Lire cet article dans:

Accordons-nous aux cochettes la valeur qu'elles méritent ? Le développement du remplacement est la clé du succès

Pour obtenir de bons résultats avec les pochettes, les producteurs et les vétérinaires doivent évaluer correctement les animaux de remplacement et investir en conséquence. Le docteur Clayton Johnson des Carthage Veterinary Services partage quelques conseils sur le développement productif des cochettes.

Les cochettes peuvent avoir les meilleurs résultats reproductifs de l'élevage en termes de taux de conception et de mises-bas. Pour y parvenir, tout doit fonctionner correctement : l'état sanitaire, le développement physique et l'aptitude à la reproduction de nos cochettes

Logement et conduite des cochettes

L'idéal serait de placer les cochettes de trois semaines dans une installation de quarantaine où les animaux resteraient au moins quatre semaines, mais il est très fréquent que les producteurs travaillant avec des quarantaines hébergent deux lots de cochettes, qui y restent donc environ huit semaines. Ensuite, elles vont dans un bâtiment de développement des cochettes qui, dans de nombreux élevages, n'est qu'un bâtiment d'engraissement avec des enclos de différentes tailles et différents types de mangeoires. Les animaux progressent dans le bâtiment au fur et à mesure que les plus jeunes entrent. À l'âge de 21 semaines, les cochettes passent par le processus de sélection. Les animaux qui ne répondent pas aux critères requis sont écartés et les cochettes sélectionnés passent à la phase d'exposition au verrat.

Identification : Il est recommandé que les futures cochettes sevrées soient marquées à l'oreille avec leur semaine de naissance, afin que leur âge soit facilement connu tout au long de leur vie, car l'âge est un élément critique dans le flux des cochettes et dans la prise de décisions concernant l'avenir de chaque femelle. Les boucles auriculaires d'âge permettent également de s'assurer que les échantillons destinés au contrôle sont prélevés dans les bonnes tranches d'âge. Les animaux de race pure recevront une identification individuelle afin que leur pedigree puisse être retracé et toutes les cochettes qui sont sélectionnées comme futures reproductrices recevront des boucles auriculaires individuelles au moment de la sélection.

Espace : Les cochettes sont un peu comme des poissons d'étang et grandissent en fonction de l'espace disponible. L'espace disponible compte tenu de la taille des animaux à chaque étape est un facteur clé, qui prend également en compte l'espace d'alimentation et d'abreuvement.

Type de sol : Certains producteurs logent les futures reproductrices sur des sols en plastique dans les installations de quarantaine et cela peut causer des problèmes . Les cochettes peuvent avoir des problèmes pour passer du sol en plastique au caillebotis en béton lors du transfert de la quarantaine au bâtiment de développement des cochettes, une étape critique où les animaux sont déjà exposés à d'autres défis ; on ne veut donc vraiment pas que les animaux aient des problèmes supplémentaires. En outre, les sols en plastique des installations de quarantaine peuvent limiter notre capacité à introduire des animaux plus âgés, ce qui peut être une option intéressante dans certaines circonstances.

Nous devons être très attentifs à la santé des sabots, car elle peut avoir un effet très négatif sur le taux de rétention des cochettes.

La ventilation a fondamentalement les mêmes objectifs que ceux fixés pour un porc commercial. Une ventilation minimale est nécessaire pour garantir l'élimination de l'humidité et des gaz. En ce qui concerne le développement des cochettes, un problème de ventilation entraînant un excès d'ammoniac peut avoir un effet négatif sur les récepteurs olfactifs, affectant la réponse des cochettes lors de l'exposition au verrat. Si la capacité des cochettes à sentir les phéromones est affectée, cela peut avoir un impact sur leur capacité à montrer des signes de chaleur et, par conséquent, il y aura un effet négatif sur notre capacité à détecter les chaleurs.

