Lire cet article dans:

Grève dans le secteur de la viande en Espagne ?

3 commentaires

Une grève de cette ampleur ferait chuter le prix du porc à des niveaux historiquement bas.

L'actualité porcine espagnole est dominée par la possibilité d'une grève, en raison de l'absence d'accord sur le renouvellement de la convention collective. C'est la raison pour laquelle nous avançons notre commentaire mensuel.

Actuellement, la situation est la suivante : en cas d'absence d'accord à la table des négociations (dont la date reste à déterminer), les travailleurs se mettront en grève les 25 et 26 novembre et les jours ouvrables entre le 3 et le 8 décembre.

Du point de vue de l'élevage, une grève de cette ampleur (touchant l'ensemble de l'Espagne et durant une semaine) serait plus que catastrophique. En Espagne, nous abattons environ 1.200.000 têtes de porcs par semaine entière. Arrêter les abattoirs pendant une semaine revient à créer un arriéré de bêtes sur le point d'être abattus de cette ampleur : plus d'un million d'animaux au moins. La semaine du Pont de la Constitution, avec deux jours fériés (6 et 8 décembre), crée toujours des difficultés, mais c'est une chose de perdre deux jours d'abattage et une autre de perdre une semaine entière, d’autant plus avec Noël en ligne de mire !

Un blocage de cette ampleur est tout sauf anodin. Et neutre non plus. Il ne laisserait pas non plus le marché indifférent. Si la grève devait avoir lieu, le prix du porc plongerait à des niveaux historiquement bas. Ce serait un véritable coup dur pour la production porcine espagnole, qui a déjà été assez durement touchée ces derniers mois.

Croisons les doigts et espérons que les personnes venant parler autour de la table sectorielle (syndicalistes et employeurs) sauront faire preuve de suffisamment d'intelligence et de savoir-faire pour résoudre leurs différends sans avoir à casser le jeu. Faisons appel à la responsabilité des négociateurs pour croire qu'au final, il y aura un accord.

Les éleveurs espagnols sont innocents dans cette bataille et ne doivent pas subir les conséquences négatives de situations et de circonstances dans lesquelles ils n'ont pas été directement impliqués.

Répétons-le ici : un bouchon de 1.200.000 porcs n'est ni anodin ni neutre.

Le marché

En ce qui concerne le marché lui-même, nous devons dire que nous sommes dans une sorte de no man's land large et indéfini. Les baisses ont été stoppées et nous vivons au fond de la vallée en attendant une réaction. La possibilité d'une grève imprègne tout et il n'est pas facile de rester serein.

Nous essaierons de fournir des fragments ou des aperçus de la situation globale, avec de légères touches d'optimisme :

  • En Chine, le prix du porc a clairement choisi la voie de la hausse, avec des augmentations très importantes en quelques jours (les prix bas ont conduit à l'abandon de la production ; la réaction actuelle semble être ferme). Espérons que les achats en Europe ne se feront pas attendre.
  • De toute l'Europe, nous entendons parler d'abattage massif de porcelets ; ces porcs manqueront aux premiers mois de 2022. Ceci est susceptible d'induire la première réaction haussière.
  • Au cours des deux dernières semaines, de légères et modestes augmentations des prix de certains produits carnés ont été observées. Noël approche et le secteur considère déjà comme acquis que les prix de la viande ne baisseront pas davantage.
  • Les abattoirs de truies de l'ensemble de l'UE font état de records d'activité historiques : ce serait la preuve tangible que la réduction des effectifs est un fait. Et ça ne s'arrête pas. Nous avons déjà commenté dans des articles précédents que la réduction du cheptel européen était nécessaire et indispensable pour surmonter la situation actuelle.
  • L'apathie d’achat de la Chine a obligé les abattoirs à étudier sérieusement d'autres marchés. Nous avons entendu parler de ventes importantes au Mexique et dans d'autres pays d'Amérique latine. Voilà quelque chose de nouveau, et qui est excellent.
  • Lors de nos conversations avec des opérateurs importants de la filière (éleveurs, abattoirs), nous n'avons pas décelé de défaitisme ; au contraire, nous avons perçu une détermination à persister et à persévérer. Une humeur décidée, en un mot. Nous pensons que c'est une bonne chose.

Pour ce qui est de l'avenir proche, tout dépend de la réalisation ou non de la grève. Si nous regardons vers le passé, nous devons réfléchir aux 21 semaines consécutives que nous avons - à ce moment précis - de baisses incessantes. Jamais auparavant nous n'avions vu une baisse aussi persistante et significative. Pas moins de 53 centimes d'euro au total.

Il semble que le travail ait enfin été fait : notre prix a abandonné toute prétention à la singularité (les circonstances l'ont déterminé) et s'est positionné en ligne avec les autres marchés de l'UE. Pour le reste, ce qui doit arriver arrivera ; comme par le passé, de nombreux facteurs entrent en jeu et les dés sont jetés. Avant Noël, l'avenir proche devrait être beaucoup plus clair qu'aujourd'hui. Nous nous efforcerons de le comprendre et d'en rendre compte.

Stephen Hawking a dit que "même les personnes qui disent que nous ne pouvons pas changer notre destin, regardent avant de traverser la rue" (l'attitude peut changer les choses).

Guillem Burset

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
17-Nov-2021michel.orhanmichel.orhanGuillem Burset s'alarme d'une futur grève en Espagne dans les abbatoirs et se réjoui de la baisse du nombre de truies dans l'UE!! Moi ce qui me cidère c'est l'augmentation continu depuis 10 ans de la production de porcs en Espagne tout cela pour innonder le marché européen et mondial. Je suis Breton et cela fait 20 ans qu'on nous accuse de poluer avec nos porcs (nitrates) en Espagne certaines ONG commence a en parler car leurs rivières sont de plus en plus pollués a cause des producteurs de fruits et légumes et ceux de porcs.L'Espagne fait partie de l'UE depuis 1984 mais les lois européennes sur l'environnement ne sont pas ou mal appliqué dans ce pays et cela provoque une concurence déloyale vis a vis des autres membres de l'UE . Guillem Burset défend le model espagnole et se réjoui du poid qu'il a pris dans la production porcine moi producteur de porcs français cela ne me réjoui pas car quand les Chinois ne sont plus aux achats le porc espagnole envahis l'ue a des prix dérisoir. Il faut que l'Espagne arrète sont augmentation mortifair de sa production porcine et qu'elle commence a baisser massivement son cheptel.
17-Nov-2021blanloeil762blanloeil762Complétement d'accord avec Mr Orhan, quelle tristesse de lire l'analyse égoiste de Mr Burset, Mr se réjouit de la baisse de truie en europe, il ne faut pas que des producteurs allemands lisent son article!!! L'espagne a développé sa production depuis plus d'une décénie dans le but de fournir le marché mondial, faut qu'elle en accepte les avantages et les inconvénients.(Le bonheurs des uns fait le malheurs des autres dans ce système.) Malheureusement en tant que producteur de porc français, on est dans le même bateau!!!!
J'espère pour Mr Busset, que l'espagne ne sera jamais touché par la ppa, ou tout autres maladies qui fermeraient ses frontières, car Mr busset ou "Mr Buseness de la viande" boirait la tasse et je ne pense pas que je sortirai mon mouchoir!!!!
18-Nov-2021bursetcampsbursetcampsChers mrs. Orhan et Blanloeil:
Loin de mon esprit le fait de me réjouir de l'abattage des truies dans l'ensemble de la UE et des difficultés des filières porcines europeennes.
Ma pérenne intention dans mes commentaires est d'agir comme témoin de l'actualité, notaire de la realité.
Je regrette beaucoup d'avoir été mal compris.
Guillem Burset
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Les 10 articles les plus lus en 2021

27-Jan-2022

2021 a encore été une année étrange... la pandémie de COVID-19, la Chine et la PPA ont une fois de plus rempli l'air d'incertitude.Les usagers ont montré leur volonté de se tenir au courant de la situation du marché.

Prix du porc

27 Jun
0,010
29 Jun
0,000
30 Jun
0,025
30 Jun
0,000
La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags