Lire cet article dans:

Le bâtiment d'insémination et de contrôle idéal: cages, mangeoires, sol, lumière… (2/2)

Les points de vue d'experts expérimentés sur ce à quoi devrait ressembler le bâtiment d'insémination contrôle idéal

En dépit de sa simplicité apparente, le bâtiment d'insémination a suffisamment d'éléments pour que l'on prenne le temps d'évaluer les avantages et les inconvénients des uns et des autres.

Dans le premier article sur ce bâtiment, nous avons discuté avec les techniciens Javier Lorente, Lluís Ferrer et Joan Aparicio des sujets liés à sa conception. Dans cet article, nous traiterons d'éléments plus concrets.

Alimentation

Une importance croissante est donnée à l'alimentation pendant la période allant du sevrage à l'entrée en chaleur. La recommandation la plus courante est de fournir un niveau élevé d'alimentation aux truies pendant ces jours dans le but de favoriser l'entrée en chaleur, et une bonne ovulation qui résulte en une prolificité élevée à la prochaine mise-bas.

Qu'il soit facile de bien faire ce régime est une autre question parce que, au cours de cette période, les truies mangent très différemment. C'est pourquoi ce sujet soulève un certain débat. Lorente recommande que la zone de détection des chaleurs (ZDC) ait un circuit d'alimentation différent afin qu'une alimentation spécifique puisse être donnée pour cette phase ou même de pouvoir donner un repas supplémentaire entre le sevrage et l'insémination.

Pour Aparicio, fournir une alimentation différente aux truies pendant la phase de sevrage-insémination est également fondamental. Il recommande que dans cette zone il y ait un double silo et que les doseurs aient une double entrée d'alimentation pour pouvoir donner des aliments différents.

Ferrer dit que, même si ce n'est pas quelque chose que l'on trouve dans les élevages, un système d'alimentation à volonté de type trémie à boule pourrait être pratique pendant ces périodes (Photo 1).

Photo 1. Pour obtenir une consommation d'alimentation élevée dans les jours qui vont du sevrage à l'entrée en chaleur, en évitant en même temps le gaspillage d'aliments, des systèmes d'alimentation en trémie tels que celui montré sur la photo peuvent être une option. (Image reproduite avec l'aimable autorisation de Gori Salamó).

Photo 1. Pour obtenir une consommation d'alimentation élevée dans les jours qui vont du sevrage à l'entrée en chaleur, en évitant en même temps le gaspillage d'aliments, des systèmes d'alimentation en trémie tels que celui montré sur la photo peuvent être une option. (Image reproduite avec l'aimable autorisation de Gori Salamó).

Nourrisseurs

Pour Aparicio, le meilleur système est celui qui s'est généralement imposé ces dernières années: les auges sans séparation communes à plusieurs truies. Elles fonctionnent sans sucette, et généralement avec un système à niveau d'eau constant normalement contrôlé par un flotteur ou une vanne de niveau.

Bien qu'il soit d'accord, Ferrer pense que, trop souvent, ces mangeoires sont associées à un niveau d'eau excessif. Cela conduit à ce que l'aliment se déplace avec l'eau, et il n'est pas possible d'individualiser l'alimentation comme cela serait essentiel dans cette phase. Et rappelez-vous que la ces mangeoires contrairement à la mangeoire individuelle ne garantissent pas à 100% que chaque truie mange sa ration puisque certaines truies peuvent «voler» les aliments de leurs voisines. Il est donc important de regrouper les truies par condition corporelle avec ce type de nourrisseur.

Cage et type de sol

Pour Lorente, la chose la plus importante est que les cages dans cette zone n'aient pas de barres sur le dessus. "Je suis en faveur de la stimulation de la truie avant l'insémination, y compris avec la possibilité d'entrer dans la cage si nécessaire. Par conséquent, il ne devrait y avoir aucune barre sur le dessus "(Photo 2)

Photo 2. Les cages du bâtiment de gestation contrôle doivent permettre un accès facile pour une stimulation correcte des truies avant l'insémination.

Photo 2. Les cages du bâtiment de gestation contrôle doivent permettre un accès facile pour une stimulation correcte des truies avant l'insémination.

Sur le marché, nous trouvons des cages avec seulement une porte arrière et d'autres avec une porte avant et arrière.

Les 3 auteurs s'accordent à dire que c'est mieux d'avoir uniquement une porte arrière. Les portes avant ont trop souvent des fermetures qui s'ouvrent facilement provoquant la présence de soies isolées sur l'élevage. Pour JA, il est fondamental que la porte arrière s'ouvre facilement.

En ce qui concerne le sol, le plus commun est d'avoir une partie pleine à l'avant de la truie et un caillebotis en béton à l'arrière pour garder la truie propre.

Lorente explique qu'il est important que le caillebotis soit progressif, en augmentant l'espace entre les lates de l'avant vers l'arrière. Et que les lattes soient perpendiculaires à l'axe de la truie pour lui permettre de mieux se lever et de se coucher , sans glisser. (Photo 3)

Photo 3. Les cages avec portes avant et arrière facilitent la manipulation des truies qui entrent et sortent des cages. Dans ces cas, il est important que la mangeoire ne dépasse pas au-dessus du niveau du sol et que les verrous des portes avant soient sécurisées afin que les mâles utilisés pour la détection ne puissent pas les ouvrir.

Photo 3. Les cages avec portes avant et arrière facilitent la manipulation des truies qui entrent et sortent des cages. Dans ces cas, il est important que la mangeoire ne dépasse pas au-dessus du niveau du sol et que les verrous des portes avant soient sécurisées afin que les mâles utilisés pour la détection ne puissent pas les ouvrir.

Lumière

Je note que c'est un sujet qui génère un certain scepticisme ... il ne fait aucun doute que les élevages devraient avoir une bonne lumière. Bien que nous trouvions des recommandations pour des niveaux élevés de lux (150-200 lux au-dessus des yeux de la truie) (Photo 4) il y a peu de preuves scientifiques à cet égard.

Photo 4. Il est de plus en plus fréquent d'installer des lumières fluorescentes ou LED à un mètre de haut au-dessus des truies pour garantir 150-200 lux de lumière, dans le but d'améliorer l'entrée en chaleur. (Image reproduite avec l'aimable autorisation de Gori Salamó).

Photo 4. Il est de plus en plus fréquent d'installer des lumières fluorescentes ou LED à un mètre de haut au-dessus des truies pour garantir 150-200 lux de lumière, dans le but d'améliorer l'entrée en chaleur. (Image reproduite avec l'aimable autorisation de Gori Salamó).

Ferrer est, encore une fois, très pratique, la lumière supplémentaire peut être importante dans certains élevages, mais pourquoi ne pas plus profiter de la lumière du soleil? Il note que "je ne comprends pas pourquoi les truies sont placées avec le dos aux fenêtres dans de nombreux élevages. Si nous le faisions dans l'autre sens, la lumière artificielle ne serait pas nécessaire pendant plusieurs heures de la journée. "

Lorente, dans l'élevage "idéal", assurerait un bon niveau de lumière à 1 mètre de la truie, mais pour lui ce n'est pas l'aspect le plus déterminant, bien qu'il faille assurer 14-16 heures de lumière.

Ambiance

Pour Ferrer, l'isolation dans les bâtiments de gestation est l'un des facteurs les plus oubliés. Étant donné que la truie adulte résiste au froid, on n'évite pas souvent des basses températures en hiver causant des truies maigres, ce qui entraîne une consommation accrue d'aliments.

Il n'y a pas de discussion entre les auteurs, l'ambiance doit être contrôlée, avec des systèmes de refroidissement pour l'été.

Lorente différencie la conception du bâtiment en fonction de la zone: "Dans les zones très chaudes, les bâtiments hauts avec du volume sont recommandés. Dans les zones froides moins de volume, et la ventilation par le faux plafond.

Dans deux articles consécutifs, nous avons décomposé la conception et les éléments des bâtiments d'insémination et de contrôle. La conception et le choix des éléments auront une influence sur aspects aussi importants que l'entrée en chaleurs, la fertilité et la prolificité ainsi que sur le temps qu'exigent les tâches de détection et d'insémination qui y sont menées. Il est part conséquent important de prêter attention aux différentes possibilités lors de la conception de ces navires.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags