant sur la plaque chauffante.

Image 2 : appareil digestif d'un porcelet allaitant où l'on observe une importante congestion de l'intestin grêle et son contenu liquide jaunâtre. Dans ce cas, E. coli bêta-hémolytique a été diagnostiqué.

Image 2 : appareil digestif d'un porcelet allaitant où l'on observe une importante congestion de l'intestin grêle et son contenu liquide jaunâtre. Dans ce cas, E. coli bêta-hémolytique a été diagnostiqué.

Cantín et Vraeghe attribuent un pourcentage plus élevé de cas aux cochettes.

Une cause multifactorielle

Les 4 professionnels insistent sur l'origine multifactorielle des diarrhées et sur l'importance de faire un diagnostic adéquat de celles-ci, en différenciant celles qui peuvent avoir à voir avec l'ambiance, la conduite d'élevage ou la nutrition de celles ayant des causes infectieuses.

Vraeghe explique graphiquement l'idée de l'équilibre entre la pression d'infection et les mesures préventives de conduite d'élevage, de vaccination, d'hygiène, etc. Il y a des élevages où la diarrhée est contrôlée depuis longtemps, puis sans changement apparent, la diarrhée réapparaît. Cela se produit parce que cet équilibre a été rompu. De la même manière, il y a des élevages où avec peu de mesures on parvient à éviter la diarrhée et dans d'autres, c'est beaucoup plus difficile même en mettant en place de nombreuses mesures. En effet, cet équilibre entre la pression d'infection, l'immunité, la génétique, l'alimentation, l'environnement, etc., est propre à chaque élevage.

Quels sont les agents les plus fréquemment diagnostiqués dans cette pathologie ?

Concernant les agents les plus courants, Guedes souligne que le principal défi est le diagnostic de l'agent étiologique car il est très fréquent de trouver des infections mixtes dans l'élevage avec au moins deux agents impliqués. Et il souligne qu'il est très important de ne pas oublier d'utiliser des techniques d'histopathologie qui permettent de connaître le type de lésion causée, et ainsi de pouvoir déterminer l'agent primaire. Cette technique n'est pas spécifique, mais elle est très sensible et peut nous guider dans le diagnostic du problème principal ou même trouver des lésions et lutter directement contre l'agent qui les provoque. Se concentrer uniquement sur les agents que nous rencontrons et non sur les lésions qui surviennent peut entraîner des erreurs.

Nous observons plus de différences entre eux, lorsque nous leur demandons quels sont les principaux agents responsables des diarrhées selon leur expérience.

Guedes, place Clostridium difficile en premier. Il explique : le diagnostic de C. difficile a beaucoup augmenté ces dernières années, tant dans les diagnostics de terrain basés sur la clinique et les autopsies que dans le diagnostic de laboratoire.

Le rotavirus est le deuxième sur la liste, motivé par l'augmentation des diagnostics de rotavirus de type C. Moins fréquents sont les cas de rotavirus A. Le troisième sur la liste est Escherichia coli. Il souligne qu'il ne faut pas oublier la coccidiose, qui est un problème fréquent dans les élevages brésiliens, bien qu'il ne s'agisse pas exactement d'une diarrhée «néonatale», car elle apparaît plutôt chez les porcelets plus âgés.

Concernant le Clostridium perfringens de type A, il nous dit qu'il n'est pas diagnostiqué au Brésil car on ne sait pas comment le diagnostiquer, alors quand ils échantillonnent tout et ne trouvent rien, ils y pensent.

Cantín insiste sur le fait qu'il n'y a généralement pas un seul agent impliqué. Le rotavirus est presque toujours là, dit-il, mais dans de nombreux cas, il ne suffit pas de contrôler le rotavirus pour résoudre le problème. Il existe généralement un deuxième agent, qui est parfois E. coli, la plupart du temps bêta-hémolytique, d'autres fois Clostridium.

Il souligne également un autre problème important : dans certaines exploitations qui ont connu une épidémie clinique de diarrhée épidémique porcine, celle-ci est restée chronique dans l'élevage et on peut déjà la trouver chez des porcelets âgés de quelques jours.

Ackermann n'hésite pas à mettre en évidence le Rotavirus comme l'agent principal, en particulier A et C qui sont les plus courants ; à son avis le Rotavirus B génère également des problèmes, bien qu'il admette que d'autres collègues estiment qu'il ne joue pas un rôle important.

Deuxièmement, C. perfringens de type A et C. difficile. Ackermann explique que la toxine hémolytique de C. perfringens de type A pose des problèmes, bien qu'il admette que c'est un sujet qui suscite des discussions et qu'il n'y a pas d'avis unanime parmi les vétérinaires de différents pays. En revanche, l'utilisation répandue de vaccins commerciaux n'a pratiquement pas entraîné de problèmes causés par C. perfringens de type C. La diarrhée causée par E. coli est également assez contrôlée par la prévention vaccinale.

Bien sûr, la GET, la DEP ou le delta-coronavirus peuvent causer de graves problèmes, mais ils surviennent sous la forme d'épidémies, et non de manière continue. La coccidiose est également un problème qui apparaît. Et il souligne que dans un diagnostic différentiel aux Etats-Unis, il ne faut pas oublier la grippe et le virus Seneca Valley.

Vraeghe cite d'abord E.Coli et C. perfringens de type C. Il explique que C. perfringens de type A est souvent diagnostiqué aujourd'hui, mais à son avis il n'a pas toujours un rôle pathogène. Les rotavirus de types A et C sont également fréquents.

En résumé, les diarrhées néonatales sont un problème ancien qui semble rester d'actualité, avec une étiologie complexe et un diagnostic et un pronostic difficiles.

L'article suivant abordera les stratégies préventives qui pourraient aider à le contrôler.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés