Lire cet article dans:

Diarrhées néonatales : stratégies préventives avec méthodes de vaccination

Dans le premier article de cette série, les quatre spécialistes se sont mis d'accord, quoique avec des nuances différentes, sur l'augmentation des problèmes de diarrhée néonatale et nous ont expliqué quels étaient les principaux agents responsables selon leur expérience. Dans cet article, des stratégies préventives avec des méthodes vaccinales seront abordées.

Vaccination contre E. coli et Clostridium perfringens C

Selon tous, l'utilisation de bactérines E. coli et C. perfringens C est répandue dans tous les pays et est considérée comme l'un des éléments essentiels de la prévention.

À cet égard, Cantín souligne une nuance intéressante: traditionnellement, les cochettes ont été vaccinées et revaccinées à 60-80 jours de gestation, et les multipares avec une dose de rappel à chaque cycle à 80 jours de gestation, mais je recommande également de vacciner et de revacciner la truie qui est en seconde gestation. Dans de nombreux élevages, il en résulte une amélioration de la diarrhée.

Image 1. Parc avec des truies de seconde mise-bas logées en groupe. Toutes sont issus du même cycle pour faciliter leur vaccination, avec le même programme que les cochettes.

Image 1. Parc avec des truies de seconde mise-bas logées en groupe. Toutes sont issus du même cycle pour faciliter leur vaccination, avec le même programme que les cochettes.

L'éventail des possibilités et des opinions s'élargit lorsque l'on parle du reste des agents pathogènes qui causent la diarrhée néonatale car il est nécessaire de recourir à des vaccins autogènes (autovaccins) ou à d'autres possibilités car il n'y a pas de vaccins commerciaux dans la plupart des cas.

Prévention de la diarrhée à rotavirus

Comme nous l'avons vu dans le premier article, le rotavirus est l'un des principaux agents responsables.
Selon Ackerman, la situation aux États-Unis est différente par rapport aux autres pays, car ils ont plus d'options de vaccination pour cette maladie: ils ont des vaccins commerciaux contre le rotavirus A et ils peuvent également utiliser des vaccins qui ne sont pas techniquement des autovaccins eux-mêmes mais plutôt des vaccins fabriqués. avec la technologie de réplication des particules. D'après son expérience, 20 à 25% de ses clients utilisent ce type de vaccin avec des combinaisons de rotavirus A + C et B + C.

Guedes nous dit qu'au Brésil, il y a différentes options commerciales pour les vaccins pour la prévention du rotavirus A mais aucune pour la prévention du rotavirus C. Lorsque le rotavirus A a été diagnostiqué, l'utilisation de vaccins est une mesure qui fonctionne mais si la cause est le rotavirus C il faut utiliser l'Exposition Orale Contrôlée (EOC).

Cantín nous dit qu'en Espagne il n'y a pas de vaccins autorisés pour le Rotavirus A mais, sur prescription spéciale, des vaccins commerciaux importés de l'étranger peuvent être utilisés ou même des vaccins utilisés pour la prévention du Rotavirus chez les bovins qui donnent un bon résultat contre le Rotavirus A mais pas contre le C. Dans tous les cas, lorsque le rotavirus pose un problème, l'EOC est généralement utilisée.

Pour Vraeghe également, le vaccin contre le rotavirus pour les bovins est une option en l'absence de vaccins commerciaux, bien que dans de nombreux élevages, ils ne l'utilisent que chez les cochettes. Ils ont également la possibilité en Belgique d'utiliser l'autovaccin.

Les autovaccins

Guedes nous dit qu'ils n'ont pas de vaccins commerciaux contre C. difficile, bien qu'il explique qu'ils développent un vaccin contre C. difficile non toxigène pour les porcelets nouveau-nés dont les résultats sont bons dans les tests effectués. Malgré cela, il souligne que C. difficile est un hôte commun de l'intestin des porcelets et que les problèmes qu'il provoque sont davantage liés aux troubles du microbiote, pour lesquels il recommande l'utilisation de probiotiques chez les porcelets le premier et le troisième jour de vie, car la toxine doit être contrôlée en maintenant l'équilibre de la flore intestinale du porcelet.

Il est plus sceptique quant au succès des autovaccins dans ce cas. Cantín est d'accord avec Guedes, bien que dans son cas les autovaccins aient pu aider à certaines occasions, ils n'ont pas été une solution définitive. Selon lui, il arrive souvent aussi qu'ils commencent à être utilisés lorsqu'il y a une situation grave, mais ils ont tendance à être arrêtés lorsque la situation s'améliore.

Ackerman rapporte que l'utilisation d'autovaccins est répandue aux États-Unis, où il n'existe pas de vaccin commercial contre C. perfringens de type A et où des autovaccins sont utilisés pour sa prévention. Plus précisément, 50% utilisent certains autovaccins pour prévenir C. perfringens de type A et C. difficile et aussi pour les souches pathogènes d'E. Coli dans le cas où elles ont été diagnostiquées et ne sont pas incluses dans les vaccins commerciaux.

Il souligne également que l'utilisation de stratégies de vaccination permet de réaliser un diagnostic plus maîtrisé, ce qui est très important pour établir un traitement. Au fur et à mesure qu'on établit un programme de vaccination et avec l'historique de l'élevage, le nombre d'agents possibles de la maladie diminue lorsqu'on prélève.

Vraeghe nous parle d'une utilisation similaire d'autovaccins dans les cas de C difficile. Ils ont un vaccin commercial contre C. perfringens A, mais pas toujours avec de bons résultats car ce n'est souvent pas le facteur déterminant. Parfois, la vaccination contre C. perfringens A résout le problème en orientant l'équilibre intestinal dans la bonne direction. Il insiste encore une fois: la première option est toujours une vaccination adéquate contre E. coli et Clostridium perfringens C avec un vaccin commercial, ainsi qu'une revue des facteurs de conduite d'élevage, d'environnement, d'hygiène, etc. qui peuvent favoriser l'apparition de diarrhée. Ce n'est qu'après cet examen, si la diarrhée persiste, qu'on envisage l'autovaccination ou d'autres stratégies.

On voit déjà que les options de vaccination sont très larges et pour cette raison, comme commenté dans le premier article, il est essentiel de poser un bon diagnostic (Figure 1).

Figure 1. Dans cet arbre de décision, les étapes à suivre pour établir un diagnostic précis et un traitement correct sont déterminées. * Le type de lésion peut nous donner des informations sur l'agent infectieux.

Figure 1. Dans cet arbre de décision, les étapes à suivre pour établir un diagnostic précis et un traitement correct sont déterminées. * Le type de lésion peut nous donner des informations sur l'agent infectieux.

Dans cet article, il a été fait référence à différentes occasions à une exposition orale contrôlée; dans l'article suivant nous discuterons comment la faire, quand cela peut aider et quelles précautions doivent être prises.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés