4 commentaires

Lire cet article dans:

Grippe porcine: des doutes sur son contrôle en élevage

L'auteur présente une analyse de la situation actuelle de la grippe chez les porcs pour terminer par ses doutes et commentaires sur l'efficacité des mesures de contrôle dans les élevages.

Introduction

Le virus Influenza A (virus de la grippe) est un virus à ARN qui infecte de nombreuses espèces animales (oiseaux, porcins, équidés, canins, félins, mammifères marins, chauves-souris) et l’homme. Le caractère saisonnier du virus chez les porcins dans l'hémisphère nord est centré au printemps et à l'automne, alors que chez l'homme il va de l'automne au printemps (saisons froides). Il existe une grande diversité de virus porcins H1N1 et H1N2 dans le monde qui coexistent avec de nombreux types de virus H3N2 et H1N1, chez les porcs et chez l’homme (clusters IVB, IVA et saisonniers humains - www.fludb.org).

Un pourcentage élevé d'exploitations porcines dans les principaux pays producteurs mondiaux sont considérés comme positifs pour la grippe, ce qui ne signifie pas qu'ils présentent des symptômes cliniques durant l'une des phases de la production, ni qu'ils entraînent des pertes économiques quantifiables. La séroprévalence aux États-Unis, au Canada et en Europe (Belgique, Pays-Bas, France, Italie, Allemagne, Espagne, etc.) se situe entre 85 et 90% des truies dans les fermes vaccinées et non vaccinées et dans les élevages avec ou sans clinique. Au niveau du porc en tant qu'individu, les infections par le virus grippal durent en moyenne 5 à 7 jours et peuvent prévaloir dans la population de plusieurs semaines à plusieurs années. Ainsi, les infections et la dynamique de transmission dans les grandes populations peuvent différer considérablement de celles observées dans de petits groupes d'animaux (grandes différences selon la taille de l'exploitation et le type de production - en phases ou en cycle complet).

Image 1. Mucosité nasale + fièvre – Grippe porcine

Image 1. Mucosité nasale + fièvre – Grippe porcine

Les pertes dues au virus de la grippe dans différentes études sont estimées à environ 3 € / porc et peuvent augmenter en cas de co-infections jusqu'à 10 € / porc. L'introduction de cochettes de remplacement positives en d'autres souches du virus et l'infection persistante chez les porcelets sevrés sont les principales causes de la transmission du virus au sein de l'élevage (et de la persistance endémique dans les élevages). Les porcelets sevrés sont responsables de la persistance, de la diversification et de la transmission du virus de la grippe à d’autres élevages.

La dynamique des infections par le virus de la grippe est significativement différente au niveau de la prévalence chez les porcelets sevrés entre élevages et au sein du même élevage. Dans les exploitations à prévalence élevée et moyenne, la prévalence variera au cours des 4 à 6 semaines suivant le sevrage, tandis que dans les exploitations à prévalence faible, la prévalence ne changera guère. au cours de cette période. Dans plusieurs études, aucune différence significative n’a été détectée entre le degré de prévalence et l’incidence sur la croissance et l’indice de toux, de sorte que davantage d’études sont nécessaires pour pouvoir évaluer l’impact économique réel en fonction de la prévalence au moment du sevrage. Dans plusieurs études avec analyse multifactorielle, il a été montré qu’il n’existait aucune association entre le poids du porcelet à la naissance ou au sevrage, les techniques d’adoption et de cessions, et le nombre de mises-bas des truies présentant la virémie au sevrage même s'il y en a une avec l'âge au sevrage au sevrage

Vaccination

Les recommandations de vaccination testées sont nombreuses et ont donné des résultats variables. Elles comprennent l'application du vaccin aux futurs reproductrices, la vaccination de masse associée à la vaccination avant mise-bas avec des vaccins commerciaux et ou des autovaccins et la vaccination des porcelets. L'utilisation de vaccins réduit le taux de détection du virus chez les porcelets au sevrage sans différence significative entre les vaccins. Le temps moyen d'infection après le sevrage est de 1,5 semaine et la durée de l’infection de 1,6 semaine, ce qui détermine de faibles taux d’anticorps maternels au moment du sevrage chez les porcelets des truies vaccinées et des doutes sur l'interférence avec les anticorps maternels existent. La vaccination ne prévient pas l’infection et peut réduire les signes cliniques, les lésions pulmonaires et l’excrétion virale une fois infectés.

Le virus peut échapper au système immunitaire, notamment aux défenses créées par les vaccins commerciaux. Ainsi, les vaccins ont une efficacité limitée, et il est nécessaire de sélectionner les souches appropriées dans chaque cas, ce qui permet de réduire l’excrétion et la propagation du virus dans l'élevage. Les modifications de ses protéines membranaires affectent la transmission, la virulence et la capacité immunitaire du virus. Ce virus accumule des erreurs dans sa réplication qui, associées au nombre élevé de mutations, ont donné naissance à un grand nombre de nouvelles souches au cours des 20 dernières années. Cette grande diversité dans son génome rend difficile la mise au point de vaccins. À cela s’ajoute le fait que cette variation se situe également aux niveaux local, régional et national. Le concept de vaccination de rappel primaire (premier rappel) consiste à présenter différents antigènes pour augmenter l’ampleur de la réponse immunitaire hétérologue induisant non seulement une réponse en anticorps élevée, mais en activant également la réponse des lymphocytes T CD4. L'efficacité de tels vaccins multivalents vivants atténués ou inactivés contre les infections par les virus grippaux H1 et H3 est encore incertaine

La grippe a de graves conséquences pour la population humaine. L’un des objectifs prioritaires de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Commission européenne est d’augmenter le pourcentage de vaccination contre le virus de la grippe chez l’homme de plus de 65 ans, le personnel de santé (médecins, vétérinaires, infirmiers, pharmaciens, biologistes, etc.). etc.) et les groupes à risque, y compris lors de la campagne 2018-2019 des travailleurs des élevages avicoles et porcins, comme recommandé par la Commission de la santé publique le 20 septembre, afin d'éviter des infections concomitantes des trois virus de l'influenza ( humains, aviaires et porcins), réduisant ainsi la capacité de recombinaison entre ces virus. L'épidémiologie du virus de la grippe est complexe, ce qui rend difficile la mise en place de mesures de contrôle efficaces dans nos exploitations commerciales.

Image 2. Les porcelets sevrés, ainsi que le renouvellement, sont les principaux responsables de la transmission du virus au sein de l'élevage.

Image 2. Les porcelets sevrés, ainsi que le renouvellement, sont les principaux responsables de la transmission du virus au sein de l'élevage.

Les infections secondaires bactériennes sont fréquentes chez les porcs atteints de la grippe et il est important d’envisager la vaccination dans les élevages où le virus est impliqué dans des problèmes respiratoires ou reproductifs concomitants, avec:

  • SDRP
  • Mycoplasma hyopneumoniae
  • Actinobacillus pleuropneumonia
  • Bordetella bronchiseptica
  • Haemophilus parasuis
  • Pasteurella multocida

Les pré!èvements les mieux adaptés au diagnostic PCR sont les tissus pulmonaires, les exsudats nasaux et les fluides oraux (salive).

La détection des anticorps par ELISA n'a pas de signification clinique.

Pour améliorer la sensibilité des techniques, il est important de prélever des échantillons de porcelets infectés de façon aigüe. La durée de stockage des échantillons et la méthode de transport vers le laboratoire peuvent influer sur la sensibilité de la technique (dégradation de l'acide nucléique viral = faux négatifs). La technique d'inhibition de l'hémagglutination (IHA) est utilisée pour comparer l'homologie dans la séquence du virus.

Questions

Personnellement, j’ai beaucoup de doutes sur l’efficacité des mesures de contrôle. Je pense donc qu’il est opportun de poser plusieurs questions au moment de passer à la pratique dans nos élevages:

  • Devrions-nous faire la vaccination au début de l’hiver et du printemps ?
  • Devrions-nous seulement vacciner les animaux - groupes à risque (vieilles truies, porcs dans des élevages souffrant de problèmes respiratoires ...) ?
  • Une dose annuelle de vaccin par truie / porcelet serait-elle suffisante ?
  • Vaccination de l'individu ou de la population ?
  • Vacciner dans des élevages endémiques ou face à une épidémie - pandémie ?
  • Les vaccins appliqués aux humains varient d'une année à l'autre, mais chez les porcs, ils sont identiques depuis longtemps. Devraient-ils être mis à jour ?

Le taux de vaccination dans les élevages porcins à travers le monde est très variable; il est élevé aux États-Unis par rapport à l'Amérique du Sud, à l'Europe, à la Russie ou à l'Asie, où il est assez faible. Il n'en est pas moins vrai que la majorité des vaccins utilisés aux États-Unis sont des autovaccins.

Il s'agit d'une longue liste de questions concernant un virus à ARN identifié il y a tout juste 100 ans avec des premiers foyers en Europe occidentale en 1976 et détecté chez le porc en Espagne pour la première fois en 1982 par le Dr Plana et ses collaborateurs.

Articles liés

Articles

Souches européennes du virus SDRP en Corée08-Jan-2019 il y a 6 mois 9 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
15-Jan-2019Tom42Tom42☹Je ne recommande pas la lecture de cet article (mal traduit) car l'auteur fait de nombreuses approximations, voir des erreurs. Il faut rappeler qu'en Europe, seuls les vaccins commerciaux à virus tués contre la grippe sont autorisés. Les virus contenus dans ces vaccins ne sont pas réactualisés annuellement notamment car les virus enzootiques porcins sont antigénétiquement plutôt stables et que ces vaccins sont adjuvés (contrairement aux vaccins pour l'homme).
15-Jan-2019JD_RENNESJD_RENNESMal traduit ???
Voir l'original https://www.3tres3.com/articulos/gripe-porcina-dudas-sobre-su-control-en-granja_40392/
Où sont les erreurs de traduction ?
15-Jan-2019Tom42Tom42Le vocabulaire employé n'est pas toujours celui que l'on attend pour un article de type scientifique. A votre décharge, le texte original (en anglais ?) est difficile à suivre.
15-Jan-2019JD_RENNESJD_RENNESLe texte est la traduction de la publication destinée au large public de 3trois3.com . Ce texte dont l'original est en espagnol a été rédigé par Antonio Palomo Yagüe et je vous rassure : on arrive à le suivre !
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags