Lire cet article dans:

Forte dégradation des cours !

Les situations des marchés du porc européens se sont nettement dégradées la semaine passée. Seule, la référence allemande a été reconduite.

Les situations des marchés du porc européens se sont nettement dégradées la semaine passée avec la mise en vigueur de confinement et de couvre-feux et par une concurrence toujours plus vive des viandes allemandes sur le marché intra-communautaire. Cela s’est traduit par des décrochages de prix du porc intervenus après de longue période de stabilité ou de série de baisses modérées. Seule, la référence allemande a été reconduite mais la tension s’accroît alors que les reports d’abattage grossissent de semaine en semaine pour avoisiner les 570 000 porcs en attente. Sur le mois d’octobre, les abattages ont baissé de 10% par rapport à l’an passé. Aucune solution ne semble pouvoir être apportée à court terme. Les entreprises sont soumises régulièrement à des tests qui prennent du temps et le personnel mis en quarantaine n’est pas remplacé. Comble de malchance, l'usine de découpe de Blömer a suspendu sa production pendant probablement deux semaines en raison de cas de Covid parmi ses employés. La crainte qui plane à présent sur le marché allemand est de voir ces retards s’accumuler alors que la fin de l’année approche avec sa traditionnelle baisse d’activité qui pourrait générer un million de reports d’abattage ! De plus, le peu de visibilité quant à la durée des restrictions (fermeture de restaurants …) a fortement réduit les carnets de commandes des entreprises de transformation. Faute de pouvoir exporter vers l’Asie, l’Allemagne inonde le marché européen de produits porcins à des tarifs ultracompétitifs : les jambons et les poitrines de porc à destination de l’Italie ont baissé de 10 cents du kilo, les prix des longes baissent d’autant.

En Belgique, le cours de référence a baissé de 3 cents du kilo vif alors que les abattoirs appliquent des prix maisons depuis déjà quelques semaines. Les difficultés à exporter des porcs vivants vers l’Allemagne et l’impossibilité pour l’instant d’exporter vers l’Asie plongent la filière dans la tourmente. L’offre est sous pression, les poids montent à des niveaux record et le marché de la viande est soumis aussi à une forte concurrence.

Le prix d’acompte danois a baissé de 6 cents d’euro. Selon ISN, le Danemark doit également faire face à un ralentissement d’activité en raison de mesures de protection sanitaire dans les abattoirs. L’offre de porcs est en augmentation puisque moins de porcelets ont été exportés vers l’Allemagne. D’autre part, par mesure de précaution, Danish Crown a fermé deux de ses sites à l’exportation vers la Chine. Le cours en Autriche a décroché de 9 cents. Le férié de la semaine précédente a laissé des reports d’abattage. De plus, la fermeture des lieux de restaurations collectives complique les ventes et accroit les offres de viande fortement concurrencées aussi par les viandes allemandes.

En Espagne, le prix du kilo vif a baissé de 2,5 cents, la baisse s’accélère donc ici aussi. Il est vrai que le marché espagnol doit aussi faire face un concurrence très agressive des viandes allemandes sur son marché du frais ce qui conduit à des baisses de tarifs sur certaines pièces (- 5 cents sur le jambon). D’autre part, l’offre est en augmentation, les poids haussent toujours malgré une activité record des abattages.

En Italie, une nouvelle baisse proche du maximum est enregistrée dans un marché qui se dégrade de semaine en semaine. Il est fait état d’offres de demi-carcasses provenant d’Europe du Nord à des tarifs défiant toute concurrence et qui trouvent preneurs sur des marchés jusque-là peu intéressés. Les mesures mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ralentissent l’activité du secteur de la transformation alors qu’il y a beaucoup d’incertitude concernant les commandes généralement liées aux fêtes de Noël et de l’An.



La baisse des cours se confirme aux Etats-Unis, mais les prix restent 20% supérieurs environ aux mêmes références 2019 et 2018. Les abattages de la semaine 44 ont été de 2,683 M de têtes, stables par rapport à la semaine précédente et très proches des abattages de la même semaine 2019. La résurgence de la pandémie impacte l’activité mais la production de viande reste élevée en raison notamment des poids moyens plus élevés que les estimations de l’USDA.

Au 28 octobre, le prix moyen en Chine est à 28,92 CNY, en baisse de 6,5% par rapport à la semaine précédente. Le cours est inférieur de 25,3 % comparé à la même semaine 2019. En équivalent euro, cela met le cours à 3,70 euro du kilo vif.

MPB : - 4,6 centimes dans la semaine



Dans ce contexte de forte tension en Europe, le cours du porc au Marché du Porc Breton a perdu 4,6 centimes dans la semaine avec un cours moyen qui s’établit à 1,309 euro. Une première baisse de 1 centime lundi avait donné le ton et le nombre élevé de porcs sans enchère (30% de la présentation) laissait craindre une nouvelle dégradation du prix à l’issue de la séance de jeudi. La vente a été effectivement très laborieuse avec des positions très orientées à la baisse pour la majorité des abattoirs. 8 791 porcs n’ont obtenu aucune enchère et ont été affectés aux abattoirs, ce qui en dit long sur les besoins actuels des outils. D’autre part, la forte amplitude des enchères qui s’élève à 5,9 centimes est également l’indicateur d’un commerce qui se complique avec la désorganisation des circuits de distribution, la perte de débouchés, la forte concurrence de viandes étrangères et le prochain férié du mercredi 11 novembre. L’activité d’abattage a anticipé cette perte d’activité de cette semaine puisque 382 273 porcs ont été abattus tandis que les poids moyens ont, une fois de plus, repris 325 g à 95,72 kilos. Ils se situent cependant 630 grammes sous les poids de l’an passé à la même période (présence du vendredi 1er novembre 2019).

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés