Lire cet article dans:

L'élevage, une activité sans avenir ?

Quel avenir attend l'élevage ? L'élevage disparaîtra-t-il à l'avenir avec l'implantation de viande artificielle synthétisée en laboratoire ? Est-ce que nous consommons beaucoup de viande ?

Ces dernières années, les informations contre le secteur de l'élevage et de la viande ne cessent de paraître dans les médias, en le rendant responsable en grande partie de beaucoup des problèmes de santé, d'environnement et de durabilité de notre planète.

Dans ce contexte, nous rappelons le rapport d'expertise de l'OMS de 2015 sur la consommation excessive de viande rouge et transformée, qu'ils accusaient d'avoir des effets cancérogènes.

En 2019, les informations contre le secteur de l'élevage se sont principalement concentrées sur le rapport du groupe d'experts des Nations Unies sur le changement climatique (GIEC), dans lequel le secteur de l'élevage est rendu responsable d'un effet très pernicieux sur l'environnement par l'émission des gaz produits, contribuant de manière significative au changement climatique.

Dans le même temps, les nouvelles concernant la production synthétique de viande artificielle à partir de tissus cellulaires, ainsi que de pseudo-produits carnés tels que les hamburgers végans, n'arrêtent pas de paraître.

Tout cela dans un contexte d'humanisation des animaux où une partie croissante de la société, mais encore très minoritaire, remet en question l'élevage d'animaux domestiques pour obtenir de la viande, du lait, de la laine, ...

Selon un rapport publié par El País le 11/8-19, sur la base de rapports de Science, Latern et Google Trends, il est estimé qu’en Espagne, un peu plus de 7% de la population est constituée de «veggies», dans leurs différentes significations : 0,2% de végans qui ne veulent pas de produits d'origine animale, 1,3% de végétariens qui ne mangent pas de viande mais qui consomment du lait, des œufs et du miel et la plupart d'entre eux sont des flexitariens à 6,3% qui ne consomment que très occasionnellement de la viande. Un chiffre bas, mais en hausse, n'oublions pas qu'au cours des deux dernières années, 800 000 personnes ont rejoint ce mode d'alimentation et cette philosophie de vie en Espagne.

Tout cela nous amène à poser quelques questions auxquelles nous souhaitons répondre:

Est-ce que nous consommons beaucoup de viande ?

Dans les temps déjà lointains de la Faculté, on nous expliquait la très forte corrélation entre le niveau de revenu et la consommation de viande et cela a continué à se produire jusqu'à une certaine limite.

En effet, les habitants des pays à revenus élevés consomment des quantités excessives de viande, ainsi que de nombreux autres composants du régime alimentaire (n'oublions pas l'épidémie d'obésité dont souffrent les pays riches). Il y a déjà des pays riches où la tendance à consommer de la viande diminue, bien que les revenus continuent d'augmenter. En Espagne, la consommation totale de viande a diminué de 7,35% entre 2007 et 2017 (tableau 1).

Tabla 1: Consumo de carnes frescas en los hogares españoles.

Consommation totale de viandes fraîches (milliers de tonnes) Juin 2006- Juin 2007 Juin 2016- Juin 2017 Juin 2017- Juin 2018 Variation 2017/2007 (%) Variation 2018/2017 (%)
Poulets 571,46 596,20 588,93 4,33% -1,22%
Porcs 506,34 444,12 447,68 -12,29% 0,80%
Bovins 315,46 240,43 231,23 -23,78% -3,83%
Ovins/caprins 118,56 68,29 66,12 42,40% -3,18%
Lapins 68,77 53,79 48,40 -21,78% -10,02%
Autres viandes fraîches (*) 141,04 192,31 193,18 36,35% 0,45%
Total consommation de viandes fraîches 1.721,63 1.595,14 1.575,54 -7,35% -1,23%

Source: Elaboré par INTERPORC à partir de MAPA
Note (*): Les autres types de viandes fraîches et / ou réfrigérées comprennent les autres types de viandes: cheval, dinde et autres volailles, saucisses fraîches, abats frais, gibier et autres.

En 2015, la consommation annuelle de viande "par tête" s'élevait à 92 kilos dans les pays à économie très riche, contre 24 kilos en Afrique du Nord et 18 en Asie du Sud-Est.

Selon le cabinet de conseil Lantern (2017) dans The Green Revolution, les raisons de suivre un régime sans viande sont : 57% pour des raisons éthiques et animalistes, 21% pour des considérations de durabilité et 17% pour des raisons de santé.

Mais comme le disent de nombreux experts, le rapport du GIEC sur le changement climatique est élaboré à partir de la perspective des pays riches et oublie une partie très importante de la planète. 3,818 millions de personnes vivent dans des pays à niveau de développement élevé ou très élevé, mais 3,659 millions vivent dans des pays à niveau moyen ou bas, et qui aspirent et doivent améliorer leur alimentation avec des produits d'origine animale. Les recommandations sont donc utiles dans les pays suralimentés, mais elles peuvent être préjudiciables si elles sont appliquées à des personnes sous-alimentées.

Avec une population de plus en plus nombreuse et consommatrice de ressources, nous devons envisager un mode de vie plus rationnel qui utilise moins de ressources, non seulement la nourriture, mais aussi l’énergie, les transports, les habitudes de consommation, etc. Nous devons mettre notre mode de vie au régime pour sauver la planète.

L'élevage disparaîtra-t-il à l'avenir avec l'implantation de viande artificielle synthétisée en laboratoire ?

Nous pensons que non, et malgré les lourds investissements que les grandes entreprises font dans le monde entier, la viande artificielle fabriquée à partir de cultures cellulaires trouvera sa place, mais nous pensons qu’elle sera petite, en partie à cause de son coût de fabrication élevé.

De plus, la production de viande synthétique sera utilisée pour la transformation sous forme de hamburgers, de saucisses, mais des produits à base de viande tels que les côtelettes, le jambon, l'agneau de lait, le veau de lait seront impossibles à reproduire, même avec des technologies d'impression telles que la 3D ou de nouvelles technologies. qui se présenteront à l'avenir.

Si certains animaux cessent d'être utiles, ils disparaîtront dans des proportions alarmantes, limitant leur existence aux animaux de compagnie, aux zoos (de plus en plus remis en question) ou aux réserves animales, et tout le monde ne voudra pas avoir une vache comme animal de compagnie. Bien entendu, la disparition des animaux domestiques serait accompagnée de l'extinction des éleveurs et, avec eux, du travail social et de structuration et de conservation du territoire qu'ils effectuent.

Mais le plus préoccupant est le contrôle et la concentration économique de la production de viande entre les mains de quelques grands groupes d’entreprises qui disposeront d’un pouvoir économique supérieur à celui qu’ils possèdent déjà. Très peu de groupes d’entreprises qui disposeront de la technologie et des moyens de production et de distribution de viande dans le monde contrôleront le processus de production de viande.

Est-ce que l'avenir s'appelle l'élevage biologique?

Bien que l’élevage biologique remplit et continuera à remplir sa fonction d’alimentation d’un petit marché de niche doté d’un pouvoir d’achat élevé, sa généralisation constituerait un net recul, car il est beaucoup moins efficient à tous points de vue, y compris en termes de durabilité.

L'élevage biologique doit consommer beaucoup plus de ressources et est beaucoup moins efficient d'un point de vue productif. En un mot, il est impossible de revenir à produire comme nos ancêtres pour nourrir les 7,4 milliards d'habitants actuels de la planète, sans compter que, d'ici 2050, la projection est de 9,8 milliards d'habitants.

Nous ne pouvons pas non plus revenir à des systèmes de production où les agriculteurs étaient pratiquement réduits en esclavage, élevant leurs animaux 365 jours par an, incapables de prendre des vacances, d'avoir des jours fériés, ... Ou serions-nous disposés à retourner dans d’autres régions et à produire comme nos ancêtres ? Est-ce que nous retournerions travailler dans les mines en utilisant uniquement des pics et des pelles ou travailler dans les champs manuellement sans l'aide de tracteurs et de machines agricoles ?

Dans quelle mesure l'élevage est-il responsable de l'émission de gaz à effet de serre (GES) ?

À ce sujet, les données et les méthodes de calcul différentes, parfois très biaisées, suscitent beaucoup de controverse.

En 2009, le Worldwatch Institute de Washington affirmait que 51% des GES dans le monde provenaient de l'élevage. Mais selon l'Agence américaine de protection de l'environnement des États-Unis, en 2016, l'élevage ne représentait que 3,9%, loin du secteur des transports avec 28% des GES. Pour sa part, la FAO a publié en 2016 que l'élevage produisait 18% des GES, mais peu après cette déclaration a été démentie par Henning Steinfeld, le principal auteur du rapport, mettant en lumière les erreurs méthodologiques et réduisant l'impact à 5%. Dans un rapport plus récent, la FAO estime que les émissions provenant de l'élevage sont globalement de 14,5%, inférieures aux effets du transport et de son industrie.

La controverse concernant ces données et les moyens de les calculer est une question importante et le secteur de l'élevage a la responsabilité d'être plus efficiente et durable, mais nous avons besoin d'études plus rigoureuses et transparentes.

Quel avenir attend l'élevage ?

Un bon avenir attend les éleveurs tant que nous nous engageons à apporter les changements dans la bonne direction qui ont été lancés ces dernières années. Nous devons travailler de plus en plus dans le cadre de ce qu'on appelle l'économie circulaire et expliquer à la société les efforts que nous déployons à cet égard. Mieux produire en utilisant moins de ressources et en minimisant l'empreinte écologique et les déchets, ou que ces derniers puissent être utilisés comme engrais pour remplacer les engrais chimiques.

L'élevage sert également à structurer le territoire et à faciliter l’installation des populations en milieu rural qui a tant besoin de population et d’emploi.

En tant qu'éleveurs, nous devons être très critiques et exigeants envers nous-mêmes, être plus efficaces et durables, réduire nos niveaux de pollution, consommer le moins de ressources possible pour contribuer, comme les autres secteurs de la société devraient contribuer à une planète plus durable. Ainsi, nous aurons l'avenir assuré.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés