Lire cet article dans:

Le nouveau défi des maternités sans cage

L'Europe s'apprête à supprimer les cages de mise bas dans quelques années. Les éleveurs sont-ils prêts, cela sera-t-il un avantage pour les truies et pour les porcelets ?

L'un des défis actuels du secteur de la production porcine est de développer des systèmes de logement alternatifs aux cages de maternité qui, depuis leur introduction au milieu du XXe siècle, sont devenues le système de logement le plus utilisé dans le monde. Cependant, la pression sociale pour éliminer les cages dans la production a augmenté. En Europe, l'initiative législative "Fin de l'âge de la cage", lancée en 2018, a réussi à recueillir plus de 1,5 million de signatures, ce qui a obligé le Parlement européen à présenter une proposition de changements législatifs à partir de 2027 (CE, 2021). Cette situation avait déjà été précédée par l'avis scientifique de l'EFSA sur les effets négatifs possibles des cages de maternité sur le bien-être des truies, ainsi que par les développements technologiques de systèmes alternatifs par l'industrie. Il est donc clair que le contexte indique que des changements se profilent à l'horizon à moyen terme et que la filière doit se préparer à répondre à ces défis. Par exemple, des pays comme l'Allemagne ont déclaré que l'utilisation de cages permanentes sera interdite d'ici 2035 et que seul le confinement partiel pendant 5 jours après la mise-bas dans des logements d'au moins 6,5 m2 sera autorisé.

Les cages ont été conçues principalement pour prévenir l'écrasement des porcelets et la mortalité néonatale, ainsi que pour faciliter certaines interventions de conduite sur la truie. La mortalité après la mise bas a été associée principalement à des causes telles que l'écrasement, l'hypothermie ou l'inanition/malnutrition, ou des combinaisons de ces causes (Edwards, 2002). En outre, dans le contexte actuel, l'utilisation d'une génétique hyperprolifique a entraîné une baisse du poids moyen des porcelets à la naissance et une augmentation de la mortalité (Kobek-Kjeldager et al., 2020). Les facteurs de risque provoquant la mort d'un porcelet sont associés à la fois à sa vitalité à la naissance et pendant les heures qui suivent immédiatement la naissance (associés au poids de naissance, à l'hypothermie, à la capacité de prise de colostrum, principalement), ainsi qu'à la capacité maternelle et au stress de la truie.

Avant la mise bas, la truie est soumise à des changements hormonaux principalement associés aux niveaux de prolactine et d'ocytocine, qui l'incitent à développer des comportements de nidification (recherche et transport de matériaux, fouissement, grattage). Comme on peut le voir dans cette vidéo du site freefarrowing.org, la domestication, le type de logement ou la présence de matériaux appropriés pour développer le comportement, n'empêchent pas la truie de montrer certains des schémas caractéristiques du comportement de nidification.

L'incapacité de la truie à réaliser un comportement de nidification adéquat dans les cages, en raison du manque d'espace et de matériaux disponibles, a été associée à une augmentation des hormones de stress telles que le cortisol, qui agit négativement sur les niveaux d'ocytocine. D'où le lien entre le stress avant et après la mise bas chez la truie et la vitalité réduite des porcelets, car la durée de la mise bas et l'intervalle entre les mises bas augmentent en raison du stress et l'éjection du colostrum et du lait peut être retardée. Il a été décrit que les porcelets nés avec une faible vitalité, conséquence d'une éventuelle hypoxie pendant la mise bas ou d'un faible poids de naissance, peuvent assumer un risque accru de rester près de la truie pour compenser ces déficiences. Le fait d'être un porcelet de moindre vitalité est particulièrement important dans les portées où le nombre de porcelets est élevé, car la concurrence sociale pour obtenir une mamelle fonctionnelle est très forte. En ce sens, l'un des grands défis de l'utilisation de mères hyperprolifiques, avec une moyenne d'environ 17,5 porcelets nés vivants, est d'obtenir une croissance correcte lorsque la truie n'a que 14-15 tétons fonctionnels. Ce défi est particulièrement important dans les systèmes de logement sans confinement. Ainsi, une étude récente avec des truies hyperprolifiques a décrit une mortalité plus élevée dans les portées standardisées au jour 1 de 17 porcelets contre 14 porcelets/truie, et un risque relatif de mortalité de 1,8 dans les systèmes de logement non confinés par rapport aux cages (situation de contrôle, risque relatif de 1). En revanche, dans les systèmes de logement non confinés, l'effet d'une forte concurrence au niveau de la mamelle a été moindre pour ces portées élevées, les truies présentant moins de lésions de la mamelle et les porcelets ayant moins tendance à masser la mamelle entre les tétées.

Les systèmes de logement alternatifs ont un bon potentiel pour améliorer certains aspects du bien-être des truies lors de la mise bas. Cependant, la conception et la gestion correctes de ces systèmes sont cruciales pour que les effets positifs sur la réduction du stress des truies ne soient pas annulés par des effets négatifs sur la mortalité des porcelets ou sur la facilité de conduite et de travail pour les éleveurs. Une étude récente a suggéré que les cages présentent un risque relatif de mortinatalité supérieur de 22 % par rapport aux logements non confinés ou semi-confinés (Glencores et al., 2019). En revanche, les cages diminuent encore, selon cette méta-analyse, le risque de mortalité néonatale après le sevrage (14 % de plus dans les systèmes liberté). D'autres aspects de conduite et de besoins d'espace pour définir de manière adéquate les zones fonctionnelles dans les nouveaux logements représentent encore un défi de développement. Dans l'infographie ci-après, les cages et les systèmes alternatifs ont été comparés en fonction de leurs effets sur la truie, le porcelet et l'éleveur. Dans l'article suivant, différents types de systèmes alternatifs seront décrits, principalement ceux sans aucun confinement, le confinement temporaire ou le logement de groupe.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags