Lire cet article dans:

Les différentes sonorités de la toux

Différents agents pathogènes respiratoires produisent différents types de toux. La toux des porcs dans un bâtiment d'engraissement peut varier en fonction de l'infection présente. Cela vaut la peine d’écouter attentivement.

Pourquoi les porcs toussent-ils ? La toux est une réponse qui se produit lorsque les terminaisons nerveuses le long de la muqueuse des voies respiratoires deviennent irritées, par exemple par contact avec un agent infectieux ou avec de la poussière dans l'air. Mais toutes les toux ne sont pas identiques, il y a donc plusieurs explications possibles aux processus qui en sont à l'origine.

Le temps passé simplement dans un bâtiment à écouter la toux peut nous donner des indices précoces sur le contexte des problèmes liés au complexe respiratoire porcin (CRP). Le CRP provoque une détresse respiratoire et des pertes de productivité chez au moins 30% des porcs des populations affectées. Il peut être le résultat d'un seul pathogène, mais il est principalement causé par des infections multiples influencées par des facteurs de stress environnementaux.

Tabla 1: Patógenos primarios y secundarios involucrados en CRP.

PATHOGENES PRIMAIRES PATHOGENES SECONDAIRES
Virus de la grippe porcine de type A (IAVS) PCV2
Virus SDRP Pasteurella multocida
Mycoplasma hyopneumoniae (Mhp) Haemophilus parasuis
Actinobacillus pleuropneumoniae (App)* Bordetella bronchispectica
Actinobacillus suis* Streptococcus suis
Virus Aujeszky /Pseudorage

Arcanobacterium (Actinomyces) pyogenes

Virus de la Peste Porcine Classique
Septicémie bactérienne

*Peut aussi agir comme pathogène secondaire
Source: Dr. G. Stevenson (communication personnelle)

Les symptômes du CRP dépendent de l'âge des porcs ainsi que des caractéristiques des agents infectieux. Des différences existent dans la sonorité de la toux et dans la vitesse à laquelle elle se propage dans le temps parmi les porcs du bâtiment. Ces deux facteurs nous aident à reconnaître ce qui arrive sur l'état de santé des porcs.

Alors que le comptage des toux est désormais largement accepté comme une aide utile pour déterminer les maladies respiratoires dans un élevage de porcs charcutiers, le a sonorité spécifique de la toux semble fournir des informations supplémentaires.

Les toux diffèrent dans le son qu'elles produisent en raison des différences entre les mécanismes qui les génèrent. Un lien étroit peut être décrit entre le type de toux entendu dans l'élevage et les signes de lésions des voies respiratoires, générés par une infection respiratoire spécifique, observés à l'autopsie.

Différencier les infections: du cacardement de l'oie à la toux typique du fumeur

Parmi les causes infectieuses possibles de la toux chez les porcs, le virus de la grippe A chez les porcs (IAVS) occupe une position dominante. La toux de la grippe A ressemble à un cacardement d'oie et la toux survient par crises ou paroxysmes. C'est le résultat de l'invasion virale des cellules qui tapissent les voies respiratoires. Les cellules meurent, laissant une zone non protégée dans laquelle les terminaisons nerveuses sont exposées. Cela produit un chatouillement douloureux dans la gorge qui génère une toux explosive, qui à son tour provoque plus de toux chez le même animal.

Comparativement, une infection par le virus du SDRP produit une toux humide assez forte car la présence du virus dans les macrophages alvéolaires provoque une réponse inflammatoire dans laquelle le liquide issu du sang peut pénétrer dans les espaces aériens du poumon. Dans le pire des cas, cet effet menace de tuer le porc, comme s'il se noyait. Plus fréquemment, les animaux infectés toussent pendant plusieurs jours pour se nettoyer les poumons, même si les animaux touchés par le SDRP ont tendance à ne pas tousser aussi fort que, par exemple, avec l'IASV, ni à subir des épisodes de toux fréquents et persistants tels que ceux que peut déclencher Mycoplasma hyopneumoniae (Mhp).

De nombreux producteurs et vétérinaires reconnaîtront la toux sèche et non productive produite par Mhp. Elle survient après la colonisation bactérienne et l'endommagement des cils le long des voies respiratoires. Les cils endommagés par la colonisation par Mhp ont un effet négatifs sur le transport du mucus dans la gorge. Au lieu de cela, ce mucus s'accumule par endroits dans les voies respiratoires, ce qui fait que le porc tousse pour essayer de l'éliminer. La toux due au Mhp se distingue pas seulement par sa persistance, elle a le son distinctif de la toux sèche d'un fumeur, qui se termine parfois comme une suffocation due au mucus accumulé dans la gorge, et la toux éclate dans tout le bâtiment peu de temps après que les porcs se soient mis en mouvement. Ensuite, lorsque les porcs se calment, la toux continue mais moins fréquemment.

Une toux aiguë peut accompagner une maladie clinique aiguë due à Actinobacillus pleuropneumoniae (App), mais les attaques spontanées de toux sont plus caractéristiques de la forme chronique, chez les porcs qui survivent à un épisode aigu. Si l'App logée dans les amygdales du porc est capable d'atteindre les alvéoles pulmonaires, le pathogène se multiplie et libère des toxines capables de provoquer une pneumonie et des lésions nécrotiques et hémorragiques. Une toux humide est la tentative d'un animal de respirer plus facilement en expulsant des liquides ou des exsudats.

Prévalence et fréquence

Les épisodes de toux chez les porcs présentent d'autres points de divergence concernant leur prévalence (nombre de porcs atteints dans une population) et leur fréquence (à quelle fréquence ils toussent). Avec un SDRP sans complications, par exemple, la prévalence de la toux a tendance à augmenter modérément rapidement, bien que la toux elle-même survienne généralement de peu fréquente à périodique.

Nous pouvons comparer cela avec l'augmentation extrêmement rapide de la prévalence qui se produit avec l'IAVS, dans lequel le stimulus de la toux est toujours présent, de sorte que la fréquence des toux est élevée. En ce qui concerne Mhp, l'augmentation de la prévalence est lente et la toux n'est pas très fréquente jusqu'à ce que des bactéries secondaires soient impliquées.

Cependant, Mhp agit souvent en ouvrant la porte à des maladies plus graves lorsque, avec la participation d'agents pathogènes secondaires, une forme purulente de bronchopneumonie est créée. À ce moment, la toux précédemment sèche semble plus humide et augmente en fréquence.

La fréquence reflète la transmissibilité d'un pathogène. Il y a un net contraste entre IAVS et Mhp. L'IAV se propage rapidement, de sorte qu'un animal qui excrète le virus le transmet généralement à tous les porcs dans un parc de 30 porcs en 4 à 5 jours. Mhp est lent en comparaison; dans un parc similaire, il n'aura été transmis qu'à 1-2 porcs, même après 30 jours.

Les lésions à l'abattoir sont également différentes

Bien que l'agent provoquant la grippe peut n'avoir été présent que pendant 7 à 10 jours, il laisse des lésions graves qui restent détectables longtemps après la disparition du virus. Ces lésions n'affectent pas tous les lobes du poumon, mais laissent plutôt un motif en "damier" dans les tissus où les zones violettes sont affectées. Le SDRP, en revanche, produit des lésions dans tout le poumon. Cependant, les deux virus ont tous deux tendance à ce que leurs lésions aient disparu ou soient moins évidentes au moment où les porcs infectés atteignent le poids d'abattage. Le Mhp est différent en ce sens que les lésions qu'il génère sont plus susceptibles d'être observées dans l'abattoir, bien que les dommages puissent en fait être assez récents et sans rapport avec la toux entendue pendant la période de croissance.

Photo 1. SDRP aigu : cette image macroscopique d'un poumon lourd et humide (parfois avec des empreintes des côtes à la surface) peut être vue à un stade aigu du SDRP.

Photo 1. SDRP aigu : cette image macroscopique d'un poumon lourd et humide (parfois avec des empreintes des côtes à la surface) peut être vue à un stade aigu du SDRP.

Photo 2. La consolidation cranio-ventrale du poumon peut être observée dans les cas de Mycoplasma hyopneumoniae.

Photo 2. La consolidation cranio-ventrale du poumon peut être observée dans les cas de Mycoplasma hyopneumoniae.

Cependant, avec la même fréquence, la colonisation des poumons par Mhp n'a que des conséquences subcliniques. Par conséquent, les conclusions ne doivent être tirées qu'après une évaluation minutieuse. Le simple fait de trouver Mhp n'implique pas que cet organisme ait été la cause de la toux ou d'autres signes de maladie respiratoire clinique.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter