Lire cet article dans:

Les défis de la filière porcine en Espagne

Nous devons être sensibles à ce que la société exige de nous et être prêts à répondre à ses demandes.

L'Espagne est en effectif le troisième pays du monde pour la production porcine, derrière la Chine et les USA, et, pour la production de viande, le quatrième pays, étant donné que l'Allemagne engraisse beaucoup de porcelets importés des Pays-Bas et du Danemark et aussi abat des porcs engraissés dans ces deux pays et dans d'autres.

Le fait que l'Espagne est parmi les leaders mondiaux de la production porcine est un honneur et une grande responsabilité pour les professionnels qui travaillent dans le secteur et devrait nous faire réfléchir sur les défis que nous avons à relever, dont certains vont augmenter dans l'avenir.

En nous concentrant exclusivement sur la production, sans prendre en compte le secteur de la viande, nous allons brièvement passer en revue certains des défis qui nous attendent:

Un développement harmonieux du secteur qui permette une croissance ordonnée favorisant la structuration territoriale, le développement rural et le maintien de la population dans certaines zones géographiques à faible densité de population, pour ne pas dire désertifiées.

Le secteur porcin doit être développé dans des zones où l'activité porcine ne provoque pas de conflits avec d'autres activités humaines, c'est-à-dire dans des zones faiblement peuplées et non saturées de production porcine .

Aucune nouvelle exploitation ne devrait être créée dans certaines zones géographiques déjà saturées.

La santé animale est et devrait être l'une des forces principales de l'élevage porcin espagnol , en particulier dans un secteur qui exporte 50% de ce qu'il produit, et vers de nombreux pays, certains d'entre eux très exigeants en termes de conditions sanitaires.

L'action conjointe de la filière, coordonnée par l'Administration, a été très importante pour éradiquer les maladies endémiques dans notre pays: PPA, PPC, fièvre aphteuse. Ces dernières années, le plan de lutte contre la maladie d'Aujezsky porte ses fruits.

Nous devons continuer à travailler au contrôle des maladies, en ce sens un plan national de contrôle du SDRP serait une bonne mesure.

Message en Pologne mettant en garde contre la menace des sangliers pour la diffusion de la PPA. La menace que le PPA continue à diffuser dans le reste de l'Europe persiste.

 

Message en Pologne mettant en garde contre la menace des sangliers pour la diffusion de la PPA. La menace que le PPA continue à diffuser dans le reste de l'Europe persiste.

 

Le secteur porcin espagnol, qui sort très mal dans le classement sur l'utilisation des antibiotiques en élevage, préparé par l'EMA (Agence européenne des médicaments) en 2015, devrait poursuivre les efforts entrepris en 2016 pour produire du porc avec moins antibiotiques et être un exemple de bonnes pratiques.

La réduction dans les derniers mois de l'utilisation systématique de la colistine suite au plan volontaire de réduction de la colistine, commencé en 2016 et promu par l'AEMPS (Agence espagnole des médicaments et des produits de santé) est encourageante à cet égard.

La production porcine doit être entièrement compatible avec l'environnement. Les éleveurs doivent être les premiers intéressés pour que notre filière respecte l'environnement, et que le lisier soit utilisé comme engrais agricole, pas comme déchet d'élevage, en gérant correctement son utilisation et en réduisant ainsi l'utilisation d'engrais chimiques.

La société, et en particulier les nouvelles générations, sont de plus en plus sensibles au bien-être animal et, outre le respect des normes de la législation européenne, nous devons être sensibles à ce que la société exige de nous et être prêts à répondre à ses demandes.

Le message clé qui doit être transmis à la société est que les porcs n'ont jamais été élevés avec autant de «confort» et de garanties sanitaires et nutritionnelles ... qu'aujourd'hui.

Nous devons éradiquer de notre vocabulaire le concept d'exploitations d'élevage, par la charge péjorative que cela implique, et le remplacer par celui d'élevages de porcs. Nous devons également être très sélectifs avec les images que nous transmettons à la société, nous ne pouvons pas transmettre uniquement des images négatives du secteur.

Les grands élevages chauffés et bien structurés permettent de travailler avec des niveaux plus élevés de bien-être animal et permettent aux éleveurs de profiter de périodes de travail et de vacances qui étaient auparavant interdites, mais certains secteurs sociaux les voient de manière très négative.

Les grands élevages chauffés et bien structurés permettent de travailler avec des niveaux plus élevés de bien-être animal et permettent aux éleveurs de profiter de périodes de travail et de vacances qui étaient auparavant interdites, mais certains secteurs sociaux les voient de manière très négative.

Le contrôle sanitaire de la viande que nous produisons est un autre pilier de notre performance professionnelle. Transmettre à la société, dans son ensemble, que que nous produisons de la viande saine d'un point de vue sanitaire et diététique est une tâche très importante.

Le contrôle presque total des maladies telles que la trichinose et d'autres parasitoses ayant le porc comme hôte intermédiaire, doit nous permettre de nous concentrer sur les nouveaux défis de santé tels que les programmes de réduction des salmonelles, le contrôle du SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline) et Campylobacter.

Les nouvelles technologies de l'information, dont Internet, facilitent l'accès à la population en général à de nombreux rapports contre l'élevage moderne, et il est de notre devoir de transmettre à la société, qu'on n'a jamais produit de porc avec autant de garanties sanitaires, environnementales, d'efficacité des ressources naturelles, ni avec des conditions de bien-être animal comme aujourd'hui. Personne ne se souvient-il donc pas de la façon dont les porcs étaient engraissés il y a quelques années encore : enfermés dans de petites porcheries, à peine nettoyées, où les animaux restaient dans l'obscurité dans des espaces confinés, mangeant des rations souvent carencées, sans aucun contrôle sanitaire ? . Avec la filière et ses associations, nous devons travailler à diffuser une image positive du secteur.

Ce n'est pas un hasard si l'Espagne est le leader mondial de la production porcine: le travail des entreprises d'élevage, des éleveurs, des vétérinaires, des techniciens et de la filière dans son ensemble rendent cela possible.

Mais nous ne devons pas mourir de succès, ni nous consacrer à regarder nos nombrils. Nous continuons à travailler, à être auto-critiques, à améliorer et à donner une image plus positive du secteur, en résolvant les grands défis actuels et en nous préparant à relever les défis que le futur nous apportera.

Articles

L’horizon s’éclaircit 06-Fév-2018 il y a 17 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags