Lire cet article dans:

Les truies sevrant zéro porcelet : un problème en maternité

1 commentaires

Les truies qu'on essaye de récupérer après un sevrage sans porcelets ont des performances nettement inférieures à celles des autres et ont de fortes chances d'avoir à nouveau un problème en lactation.

L'un des principaux problèmes dans les unités de mise bas est celui des truies qui ne sevrent aucun porcelet en raison de problèmes pendant la mise bas ou la lactation, ce qui oblige à leur retirer tous les porcelets. Ce problème est encore plus pertinent dans le contexte actuel de la production des porcs blancs, où l'augmentation de la prolificité génère une difficulté croissante à fournir à tous les porcelets une mamelle productive pendant toute la lactation.

Dans ce qui suit, ces truies seront analysées en utilisant la base de données PigCHAMP Pro Europa. Tout d'abord, l'évolution du pourcentage de truies qui n'ont pas sevré de porcelets au cours des 5 dernières années est analysée. On constate qu'en général, le pourcentage de truies qui doivent être sevrées avec zéro porcelet augmente, à l'exception de la stabilisation de la dernière année. Par conséquent, bien que ces pourcentages soient faibles, nous pouvons considérer qu'il s'agit d'un problème croissant.

Tableau 1. Pourcentage de sevrages avec 0 porcelet par période de 12 mois, du 16 juillet au 21 juin

Juil 16 - Juin 17 Juil 17 - Juin 18 Juil 18 - Juin 19 Juil 19 - Juin 20 Juil 20 - Juin 21 Moyenne
Total sevrages (nº) 490595 522747 548547 599773 624866 557306
Sevrages à 0 (nº) 11808 14969 16101 20310 19992 16636
Sevrages à 0 (%) 2,41% 2,86% 2,94% 3,39% 3,20% 2,99%

En se concentrant sur les résultats de la période du 20 juillet au 21 juin, la distribution du pourcentage de ces truies par numéro de cycle est présentée ci-dessous. A partir du cycle 2, le pourcentage augmente, atteignant son point culminant chez les truies les plus âgées (cycle supérieur à 6). Ce résultat est prévisible, car plus les truies sont âgées, plus la mise bas est normalement difficile (mise bas plus longue, chute de l'utérus), et ces problèmes de mise bas peuvent conduire à un mauvais démarrage de la lactation, et finalement à l'impossibilité pour la truie d'élever des porcelets. Mais il convient de noter le pourcentage de truies de première mise bas qui sont finalement sevrées avec 0 porcelet. Ce pourcentage est probablement aussi lié à des problèmes, soit d'adaptation aux stalles de mise bas, soit pendant la mise bas (col étroit, autres). Dans ce cas, le problème concerne les truies dont il n'a pas encore été possible d'obtenir un quelconque retour sur investissement depuis leur achat ou leur élevage.

Graphique 1. Pourcentage de truies sevrant 0 porcelet classées par cycle, sevrages du 20 juillet au 21 juin.

Graphique 1. Pourcentage de truies sevrant 0 porcelet classées par cycle, sevrages du 20 juillet au 21 juin.

Ces truies qui ne parviennent pas à sevrer de porcelets peuvent éventuellement :

  • mourir
  • être envoyées à l'abattoir
  • récupérer pour poursuivre la production.

Le graphique suivant montre la répartition par destination finale de ces truies. Pratiquement un tiers va à chaque destination, c'est-à-dire que seulement 30% des truies qui sevrent zéro porcelet se rétablissent. Quant à l'âge moyen de ces truies, celles qui sont envoyées à l'abattoir sont plus âgées (4,9 cycles), tandis que celles qui se rétablissent sont plus jeunes (3,0 cycles). Quant à celles qui meurent, leur âge est intermédiaire, 3,7 cycles.

Graphique 2. Répartition des truies sevrant 0 porcelet par destination ultérieure, période de sevrage 20 juillet - 21 juin.

Graphique 2. Répartition des truies sevrant 0 porcelet par destination ultérieure, période de sevrage 20 juillet - 21 juin.

Enfin, si nous comparons les performances ultérieures des truies qui se rétablissent après un sevrage sans porcelets, avec celles des truies qui sèvrent des porcelets, nous constatons que :

  • Leur indice sevrage-première insémination est beaucoup plus élevé (14,6 jours contre 6,0) : il s'agit de donner aux truies le temps de se remettre du problème subi en maternité, et de coupler leur insémination à celle d'une bande d'insémination.
  • Leurs performances dans le cycle suivant sont nettement inférieures en :
    • gestation (taux de mise bas de 73 % contre 84,5 %)
    • mise bas (15,8 nés totaux contre 16,3)
    • et sevrage (11,4 sevrés contre 12,3).
  • Il est important de noter qu'un pourcentage significatif de truies sevrant 0 porcelet sèvrent à nouveau 0 porcelet lors du cycle suivant (9,5%, contre 3,0% pour le reste des truies).

Tableau 2 : Performance dans le cycle suivant en fonction du nombre de porcelets sevrés, période de sevrage 20 juillet - 21 juin.

Sevrage 0 Sevrage > 0
Nº truies inséminées (nº) 5897 548152
Âge moyen (cycle) 3,0 3,4
Intervalle sevrage-1ère insémination (jours) 14,6 6,0
Retours (%) 14,3 8,4
Taux de mise bas (%) 73,0 84,5
Nés totaux (moyenne) 15,8 16,3
Nés vivants (moyenne) 14,1 14,6
Morts nés (moyenne) 1,4 1,3
Momifiés (moyenne) 0,4 0,4
Sevrés/truie (moyenne) 11,4 12,3
% sevrages à 0 9,5 3,0

Enfin, les causes pour lesquelles une truie doit finalement être sevrée sans porcelets sont très variées : d'une mort subite dans la case de mise bas, à diverses causes qui entraînent d'importantes difficultés en lactation, telles que des problèmes pathologiques, de graves problèmes d'aplombs, un mauvais contrôle de l'ambiance dans la case de mise bas (notamment des températures élevées) ou une mise bas dystocique dont la truie ne se remet pas correctement.

En résumé, nous pouvons affirmer que les truies qui ne parviennent pas à sevrer de porcelets en maternité constituent un problème croissant et difficile à résoudre, car les truies qu'on essaye de récupérer après un sevrage sans porcelets ont des performances nettement inférieures aux autres et une possibilité importante d'avoir à nouveau un échec en lactation. Logiquement, il s'agit d'une conclusion générale, que chaque producteur doit entériner ou non à l'aide des données de son élevage, afin de prendre des décisions fondées sur des données quant à leur maintien ou non dans l'exploitation. En outre, comme les chances de guérison varient en fonction de la cause et du niveau de gravité, la décision de garder les truies dans l'élevage doit également être fondée sur une évaluation individuelle.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
24-Déc-2022emeryirakoze23emeryirakoze23le problème chez nous pour d'obtenir 0 porcelet au sevrage est lié à la dysagalactie post-partum donc lié à la lactation
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés