Lire cet article dans:

Impact économique des maladies associées à Streptococcus suis dans les élevages allemands, néerlandais et espagnols

Nous présentons les résultats d'une étude récente évaluant la fréquence des maladies liées aux infections à S. suis et les principaux coûts associés à la maladie dans trois grands pays européens producteurs de porcs.

Streptococcus suis est une bactérie Gram positif encapsulée naturellement présente dans les voies respiratoires supérieures des porcs sains, qui peut provoquer la maladie chez les porcelets en post-sevrage et, moins fréquemment, chez les porcelets sous la mère et les porcs charcutiers. Les signes cliniques les plus fréquents sont la méningite, la polyarthrite et la mort subite. S. suis est également un agent zoonotique qui peut provoquer une maladie grave chez l'homme, caractérisée par une méningite, mais aussi une septicémie, une arthrite ou une endocardite.

Bien que les infections à S. suis soient considérées comme un problème majeur dans le secteur porcin à l'échelle mondiale, il existe très peu d'études sur leur impact économique. Dans cet article, nous présentons les principaux résultats d'une étude récente visant à évaluer la fréquence de la maladie associée aux infections par S. suis ainsi que les principaux coûts associés à la maladie en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne, trois des principaux pays producteurs de porcs en Europe.

La plupart des données ont été obtenues par le biais d'un questionnaire complet, qui a été remis (tout au long de l'année 2019) à 33 cliniciens vétérinaires porcins (12 en Espagne, 11 aux Pays-Bas et 10 en Allemagne) afin d'être représentatifs des différents types de production porcine présents dans les zones d'étude. Le questionnaire comprenait des questions relatives au nombre d'élevages dont ils avaient la charge et à la proportion d'élevages, de lots et d'animaux qui avaient été cliniquement affectés au cours de l'année écoulée aux différents stades de la production, ainsi qu'aux traitements appliqués. Le coût estimé de la maladie comprenait les pertes causées directement par la maladie et les coûts des traitements antimicrobiens, des autovaccins et des tests de laboratoire. Les coûts indirects, tels que l'effet sur la santé publique ou l'accès réduit à de meilleurs marchés, n'ont pas été pris en compte.

Photo 1. Écouvillonnage nasal pour Streptoccocus suis dans un post-sevrage

Photo 1. Écouvillonnage nasal pour Streptoccocus suis dans un post-sevrage

Fréquence de la maladie

Les vétérinaires cliniques interrogés ont fourni des données provenant de 1 652 unités de production en Allemagne, 480 aux Pays-Bas et 1 583 en Espagne (tableau 1). Dans les trois pays, c'est pendant la phase de post-sevrage que la proportion d'exploitations touchées (62,0 à 82,9 % selon les pays) et de troupeaux au sein de ces exploitations touchées (64,1 à 66,5 %) était la plus élevée. L'incidence de la maladie associée à S. suis chez les porcelets sous la mère dans les pays étudiés était comprise entre 3,3 et 4,0 %, avec une mortalité allant de 0,5 à 0,9 %. La proportion d'exploitations ayant des porcelets atteints de la maladie associée à S. suis était similaire, mais le nombre de lots et d'animaux atteints était plus faible que dans les post-sevrages (tableau 1).

Tableau 1 : Fréquence des maladies associées à S. suis dans les pays étudiés.

Phase Pays Total unidades Nombre moyen d'animaux produits par an % d'élevages touchés cliniquement % de lots cliniquement touchés dans les élevages touchés % d'animaux malades dus à S. suis Mortalité(%) causée par la maladie due à S. suis
Porcelets sous la mère Allemagne 510 10.725 64,5% 52,9% 2,2% 0,4%
Pays-Bas 157 17.614 66,7% 43,3% 1,6% 0,3%
Espagne 437 25.780 80,4% 36,1% 1,2% 0,4%
Porcelets en post-sevrage Allemagne 468 10.620 62,0% 64,1% 3,3% 0,5%
Pays-Bas 171 16.423 68,0% 65,2% 4,0% 0,9%
Espagne 370 22.665 82,9% 66,5% 3,3% 0,7%
Engraissement Allemagne 674 8.173 39,8% 19,8% 0,2% 0,0%
Pays-Bas 152 9.119 58,2% 28,3% 0,3% 0,1%
Espagne 776 7.774 47,1% 31,8% 0,3% 0,1%

Coût par animal

Malgré des fréquences de maladies similaires, les coûts moyens totaux étaient très différents entre les trois pays. Le coût par porcelet sous la mère dans les maternités touchées variait de 0,86 euros en Allemagne à 0,11 euros en Espagne. Dans les élevages de post-sevrage touchés, les coûts par animal étaient plus élevés (entre 1,06 et 0,57 euros), tandis que dans les unités d'engraissement touchées, les coûts étaient beaucoup plus faibles (entre 0,22 et 0,07 euros par unité d'engraissement).

Types de coûts

Les pertes par mortalité par porcelet de post-sevrage allaient de 0,19 EUR en Espagne à 0,24 EUR en Allemagne et aux Pays-Bas, tandis que les valeurs pour les porcelets sous la mère et les porcs d'engraissement étaient beaucoup plus faibles (figure 2). Les pertes de poids dues à l'infection par S. suis ont été considérées comme négligeables dans les trois phases. Des différences substantielles entre les pays et les phases ont été observées dans les dépenses pour les traitements métaphylactiques précoces (Figures 1 et 2), c'est-à-dire les traitements antimicrobiens appliqués aux animaux sains dans les exploitations touchées de manière endémique par la maladie due à S. suis. Les coûts les plus élevés ont été enregistrés en Allemagne, notamment pour les porcelets en PS (0,44 euros par animal), mais aussi pour les porcelets sous la mère (0,15 euros) et les charcutiers (0,14 euros) (figure 2). En Espagne, les dépenses pour la métaphylaxie précoce n'étaient significatives que pour les porcelets en PS (0,29 euros par animal), tandis qu'aux Pays-Bas, elles étaient presque négligeables dans toutes les phases (Figure 2). Le coût du traitement antimicrobien appliqué dès l'apparition de la maladie aux animaux sains et malades, appelé dans l'étude traitement métaphylactique tardif, était systématiquement faible, sauf pour les porcelets de PS en Allemagne (0,17 euros par animal) (Figure 1).

Il y avait des différences importantes entre les pays en ce qui concerne les dépenses pour les autovaccins. Les coûts de vaccination des truies (inclus dans les coûts pour les porcelets sous la mère) étaient élevés en Allemagne et aux Pays-Bas (0,59 et 0,57 euro par porcelet, respectivement) (Figure 2). Le coût pour les porcelets sous la mère aux Pays-Bas était également élevé (0,44 euros, figure 2). En revanche, en Espagne, les dépenses en autovaccins étaient faibles à tous les stades (figure 2). Il y avait même des différences substantielles dans les dépenses en autovaccins au sein des pays. Enfin, les coûts des analyses de laboratoire étaient presque négligeables dans tous les pays.

Figure 1 : Pertes moyennes liées à la maladie associée à S. suis et coût par animal dans les unités de production touchées (en euros).

Figure 1 : Pertes moyennes liées à la maladie associée à S. suis et coût par animal dans les unités de production touchées (en euros).

Figure 2 : Coût total de la maladie associée à S. suis par animal dans les unités de production touchées (en euros).

Figure 2 : Coût total de la maladie associée à S. suis par animal dans les unités de production touchées (en euros).

Si l'on considère le nombre d'animaux produits par an dans chaque élevage et les coûts associés par animal, les coûts économiques moyens dans les unités de post-sevrage touchées étaient de 9 900 euros en Allemagne, 11 200 euros aux Pays-Bas et 14 100 euros en Espagne (nombre moyen d'animaux produits par unité et par an de 10 620 porcelets en Allemagne, 16 423 porcelets aux Pays-Bas et 22 665 porcelets en Espagne). Les coûts étaient également importants dans les maternités touchées en Allemagne et aux Pays-Bas (8 700 et 10 200 euros respectivement par unité touchée avec une production par unité de 10 725 et 17 614 porcelets par an respectivement), et beaucoup plus faibles en Espagne (2 700 euros avec 25 780 porcelets produits par unité par an). Dans les élevages d'engraissement touchés, les coûts annuels étaient nettement inférieurs (entre 1 200 et 400 euros, avec une production allant de 7 774 à 9 199 par unité et par an).

Le coût moyen dû à S. suis par porc produit dans le pays (c'est-à-dire en tenant compte des coûts aux différents stades et de la fréquence de la maladie) était de 1,30 EUR en Allemagne, 0,96 EUR aux Pays-Bas et 0,60 EUR en Espagne. Ces différences de coûts entre les pays s'expliquent en grande partie par les mesures de lutte contre S. suis appliquées dans chaque pays. Il convient de mentionner qu'au moment de la collecte des données, la législation sur l'utilisation des antimicrobiens dans les pays étudiés était différente. Alors qu'en Allemagne, la métaphylaxie précoce n'était justifiée que dans des cas exceptionnels et que le traitement antimicrobien métaphylactique tardif était autorisé, aux Pays-Bas, le traitement métaphylactique précoce était interdit et le traitement métaphylactique tardif était autorisé. En revanche, en Espagne, le traitement métaphylactique précoce et tardif n'était pas interdit par la loi. Les données de l'étude montrent que l'utilisation d'antimicrobiens, principalement des bêta-lactamines, reste cruciale pour le contrôle de la maladie en Espagne et en Allemagne, alors qu'en Allemagne et aux Pays-Bas, une grande partie du coût de S. suis est due aux dépenses en autovaccins.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés