Lire cet article dans:

Le stress thermique affecte le rythme de reproduction des truies

Josep Gasa et Josep Casanovas commentent, respectivement depuis leur position académique et sur le terrain, une étude récente sur l'effet du stress thermique chez les truies : pendant quelles semaines affecte-t-il davantage le taux de mise bas ? et l'intervalle sevrage-insémination ? Y a-t-il des différences en fonction du rang de mise bas ?

Article commenté

Timing and temperature thresholds of heat stress effects on fertility performance of different parity sows in Spanish herds. Iida, R., Piñeiro, C. and Y. Koketsu. Journal of Animal Science, 2021, Vol. 99, No. 7, 1–11

Lire le résumé de l'article

Commentaire académique, par Josep Gasa

Bien que l'efficacité de la reproduction des truies se soit considérablement améliorée au cours des dernières décennies, le stress thermique pose encore des problèmes, surtout sous les latitudes où les étés sont chauds. L'objectif de cette étude d'observation était d'évaluer la période critique durant laquelle le stress thermique affecte l'intervalle sevrage-insémination et le taux de mise bas et de quantifier son impact productif. Les résultats de 142 élevages espagnols au cours de l'année 2017 ont été utilisés, ce qui représente plus de 1,7 million d'inséminations et environ 1,4 million de sevrages. Les truies ont été réparties en deux groupes (ambiance tempérée vs stress thermique) en fonction de la température ambiante maximale dans la semaine précédant le sevrage ou la semaine d'insémination (<27ºC et >27ºC).

Dans l'ensemble, les truies sevrées entre juillet et septembre présentaient un intervalle sevrage-insémination plus long de 0,10 à 1,53 jour (p<0,01) et un taux de mise bas inférieur de 1,2 à 5,5 % (p<0,02) que les truies sevrées en avril ou en novembre. Les semaines les plus critiques pour l'effet du stress thermique étaient entre la première et la troisième semaine avant le sevrage pour le délai entre le sevrage et le vêlage et la deuxième ou troisième semaine après l'insémination pour le taux de vêlage. La température seuil au-delà de laquelle l'intervalle sevrage-insémination peut être affecté serait de 17°C et 25°C pour les cochettes et les truies multipares, respectivement et, selon le modèle utilisé, une température de 10°C au-dessus du seuil prédit une augmentation de l'intervalle sevrage-insémination de 0,65 et 0,34 jours, respectivement (p<0,01). En ce qui concerne le taux de mise bas, celui-ci serait affecté à partir de 20, 21, 24 et 25°C, pour les truies de 0, 1, 2-5 et plus de 6 cycles, respectivement, et l'effet prévu d'une augmentation de 10°C au-dessus du seuil se traduirait par des baisses du taux de mise bas de 3,0, 4,4, 2,8 et 1,9%, respectivement (p<0,01). Les lactations plus longues sont associées à des intervalles sevrage-insémination plus courts et des intervalles sevrage-insémination de 4-5 jours, les lactations plus longues ou les âges plus précoces à la première insémination sont associés à des taux de mises-bas plus élevés.

En pratique, ces résultats indiquent que le stress thermique affecte davantage le taux de mise bas que l'intervalle sevrage-insémination et davantage les cochettes que les truies. Les températures maximales comprises entre 30 et 35°C au cours des deuxième et troisième semaines suivant l'insémination réduisent le taux de mise bas d'environ 4 et 2 % chez les jeunes truies et les adultes, respectivement. Dans les conditions espagnoles, et après une étude de faisabilité économique, il serait souhaitable de climatiser la zone de contrôle des mises bas pour optimiser le taux de mise bas.

Commentaire sur le terrain, par Josep Casanovas

La production porcine intensive est rendue possible, entre autres, par la capacité de la truie à entrer en chaleur au moment du sevrage.

La production de lait bloque l'ovaire, plus la production de lait est importante, plus le blocage est grand. Plus le blocage est important, meilleure est l'ovulation au sevrage. Le secret d'une bonne ovulation est d'avoir une bonne lactation.

Une bonne ovulation sera également la garantie d'un bonne disponibilité en corps jaunes, qui sont responsables du maintien de la gestation.

Une bonne ovulation signifie une bonne prolificité au moment de la mise-bas. Plus les porcelets tètent, plus la truie produit de lait. Cela génère un cycle vertueux qui tend à augmenter le nombre de porcelets nés à chaque cycle jusqu'à ce que la limite de la capacité génétique de la truie soit atteinte.

C'est le cas en Espagne jusqu'à l'arrivée de l'été, où il est très difficile de produire du lait avec la chaleur.

La production de lait par la truie est un processus exothermique, un processus qui génère de la chaleur. C'est pourquoi, lorsque la truie a chaud, elle arrête de produire du lait, afin de ne pas générer encore plus de chaleur. Sans lait, l'ovulation échoue, il y a moins de corps jaunes et la production est moins bonne.

L'un des graves problèmes dans les pays où la saisonnalité est très marquée, comme en Espagne, est que nous, les optimistes, nous profitons des étés chauds et nous réjouissons des hivers froids. Mais cela pose un réel problème lorsqu'il s'agit de concevoir une bonne installation pour assurer le confort des éleveurs tout au long de l'année.

Résumé de l'article commenté

Timing and temperature thresholds of heat stress effects on fertility performance of different parity sows in Spanish herds. Iida, R., Piñeiro, C. and Y. Koketsu. Journal of Animal Science, 2021, Vol. 99, No. 7, 1–11

Méthodes : Les températures élevées diminuent la fertilité des truies. Dans cette étude, nous avons identifié les semaines critiques de stress thermique sur les performances de fertilité, l'intervalle sevrage-insémination (ISI) et le taux de mise bas (TMB). Nous avons également étudié le seuil de température au-delà duquel les performances de fertilité diminuent et s'il existe des différences entre les nombres de mises-bas en termes d'effets et/ou de seuils de stress thermique. Les données de performance des truies de 142 sites au cours des années 2011 et 2016 ont été analysées et mises en correspondance avec les moyennes hebdomadaires des températures maximales quotidiennes (Tmax) des stations météorologiques voisines. Deux types de coefficients (ISI et TMB) ont été utilisés pour identifier les semaines critiques de stress thermique en comparant les mesures respectives de deux groupes de truies logées avec la Tmax à différentes semaines autour du moment du sevrage ou de l'insémination. La relation avec l'ISI a été calculée entre les groupes de truies exposées à une Tmax ≥27 °C ou <27 °C avant le sevrage, la valeur seuil de la Tmax étant basée sur une étude de synthèse récente. De même, les odds ratios du TMB ont été calculés pour les deux groupes dans les semaines proches de la mise bas. Les semaines présentant les plus grandes différences dans les mesures de fertilité entre les deux groupes de Tmax (c'est-à-dire le rapport le plus élevé pour l'ISI et le rapport le plus faible pour le TMB) ont été considérées comme les semaines critiques du stress thermique. En outre, des fonctions par morceaux avec différents points d'inflexion ont été construites pour identifier le seuil de Tmax dans la semaine critique. Le point d'inflexion le mieux ajusté du modèle a été considéré comme étant le seuil Tmax.

Résultats : Les valeurs les plus élevées pour l'ISI ont été obtenues entre la première et la troisième semaine avant le sevrage dans les groupes de truies ayant eu plus d'une mise bas. Le seuil de Tmax qui a produit un ISI prolongé était de 17 °C pour les truies de première mise bas et de 25 °C pour les truies multipares. L'augmentation de Tmax de 10 °C au-dessus de ces seuils a augmenté l'ISI de 0,65, et de 0,33 à 0,35 jours, respectivement (P < 0,01). En ce qui concerne le TMB, les ratios les plus faibles ont été obtenus entre 2 et 3 semaines avant l'insémination dans les groupes de truies nullipares ou ayant plus d'une mise bas. Le seuil de Tmax conduisant à des réductions de TMB était de 20, 21 et 24 à 25 °C pour les groupes de truies nullipares ou de plus d'une mise-bas, respectivement. L'augmentation de Tmax de plus de 10°C a réduit le TMB de 3,0 %, 4,3 % et 1,9 % à 2,8 %, respectivement (P < 0,01).

Conclusions : Ces résultats indiquent que les semaines critiques de stress thermique le plus élevé étaient 2 à 3 semaines avant l'insémination pour le TMP et 1 à 3 semaines avant le sevrage pour l'ISI. Le déclin des performances de fertilité chez les truies nullipares et primipares a commencé à des températures inférieures de 3 à 8 °C à celles des truies multipares.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter