Lire cet article dans:

Diarrhées néonatales : traitements

Dans une série de 7 articles nous avons abordé la diarrhée néonatale avec 4 vétérinaires de renom sous divers points de vue, infectieux, nutritionnel, conduite et environnement, etc. Nous ne pouvions pas terminer sans discuter spécifiquement de la façon d'aborder le traitement.

Traitement des porcelets


Pour Vraeghe, l'approvisionnement des porcelets en eau avec des électrolytes est la première mesure. Concrètement, lorsque la diarrhée est causée par un rotavirus, il s'agit d'une mesure essentielle pour réduire la mortalité.

En cas de besoin d'antibiotiques, il préfère les administrer via l'eau de boisson. L'eau est administrée dans des assiettes supplémentaires. Il ajoute qu'elle doit être administrée 2 à 3 fois par jour, afin que l'eau reste fraîche et propre (image 1). Dans les cas à évolution lente et individuels, il administre des antibiotiques injectables ou oraux aux animaux malades. En revanche, en cas d'évolution rapide, ils injectent ou traitent par voie orale la première fois pour pouvoir les traiter rapidement. Bien qu'il admette que c'est très efficace, ils essaient de l'éviter car cela implique d'entrer dans les cases avec le risque de propager la diarrhée par les chaussures.

Image 1. Lorsque vous utilisez des assiettes pour administrer de l'eau aux porcelets, il est essentiel qu'elles soient maintenues propres et que de l'eau soit ajoutée fréquemment.

Image 1. Lorsque vous utilisez des assiettes pour administrer de l'eau aux porcelets, il est essentiel qu'elles soient maintenues propres et que de l'eau soit ajoutée fréquemment.

Et rappelez-vous qu'en cas d'apport de lait artificiel pendant les premiers jours, il doit être retiré dès l'apparition de la diarrhée, car cela ne ferait qu'aggraver le problème.

Ackerman n'est pas d'accord avec Vraeghe dans ce cas. Il nous dit qu'ils n'ont généralement pas d'eau disponible dans des récipients pour les porcelets. Certaines personnes donnent des remplaçants lactés ou de l'eau dans de petits récipients, mais souvent, à son avis, ce sont des réservoirs de maladie. Parfois, ils mettent de la fécule de pomme de terre dans des récipients dans les cases des petits.

En ce qui concerne les pathologies virales telles que le rotavirus, Ackerman remarque qu'il existe des infections bactériennes secondaires qu'ils essaient de prévenir, c'est pourquoi ils mettent toujours en place un traitement antibiotique.

Cantín est affirmatif, il n'y a pas de nouveautés dans le traitement de la diarrhée : l'eau avec réhydratant et les antibiotiques oraux ou injectables restent les meilleures mesures. Et il nie faut pas oublier d'améliorer le confort environnemental, une litière avec de la diarrhée sera humide et il fera froid. L'utilisation fréquente de poudres asséchantes et l'ajout de papier déchiqueté sec permettront au porcelet de mieux lutter contre l'infection.

Quant à l'administration de charbon actif chez les porcelets, elle n'est pas considérée comme essentielle, bien qu'à certaines occasions elle puisse être une aide/

Ne pas oublier la truie


Ackerman rappelle qu'avant d'initier tout traitement aux porcelets, il est nécessaire de vérifier que l'origine n'est pas chez la mère ou dans l'environnement des porcelets. Concrètement, il faut vérifier qu'elle produise correctement du lait. Dans certains cas, il est conseillé de donner de l'ocytocine pour stimuler l'éjection du lait.

Assurer la santé de la mère, c'est veiller à ce que la truie se lève tous les jours, se déplace et défèque, vérifier qu'elle n'a pas de fièvre et si des signes de maladie sont détectés, les traiter avec le traitement correspondant : antiinflammatoires stéroïdiens ou non stéroïdien et antibiotique si c'est nécessaire.

Il nous indique une mesure très efficace, bien que trop peu utilisée selon lui : laisser la truie sortir de la case et faire un peu le tour du bâtiment. Il admet que c'est une manipulation laborieuse et inhabituelle, mais cela aide la truie à "s'activer" physiologiquement et peut être très utile à certaines occasions.

Cantín también le da importancia a tratar a la cerda ya que, cuando la camada tiene un problema, la cerda va a tener otro: el dolor de mamas porque no le van a tetar con la suficiente fuerza y no le van a sacar la leche. El uso de antiinflamatorios en la cerda va a ser importante, e incluso el uso de antibióticos en la cerda, tanto si manifiesta fiebre como si no, debido a que estas cerdas hiperprolíficas, con tantos nacidos, son más propensas a retenciones, partos más distócicos, se manipulan más. El uso de prostaglandinas postparto puede ser aconsejable, depende de la historia de la granja.

Vraeghe cuenta que, en algunos casos que requieren tratamiento antibiótico, prefieren la opción de prevenir la diarrea asegurando una buena salud intestinal de la cerda alrededor del parto, ya que la contaminación microbiana de la sala de partos dependerá en gran parte de lo que la cerda excrete en las heces.

Le danger des traitements préventifs


Guedes et Vraeghe mettent en garde contre une mesure fréquemment utilisée, l'utilisation préventive d'antibiotiques chez les porcelets pendant les premiers jours de la vie a un impact négatif sur le microbiote des animaux. De l'avis de Guedes, la dysbactériose qui va être provoquée augmente considérablement la probabilité d'avoir des problèmes causés par Clostridium difficile. Il préfère utiliser des probiotiques pour les porcelets à titre préventif.

Traiter les porcelets en cas de diarrhée néonatale par les soins maternels, la réhydratation des porcelets, l'antibiothérapie et l'amélioration du confort est absolument nécessaire mais, comme décrit dans cette série d'articles, une réelle amélioration de la diarrhée néonatale nécessite une approche extensive comme le montre le tableau récapitulatif (Tableau 1).

Tableau 1. Dans ce tableau en dix points sont synthétisés les points de pertinence que chacun des spécialistes a développés tout au long de cette série d'articles, qui sont d'une grande importance pour le contrôle de la diarrhée néonatale.

1. Diagnostic adéquat des agents impliqués
2. Prévention nécessaire par l'utilisation de vaccins commerciaux et d'autovaccins.
3. Une exposition orale contrôlée peut être nécessaire dans certains cas mais elle doit être limitée à certaines pathologies et toujours de manière contrôlée.
4. Un nettoyage et une désinfection adéquats et le vide sanitaire entre les lots sont des protocoles essentiels dans le contrôle de la diarrhée..
5. La qualité de l'alimentation en phase finale de gestation et en début de lactation a un impact sur l'apparition des diarrhées.
6. La gestion de l'alimentation et de l'eau doit également être revue face à ces problèmes.
7. S'assurer que les porcelets reçoivent suffisamment de colostrum.
8. L'ambiance inadaptée, les courants d'air, etc. sont des facteurs responsables de la diarrhée.
9. La réhydratation et l'antibiothérapie sont les traitements les plus efficaces.
10. Ne pas oublier de prendre soin de la truie.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Image 1. Parc avec des truies de seconde mise-bas logées en groupe. Toutes sont issus du même cycle pour faciliter leur vaccination, avec le même programme que les cochettes.

Diarrhées néonatales : stratégies préventives avec méthodes de vaccination

Dans le premier article de cette série, les quatre spécialistes se sont mis d'accord, quoique avec des nuances différentes, sur l'augmentation des problèmes de diarrhée néonatale et nous ont expliqué quels étaient les principaux agents responsables selon leur expérience. Dans cet article, des stratégies préventives avec des méthodes vaccinales seront abordées.