Entraînement des cochettes : s'il y a de la technologie dans l'élevage, comme les machines d'alimentation électroniques (MAE), il est important d'essayer de former les cochettes lorsqu'elles sont jeunes et plus curieuses. Il est donc fondamental que dans la zone de développement des cochettes, nous ayons des stations d'entraînement pour les machines ou tout autre dispositif, comme les portes, les abreuvoirs ou la technologie qui sera utilisée plus tard dans la vie, afin que les animaux interagissent avec eux et apprennent à les utiliser pendant qu'ils sont jeunes. L'entraînement des animaux plus âgés est plus compliqué car ils peuvent être assez réticents à passer par les machines. Si les cochettes ne sont pas formées avant d'être plus âgées, cela peut affecter leur consommation alimentaire et les cochettes perdront du poids à un moment critique, juste avant leur première saillie, ce qui affectera leurs performances de reproduction. Pousser ces cochettes réticentes à entrer dans les machines est une tâche qui demande beaucoup de travail à deux personnes. L'entraînement des cochâtes à l'utilisation des machines peut être difficile, mais il en vaut la peine. Les nouveaux arrivants doivent être évalués correctement et bénéficier de ressources adéquates.

La participation est nécessaire pour garantir que les installations sont conçues et équipées pour faciliter l'entraînement des cochettes.

Comment savons-nous que nous faisons un bon travail de préparation de nos cochettes ?

Nous devons examiner les données des cochettes pour savoir si nous sommes sur la bonne voie.

Données productives :

  • % de mortalité pendant le développement du remplacement.
  • Taux de croissance : Les futures reproductrices doivent avoir un taux de croissance qui leur permet d'atteindre le bon poids au bon moment pour être inséminées. Notre valeur de référence est un gain moyen quotidien de 675 g/jour (1,5 lb/jour) du sevrage à la sélection (à environ 20 semaines d'âge).

Données sur la reproduction :

  • % de cochettes entrant en chaleur à 30 semaines : cet âge doit être ajusté en fonction de la génétique. Si nous voyons une valeur de 90%, nous pouvons être tout à fait satisfaits que rien ne retient ces cochettes et ne les empêche d'avoir une bonne vie reproductive. Cet objectif peut sembler élevé, mais il est réalisable et les meilleures exploitations atteignent 95 %.
  • Nombre de cochettes inséminées par semaine : Nous voulons avoir un nombre constant de cochettes inséminées. Notre objectif est d'avoir 1% de l'effectif total comme nombre de cochettes inséminées chaque semaine. Pour une exploitation de 5 000 truies, cela signifie 50 cochettes inséminées par semaine.
  • Taux de conception des cochettes : Nous nous attendons à ce que les cochettes aient le meilleur taux de conception de toutes les parités de l'élevage, ce qui est très important car nous inséminerons plus de cochettes en pourcentage que de truies de tout autre cycle. Les cochettes doivent être des animaux très fertiles. Dans les élevages sans problème sanitaire, on peut s'attendre à un taux de conception de 93-94% chez ces cochettes.

Parfois, on peut observer une certaine saisonnalité dans ce taux de conception, mais bien souvent, elle est due à nos propres décisions. Parfois, pendant l'été et au début de l'automne, lorsque nous avons des problèmes avec la venue en chaleur des truies et que nous nous attendons à un taux de conception plus faible dans toutes les mises bas, certains élevages inséminent des cochettes sous-optimales, telles que des cochettes ayant répété, des cochâtes ayant avorté, etc. qui, à une autre période de l'année, ne seraient pas inséminées, dans l'idée de garantir l'objectif hebdomadaire des inséminations pendant ces mois difficiles. Dans ces situations, nous devons évaluer spécifiquement le taux de conception des cochettes lors de leur première insémination. Si la conception des cochettes est réduite en raison du choix de femelles sous-optimales, le problème découle des décisions de conduite.

Pour atteindre ces objectifs, tout doit bien fonctionner dans la population de cochettes, y compris la santé et la préparation à la reproduction, ainsi qu'une exposition quotidienne constante au verrat à l'âge approprié et avec une détection adéquate des chaleurs.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés