L’efficacité de la réponse en anticorps du porcelet contre le PCV2

Le système immunitaire est composé de trois volets : les défenses non spécifiques, les défenses spécifiques réalisées directement par des cellules et les défenses spécifiques réalisées par les anticorps.

Mercredi 24 Décembre 2008 (il y a 9 ans 11 mois 21 jours)
J'aime


Le système immunitaire est composé de trois volets :

- Les défenses non spécifiques, qui vont des substances anti-infectieuses présentes dans les larmes ou la salive jusqu’aux cellules phagocytaires comme les polynucléaires neutrophiles ou les macrophages, ou encore la fièvre. Une partie importante de ces défenses est fonctionnelle chez le porcelet dès la naissance.
- Les défenses spécifiques réalisées directement par des cellules du système immunitaire, c’est l’immunité cellulaire (voir le chapitre 16). Ces défenses ne sont pas opérationnelles à la naissance.
- Les défenses spécifiques réalisées par les anticorps que le système immunitaire du porcelet fabrique et sécrète dans le sang, c’est l’immunité humorale.


Les anticorps : des armes puissantes, mais très ciblées

Un anticorps (ou immunoglobulines, notées Ig) est une protéine de grande taille, ayant une forme en Y. La base du Y est spécifique à chaque famille d’anticorps (IgA, IgG, etc.), et est reconnue par les cellules des défenses non spécifiques. Les bouts des branches du Y sont tous les deux capables de reconnaître le même antigène : par exemple un fragment de la surface d’une bactérie ou d’un virus.

Quand la reconnaissance est faite, selon les types d’anticorps :
- soit les cellules des défenses non spécifiques (neutrophiles, macrophages) vont se fixer à la base du Y, et sont alors capables de “digérer” la bactérie ou le virus en question, qu’elles ne “verraient” pas sinon ;
- soit les anticorps fixés sur l’intrus le gênent : il est “neutralisé”.

Le porcelet ne fabrique pas d’anticorps tout de suite

Il faut au minimum 5 à 7 jours à un système immunitaire en bon état pour fabriquer les premiers anticorps contre un intrus (agent pathogène, allergène…). Pendant ce temps, la protection du porcelet repose sur ses défenses d’origine maternelle (voir le chapitre 14) et sur ses défenses non spécifiques (qui, souvent, ne suffisent pas).

Le système immunitaire du très jeune porcelet n’est pas mature à la naissance : il lui faut un minimum de 3 semaines pour être pleinement opérationnel. Ce qui veut dire qu’avant le sevrage, même s’il est capable de fabriquer des anticorps, ce sera une “immunité humorale” de piètre qualité.
Dans le cas du PCV2, un porcelet en post-sevrage va être capable de réagir à l’infection par une réponse en anticorps entre 10 et 21 jours après l’infection initiale. Ces anticorps sont détectables au moyen de techniques ELISA et / ou immunoperoxydase en monocouche (IPMA).

Courbe de séroconversion de porcs infectés expérimentalement par le PCV2.
Les anticorps anti-PCV2 ne sont pas détectés avant 14 jours post-infection.

1On peut noter que le début de la détection des anticorps spécifiques a lieu particulièrement
entre 14 et 21 jours post-infection.


Plusieurs types d’anticorps

Un même agent pathogène provoque la fabrication de plusieurs familles d’anticorps par l’organisme. Chaque test sérologique (qui identifie des anticorps anti-PCV2 par exemple) ne va être capable de reconnaître qu’une famille d’anticorps.

Dans les infections virales (la grippe par exemple), les anticorps neutralisants mettent du temps (plusieurs semaines) à être fabriqués. Ils sont en général capables de protéger contre une seconde infection, mais pas contre la première.

Toutes les familles d’anticorps ne sont pas nécessairement protectrices contre l’agent infectieux considéré.
Un test sérologique qui détecte une famille d’anticorps non protectrice ne témoigne, quand il donne un résultat positif, que de l’existence d’un contact entre cet agent (infection naturelle ou vaccination) et l’individu dont le sang a été analysé. Mais ce résultat positif n’indique pas que l’animal est protégé.

MAP et anticorps neutralisants

Plusieurs études d’infections expérimentales ont montré que les porcelets qui vont développer la MAP fabriquent plusieurs familles d’anticorps contre le PCV2, mais sont incapables de fabriquer des anticorps neutralisants.
Cette observation a été également réalisée sur le terrain à différentes reprises. Dans les élevages à MAP clinique, il y a une proportion plus élevée de porcs ayant des niveaux faibles en anticorps neutralisants, que dans les élevages indemnes de MAP.

Ces observations sont en faveur d’un rôle protecteur pour les anticorps neutralisants contre le PCV2. Toutefois, des travaux complémentaires sont nécessaires pour pouvoir l’affirmer.

Les questions restant en suspens

Bien que les interactions entre le PCV2 et le système immunitaire du porc soient de mieux en mieux connues, il reste des points d’ombre.

• Alors qu’une réponse post-infection en anticorps anti-PCV2 est mesurable sur pratiquement tous les animaux d’un troupeau, un certain pourcentage de ceux-ci peut rester virémique, et ce même jusqu’à l’abattage. Le mécanisme de persistance de la virémie en présence d’anticorps sériques n’est pas connu.

• Les porcs adultes (reproducteurs) peuvent aussi être infectés subcliniques : il n’est pas possible d’écarter l’hypothèse d’un effet de résistance à la maladie en rapport avec l’âge.

• Malgré la démonstration expérimentale de l’apparition d’anticorps neutralisants contre le PCV2 environ 28 jours post-infection, la virémie peut encore persister après cette date (alors que normalement, ces anticorps “font leur travail”). Le mécanisme de cette co-existence n’est pas connu.

Le titre en anticorps neutralisants nécessaire pour contrôler l’infection par le PCV2, s’il existe, n’est pas connu.

Un seul des kits d’analyse sérologique visant à identifier des anticorps contre le PCV2 a fourni une validation convaincante. Ce kit devrait permettre de suivre l’infection par ce virus dans les élevages (monitoring). Les modalités de son utilisation en pratique sont en cours de détermination.

Adaptée à la situation française et actualisée par les Drs JB Herin,N. Bridoux et F. Joisel

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags