Eradication du SDRP

Différentes méthodes d'éradication pour négativer les élevages vis à vis du SDRP ont été récemment développées et testées avec succès en situation commerciale.

Différentes méthodes d'éradication pour négativer les élevages vis à vis du SDRP ont été récemment développées et testées avec succès en situation commerciale.

Méthodes efficaces pour l'éradication du SDRP
Dépeuplement/repeuplement complet de tout l'élevage
Isolement de l'élevage
Isolement de l'élevage + inoculation de sérum
Isolement de l'élevage + vaccination
Sérologie et élimination
Sevrage précoce séparé

Le dépeuplement/repeuplement

Le dépeuplement/repeuplement s'est montré être efficace pour éliminer un large éventail de pathogènes sur des porcs. Même s'il est possible d'éradiquer le SDRP par cette méthode, il présente deux grands handicaps: le coût et l'impossibilité de conserver la génétique et la dynamique de mises-bas de l'élevage. Ainsi cette méthode peut être idéale pour des élevages relativement petits qui ont eu des problèmes infectieux multiples, y compris le SDRP, mais en aucun cas pour des schémas génétiques.

La sérologie et l'élimination

La sérologie et l'élimination des animaux positifs ont été décrites dans plusieurs schémas génétiques. Cette technique est basée sur l'analyse de tous les reproducteurs, l'identification des porteurs et sur leur élimination de l'élevage, en évitant la transmission verticale du SDRP. On peut utiliser des analyses sérologiques ELISA, pour détecter des anticorps, et la PCR pour détecter l'acide nucléique viral, ceci conjointement pour identifier les animaux à éliminer. En dépit de sa grande efficacité, cette technique présente plusieurs inconvénients comme un coût important du diagnostic (7,8 € par truie analysée), beaucoup de travail de prélèvement et l'élimination prématurée de truies potentiellement négatives au SDRP étant donné l'incapacité de la méthode ELISA de distinguer les porteurs chroniques de ceux qui ont été infectés précédemment mais qui ont déjà éliminé le virus. Finalement, il est impossible de distinguer sérologiquement les animaux vaccinés de ceux infectés. C'est pour cela que l'efficacité de cette technique dans les élevages vaccinés reste méconnue.

L'isolement de l'élevage

La prévention de la dissémination verticale et horizontale du SDRP entre la truie et sa portée est essentielle pour la production d'un cheptel de renouvellement non exposé au virus.

L'isolement de l'élevage a souvent été utilisé pour réduire la prévalence du SDRP dans les salles de maternité infectées et de nombreux succès ont été observés sur le terrain.
Cette stratégie est basée sur le non-renouvellement de cheptel pendant une longue période (4-8 mois), en stabilisant l'infection dans l'élevage et en éliminant les porteurs. Après la période d'isolement, on introduit les cochettes de renouvellement. Préalablement, on peut utiliser des animaux sentinelles pour s'assurer qu'il n'y a pas de transmission verticale dans l'élevage.
L'avantage de cette stratégie est la préservation de la génétique et la réduction du coût des analyses et de la main d'œuvre, par rapport à la sérologie et à l'élimination. Toutefois, le principal inconvénient de l'isolement de l'élevage est la perte économique due à la longue période de non-renouvellement et à l’altération de la dynamique des mises-bas. Bien que l'on puisse utiliser un bâtiment d'élevage extérieur, ceci entraîne aussi un coût supplémentaire de main d'œuvre et d'installations. Il est finalement important de tenir compte que la capacité de cette technique pour obtenir une élimination à long terme de SDRP dépendra de l'habileté pour arrêter la transmission verticale et horizontale du virus des animaux porteurs aux sous-populations encore non exposées qui peuvent coexister dans l'exploitation infectée.

Finalement, après l'arrêt de la transmission verticale/horizontale du SDRP entre les truies et leur portée, un dépeuplement partiel (PS - engraissement) est essentiel pour l'éradication du virus de l'engraissement. Ceci comprend la confirmation de la circulation du virus en PS, le transfert de la population dans un bâtiment extérieur, un nettoyage, une désinfection et une attente de 1 à 2 jours avant d'installer à nouveau les animaux dans leur bâtiment habituel. Les avantages du dépeuplement partiel sont une baisse de la mortalité post-sevrage, une amélioration de la croissance, de la conversion alimentaire et une réduction du coût des vaccins/antibiotiques. Cette méthode implique très peu d'interruption du cycle des animaux, mais il est nécessaire de disposer d'une installation extérieure.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter