Lire cet article dans:

Le protocole d'adoption, une question complexe à normaliser

L'adoption est une pratique courante dans les maternités. Cependant, l'émergence des truies hyperprolifiques a conduit à une remise en question.

Article commenté

Vande Pol KD, Bautista RO, Harpe H, Shull CM, Brown CB, Ellis M. Effect of within-litter birth weight variation after cross-fostering on piglet preweaning growth and mortality. Translational Animal Science. 2021; 5(3): txab039. https://doi.org/10.1093/tas/txab039

Lire le résumé de l'article

Commentaire académique, par Josep Gasa

La réalisation des adoptions, entendues comme le fait de changer les porcelets de mère dans les premières heures suivant la mise bas, est une pratique courante dans les maternités. Pour les élevages non hyperprolifiques ayant un bon statut sanitaire, l'objectif semble être d'équilibrer les portées en nombre avec un minimum d'échange de porcelets entre les mères. Cependant, l'émergence des truies hyperprolifiques a conduit à une remise en question. Le fait d'avoir plus de porcelets vivants à la naissance que de tétines actives disponibles et un poids moyen à la naissance plus faible signifie que la gestion de la portée doit être modifiée. En effet, avec les truies hyperprolifiques, on utilise davantage de nourrices, l'intensité des adoptions augmente et dans certains cas, on pratique même l'allaitement artificiel.

L'objectif de cette étude pilote est d'évaluer l'effet de la variation du poids vif intra-literie, établie après les adoptions, sur le poids au sevrage et la mortalité pendant la lactation. Un total de 282 truies par portée a été utilisé et réparti en six traitements expérimentaux : des portées avec uniquement des porcelets de petite taille (P, <1,0 kg à la naissance), de taille moyenne (M entre 1,0 et 1,5 kg) ou de grande taille (G >1,5 kg), des portées avec la moitié de porcelets de petite taille et la moitié de porcelets de taille moyenne (PM), des portées MG et des portées PMG. Toutes les truies ont commencé la lactation avec 14 porcelets. La proportion moyenne de porcelets P, M et G dans la population était de 15, 45 et 40%, respectivement.

Comme prévu, la croissance (g/j) et la mortalité (%) sont significativement plus élevées et plus faibles, respectivement, chez les porcelets G, suivis des porcelets M et des petits. La meilleure croissance des P est obtenue avec la portée uniforme. Dans les portées mixtes (PM, MG et PMG), les porcelets les plus légers souffrent et les porcelets les plus lourds en bénéficient. La mortalité des petits porcelets augmente et celle des gros porcelets diminue avec les portées mixtes par rapport aux portées uniformes. Les auteurs concluent que la croissance et la mortalité des porcelets répartis dans les groupes de poids varient en fonction de la distribution des poids de naissance des porcelets dans la population.

Dans la pratique, les résultats indiquent que le regroupement uniforme des portées ne modifie pas nécessairement le poids au sevrage de la portée, mais réduit la variabilité du poids au sevrage des porcelets de la bande (la différence de poids au sevrage entre les petits et les gros porcelets est plus faible). Cependant, le nombre de porcelets soumis au changement de mère est de 100%, loin de la réalité commerciale, et le résultat n'est pas non plus généralisable, étant donné que les truies ont été synchronisées au jour 114 avec de la prostaglandine F2α pour avoir les mises-bas au jour 115, que l'état sanitaire de l'élevage n'est pas décrit, et que les porcelets à faible vitalité ont été écartés dès le départ. Le document est plus utile pour lancer un forum de discussion sur les adoptions que pour obtenir une recommandation pratique basée sur les résultats. En fait, les auteurs reconnaissent la difficulté de trouver des plans expérimentaux commercialement appropriés, capables de produire des résultats significatifs qui fourniraient une recommandation claire au niveau commercial.

Commentaire depuis l'élevage, par Josep Casanovas

L'objectif ultime de tous ceux qui travaillent dans une exploitation porcine est d'améliorer la productivité.

Dans le cas d'un élevage de truies, cela signifie augmenter le nombre de porcelets sevrés.

La capacité des truies à mettre bas un bon nombre de porcelets, lorsque leurs besoins sont correctement satisfaits, signifie qu'une grande partie de la capacité productive d'une exploitation se décide en maternité. Il ne suffit pas qu'ils naissent, il faut qu'ils soient sevrés.

Mais cela ne suffit pas, une fois qu'ils sont sevrés, nous devons nous assurer qu'il n'y a pas de pertes dans la phase de croissance.

Nous sommes plus productifs, mais nous ne sommes pas plus efficaces, de nombreux porcelets sont perdus en cours de route. Trop souvent, pour chaque porcelet produit en plus, seule la moitié parvient à l'abattoir.

L'amélioration de la conduite des truies, d'une part, et l'apparition de lignées hyperprolifiques, d'autre part, font que le nombre de porcelets nés augmente.

Il naît beaucoup plus de porcelets qu'il n'y a de tétines disponibles.

La pratique consistant à déplacer les porcelets d'une mère à l'autre est donc de plus en plus courante.On a l'impression que c'est la seule option pour les sortir. Comment et quand les porcelets doivent-ils être déplacés ?

C'est pourquoi les études scientifiques qui nous aident à prendre des décisions à un niveau productif sont les bienvenues. Ce n'est pas facile de les faire.

Dans ce cas, la mise bas a été provoquée et tous les porcelets ont été déplacés, deux décisions qui affectent directement le résultat de l'expérience, ce qui rend difficile l'acceptation des résultats.

Le déclenchement de la mise bas modifie la qualité du porcelet né et la qualité du colostrum produit. Il ne fait aucun doute que la meilleure tétine pour un porcelet est celle de sa mère.

Il faut tenir compte du fait que beaucoup de gens pensent que chaque porcelet a sa propre tétine, il semble donc que la présence de plus de porcelets que de tétines condamne les plus faibles. Mais lorsqu'il y a plus de porcelets que de tétines, il n'est pas vrai que chaque porcelet a sa propre tétine ; dans cette situation, les porcelets apprennent à partager. Les truies ayant 14 trayons peuvent sevrer 16 porcelets.

Il est également important de considérer que le processus de production ne s'arrête pas une fois que les porcelets sont sevrés. Le processus se termine à la fin de la phase de croissance. Pour que la phase de croissance se déroule sans heurts, l'état de santé est essentiel.

Pour rester en bonne santé, nous savons tous combien il est important d'éviter de mélanger les origines. Cela devrait commencer dès la naissance.

Déplacer un grand nombre de porcelets dans la case de mise bas peut contribuer à améliorer la productivité dans cette phase, mais cela la complique certainement dans la phase de croissance.

La situation actuelle avec des souches de SDRP particulièrement virulentes, davantage de problèmes après le sevrage, les restrictions sur l'utilisation des antibiotiques, l'intérêt croissant pour les conditions de bien-être des animaux... nous recommandent de changer la stratégie de travail dans les unités de mise bas.

Nous recherchons maintenant des porcelets moins nombreux mais de meilleure qualité.

Résumé de l'article commenté

Vande Pol KD, Bautista RO, Harpe H, Shull CM, Brown CB, Ellis M. Effect of within-litter birth weight variation after cross-fostering on piglet preweaning growth and mortality. Translational Animal Science. 2021; 5(3): txab039. https://doi.org/10.1093/tas/txab039

Méthodes : La réalisation d'adoptions visant à égaliser la taille des portées et/ou à ajuster le poids des porcelets est très courante dans les exploitations porcines commerciales. Cependant, il existe peu d'informations publiées sur les procédures optimales pour le croisement des portées. Cette étude a évalué les effets de la variation du poids de la portée à la naissance après des adoptions croisées (en utilisant des portées de 14 porcelets) sur la mortalité pré-sevrage (MPS) et le poids au sevrage (PS) des porcelets. Un plan en bloc complet randomisé (les facteurs de blocage étaient le jour de la mise bas et la parité de la truie, la note d'état corporel et le nombre de trayons fonctionnels) a été utilisé avec une disposition factorielle incomplète des deux traitements suivants : 1) catégorie de poids de naissance : léger (<1,0 kg), moyen (1,0 à 1,5 kg) ou lourd (1,5 à 2,0 kg) ; 2) composition de la portée : uniforme, tous les porcelets de la portée appartenant à la même catégorie de poids de naissance [uniforme léger (14 porcelets légers) ; uniforme moyen (14 porcelets moyens) ; uniforme lourd (14 porcelets lourds)] ; mixte, porcelets de la portée appartenant à deux ou plusieurs catégories de poids de naissance [L+M (sept porcelets légers et sept moyens) ; M+P (sept porcelets moyens et sept lourds) ; L+M+P (trois porcelets légers, six moyens et cinq lourds)]. Les porcelets ont été pesés 24 heures après leur naissance et affectés de manière aléatoire à un traitement de composition de la portée dans une catégorie de poids de naissance ; tous les porcelets ont fait l'objet d'une adoption croisée. Il y avait 47 blocs de six portées (un total de 282 portées et 3 948 porcelets). Les poids au sevrage ont été collectés à 18,7 ± 0,64 jours d'âge ; toutes les MPS ont été enregistrées. Les données individuelles de PS et de MPS ont été analysées avec PROC MIXED et PROC GLIMMIX de SAS, respectivement ; les modèles comprenaient des effets fixes de la condition corporelle, de la composition de la portée et de l'interaction, et des effets aléatoires de la truie au sein du bloc.

Résultats : il y a eu des interactions entre la catégorie de poids de naissance (P ≤ 0,05) pour le PS et la MPS. Dans chaque catégorie de poids de naissance, le poids vif a augmenté et le poids moyen a diminué à mesure que le poids de la portée diminuait. Par exemple, le PS était plus élevé (P ≤ 0,05) pour les porcelets légers des portées légères uniformes, pour les porcelets moyens des portées L+M et pour les porcelets lourds des portées L+M+P. La mortalité avant sevrage était plus faible (P ≤ 0,05) pour les porcelets moyens dans les portées L+M, et pour les porcelets lourds dans les portées L+M+P ; cependant, la composition de la portée n'a eu aucun effet (P > 0,05) sur la MPS des porcelets légers.

Conclusion : en conclusion, l'augmentation du poids moyen à la naissance des compagnons de portée après l'adoption croisée a généralement diminué le PS et augmenté la MPS pour les porcelets dans toutes les catégories de poids à la naissance. Cela implique que l'approche optimale de l'adoption croisée qui maximise la croissance et la survie des porcelets avant le sevrage est susceptible de varier en fonction de la distribution du poids de naissance de la portée.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés