Large mouvement de hausse

Un large mouvement de hausse s’est opéré la semaine dernière sur les marchés européens du porc vivant.

La forte baisse des offres, amplifiée par des températures élevées qui freinent la croissance des porcs, est à l’origine de cette évolution des marchés qui stagnaient depuis de longues semaines en raison d’un commerce insuffisant, incapable de fluidifier un marché de la viande trop approvisionné. La succession des fériés depuis l’Ascension a ralenti l’activité et permis aux abattoirs de disposer de besoins suffisants malgré une offre de porcs en constante diminution. Le point de rupture est donc atteint, les poids moyens sont en forte baisse dans de nombreux bassins de production, plongeant même sous les mêmes références des années précédentes.

En Allemagne, le nombre de porcs prêts à la commercialisation se réduit de plus en plus malgré un férié le jeudi 16 juin dans certaines régions du pays. Ce déficit de l’offre permet enfin à la référence officielle de reprendre 5 cents malgré un commerce qui ne parvient pas à retrouver son niveau d’avant Covid. Selon l’association d’éleveurs ISN, un résultat provisoire du cheptel en Basse-Saxe laisse apparaître une baisse de 10,6 % depuis un an. En 10 ans la moitié des élevages a disparu et depuis mai 2021, 550 exploitations ont cessé leur activité dans ce länder.

D’autres places de cotations dans le nord de l’Europe enregistrent des hausses significatives : Aux Pays- Bas, les prix abattoirs augmentent de 5 cents ; en Belgique, le commerce de la viande se fluidifie en raison de la baisse significative de l’offre. En Autriche, l’offre est inférieure de 10% à la moyenne et permet au cours de reprendre 3 cents.

En Espagne, le vendredi 24 juin est férié dans certaines régions dont la Catalogne. Cela a eu peu d’incidence puisque les abattoirs travaillent déjà depuis quelques semaines sur 4 jours car le niveau de l’offre est extrêmement bas. Les fortes chaleurs impactent par ailleurs la croissance des porcs et la baisse des poids, effective depuis quelques semaines, a été particulièrement forte la semaine passée en atteignant près de 1,3 kilo. Le commerce tend à s’améliorer, les ventes à destination du sud-est asiatique enregistrent un léger mieux tandis qu’une possible amélioration vers la Chine n’est pas attendue avant la dernière partie de l’année.

En Italie, la situation de marché reste positive portée par une demande estivale en croissance. Comme en Espagne, les températures élevées réduisent l’offre de porcs et les poids baissent. Le marché de la viande a récupéré les hausses du vif et les abattoirs dégagent de la rentabilité. Cette bonne conjoncture devrait se poursuivre encore quelques semaines.

Aux Etats-Unis, le prix du porc poursuit sa hausse dans un contexte de baisse de production saisonnière. La publication du rapport sur le cheptel porcin est attendue le 29 juin et devrait laisser apparaître une baisse du cheptel total proche de 1 %, ce qui serait le plus bas pour le mois de juin depuis 4 ans. Tous les groupes sont concernés dont le cheptel reproducteur en baisse de 1,1 % environ.

Le prix du porc en Chine poursuit sa progression. Le cours se situe à 18,21 CNY le 27 juin (2,58 euro). Selon un porte-parole du ministère chinois de l'agriculture (source lf (DK)), à la fin du mois de mai, le cheptel truies s'élevait à 41,92 millions, soit une augmentation de 0,4 % par rapport à la fin du mois d'avril, où le cheptel s'élevait à 41,77 millions, mais une diminution de 4,7 % par rapport à l'année dernière.

MPB : lundi + 03 cent ; jeudi : + 5 cents

Après une légère amorce de 0,3 cent le lundi 20 juin au MPB, le prix du porc a enregistré sa hausse maximum au cours de la séance du jeudi 23 juin. Les abattoirs ont enchéri de manière à obtenir rapidement les 5 centimes dès les 25 premiers lots. Comme constaté ailleurs en Europe, les offres sont à présent inférieures à la demande. L’activité d’abattage sur la zone Uniporc s’est élevée à 374 921 porcs, en baisse de plus de 6 000 porcs par rapport à la semaine précédente tandis que les poids ont, une fois de plus, baissé de 375 grammes à 94,53 kilos. Les poids ont ainsi chuté de 730 grammes en 2 semaines consécutives et se situent à un niveau inférieur aux mêmes semaines des 3 dernières années.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter