2 commentaires

Lire cet article dans:

Intervalle Sevrage - Saillie Fécondante, ce ne sont pas seulement des Jours Non Productifs

Non seulement il est lié aux JNP, mais il peut avoir plus d’impact que nous ne pouvons le supposer initialement.

Actuellement, l'intervalle sevrage-sailli fécondante (ISSF) est l'un des principaux indicateurs permettant d'expliquer les performances d'un élevage. Cet intervalle est défini comme le nombre de jours écoulés entre le sevrage d’une truie et sa première saillie; par conséquent, afin de générer le moins de jours non productifs (JNP), il sera toujours intéressant de le minimiser. Aujourd'hui, nous savons que cet intervalle n'est pas uniquement lié aux JNP, mais qu'il peut avoir plus d'impact que nous ne pouvons le supposer initialement.

En analysant l'ISSF de 481 288 saillies post-sevrage correspondant à l'année 2017 de notre base de données, nous obtenons la distribution suivante:

Graphique 1. Distribution de l'ISSF en 2017

Graphique 1. Distribution de l'ISSF en 2017

Il est clairement observé que les ISSF les plus courants sont 4 et 5 jours, avec respectivement 48,75% et 28,1%. Dans le tableau suivant (tableau 1), les résultats post-insémination de ces deux groupes de truies sont présentés pour le taux de mise-bas (TMB) et de prolificité exprimée en nés totaux (NT) de la prochaine mise-bas. En outre, la composition de chaque groupe est également indiquée: leur moyenne d'âge exprimée en numéro de mise-bas et le pourcentage de primipares contenues dans chaque groupe.

Tableau 1. Comportement post-insémination selon l'ISSF. (ISSF moyen 5.7 jours). Année 2017

TMB (%) NT Age moyen (Mises-bas) % truies primipares
ISSF 4 89,5 15,7 3,5 17,8%
ISSF 5 87,4 14,9 3,3 23,4%

Selon l'ISSF, il existe une différence notable de prolificité, en enregistrant de meilleures valeurs pour un ISSF de 4 jours par rapport à 5 jours. D'autre part, on observe qu'il y a un pourcentage plus élevé de truies provenant de leur première lactation, dans ISSF de 5 jours que dans celui de 4, ce qui était attendu du point de vue physiologique.

Ensuite, les résultats des groupes ISSF4 et ISSF5 sont présentés en fonction du rang de mise-bas de la truie (tableau 2). Ils sont divisés en 4 groupes: truies de mise-bas 1, de mise-bas 2, entre 3-6 mises-bas et 7 mises-bas ou plus. Selon le tableau, le groupe ISSF4 obtient de meilleurs résultats pour toutes les mises-bas, tant en prolificité (entre 0,7 et 0,9 porcelets de plus) qu'en TMB (entre 1,3 et 2,8%).

Tableau 2. Comportement post-insémination par rang de mise-bas et ISSF. 2017.

Mise-bas 1
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 87,6 15,3 0,8
ISSF 5 85,2 14,5
Mise-bas 2
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 90,3 16,1 0,9
ISSF 5 87,5 15,2
Mise-bas 3-6
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 90,1 15,9 0,8
ISSF 5 88,5 15,1
Mise-bas 7 ou plus
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 87,8 14,5 0,7
ISSF 5 86,5 13,8

Pour vérifier si cette différence de prolificité, entre ISSF 4 et ISSF 5, varie en fonction des performances de production d'un élevage (mesurées par les sevrés/truie/an ou STA), nous avons créé 2 sous-groupes basés sur ce paramètre. Un premier groupe comprend les exploitations ayant une capacité de production de plus de 30 sevrés /truie/an, tandis qu'un deuxième groupe est formé de celles dont la productivité est inférieure à 25 sevrés /truie/an,.

En ce qui concerne la distribution des ISSF, comme le montre le tableau suivant, on constate que, dans les deux groupes, les ISSF concentrent les pourcentages les plus élevés entre 4 et 5 jours. En outre, les élevages dont le STA est supérieur à 30 concentrent 78,4% de l’ensemble des inséminations, tandis que dans le cas des exploitations dont le STA est inférieur à 25, elles en cumulent 67,0%.

Graphique 2. Distribution (%) de l'ISSF par type d'élevage en 2017

Graphique 2. Distribution (%) de l'ISSF par type d'élevage en 2017

Ci-après, les groupes STA> 30 et STA <25 sont analysés séparément. Pour le groupe STA> 30 (tableau 3), on peut voir que, comme pour le groupe global analysé ci-dessus, l'ISSF semble avoir un certain impact sur le TMB ultérieur (sauf chez les truies âgées de 7 mises-bas ou plus), ainsi que sur la prolificité de la mise-bas suivante de manière plus marquée (entre 1,0 et 1,5 porcelets de plus pour les truies ISSF 4).

Tableau 3. Plus de 30 STA. (ISSF moyen 5,2 jours). Année 2017.

Mise-bas 1
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 90,9 17,3 1,2
ISSF 5 89,1 16,1
Mise-bas 2
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 91,8 18,2 1,5
ISSF 5 89,7 16,7
Mise-bas 3-6
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 92,1 18,4 1,5
ISSF 5 91,0 16,9
Mise-bas 7 ou plus
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 88,3 17,1 1,0
ISSF 5 90,4 16,1

Dans le cas des élevages de moins de 25 STA (tableau 4), le même effet est observé, la différence numérique étant plus marquée chez les jeunes truies pour le taux de mise-bas et moins pour la prolificité de manière plus stable pour toutes les mises-bas.

Tableau 4. Moins de 25 STA. (ISSF moyen 6,1 jours). Année 2017.

Mise-bas 1
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 86,6 13,8 0,4
ISSF 5 81,2 13,4
Mise-bas 2
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 88,1 14,6 0,3
ISSF 5 84,9 14,3
Mise-bas 3-6
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 86,8 14,5 0,4
ISSF 5 85,7 14,1
Mise-bas 7 ou plus
TMB (%) NT Différence prolificité
ISSF 4 86,5 13,2 0,3
ISSF 5 85,3 12,9

Par conséquent, en fonction des résultats obtenus et bien que l’attente d’une analyse statistique confirmant la signification des résultats reste en suspens, l'ISSF détermine dans une large mesure le TMB et le NT au cycle suivant, en particulier dans les exploitations à hautes performances avec 30 ou plus porcelets sevrés par truie et par an. Peu importe le rang de mise-bas. Si nous prenons également en compte le fait que l'intervalle sevrage-saillie fécondante génère des JNP, il ne fait aucun doute que notre objectif devrait être d'inséminer les truies autour du quatrième jour.

Articles liés

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
22-Mar-2019PigletPigletBonjour,
Je pense que vous vous trompez entre ISS1 et ISSF car un ISSF de 4-5 jours équivaut à un ISS1 de 1-2 jours ce qui est quasi improbable.
De plus, pas certain que les truies venant en chaleur bien plus tard fassent moins de petits que leurs copines venant en chaleur de manière classique. Une étude sur les écarts entre rang 2 ISSF court et rang 2 ISSF long serait plus intéressante !
Cordialement.
22-Mar-2019PigletPigletISS1 de 2-3 jours, désolé
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags