L'heure attendue de la vérité

La série des répétitions successives du cours s'est terminée jeudi dernier avec une hausse modérée d'un centime et sept dixièmes. Cette hausse doit être interprétée comme le signe de la sortie. Le marché espagnol est toujours à la hausse en mai et cette année ne sera pas différente. La longue série de répétitions a servi à nos voisins de l'UE d'un rapprochement de leurs cours aux nôtres. L’échiquier semble prêt pour jouer une nouvelle partie, sans rancunes.

Lundi 2 Mai 2011 (il y a 7 ans 4 mois 24 jours)
J'aime

2 Mai 2011

L'heure attendue de la vérité

La série des répétitions successives du cours s'est terminée jeudi dernier avec une hausse modérée d'un centime et sept dixièmes. Cette hausse doit être interprétée comme le signe de la sortie. Le marché espagnol est toujours à la hausse en mai et cette année ne sera pas différente. La longue série de répétitions a servi à nos voisins de l'UE d'un rapprochement de leurs cours aux nôtres. L’échiquier semble prêt pour jouer une nouvelle partie, sans rancunes.

Le doute plane pour savoir jusqu'où ira le prix. Comme toujours, la limite sera marquée notre environnement proche, c’est-à-dire nos associés dans l'Union Européenne. Nous pensons qu’on peut miser sur un niveau autour (au-dessus) de 1,40 Euros.

Un mouvement brutal à la hausse serait souhaitable pour que le marché de la viande soit convaincu, d'un seul coup, qu'li faut augmenter les pièces. Ainsi, si on réévalue brusquement le porc, les possibilités de valoriser correctement les stocks existants en stockage privé augmentent.
Une série de hausses modestes fait courir le risque à l'abattoir de diminuer sa marge : l'industrie de la viande espagnole se montre très réticente à payer davantage et une hausse très prudente du bétail pourrait justifier une stagnation du cours de la viande.

Le moment est crucial : des viandes fraîches de France sont arrivées en quantités importantes (des côtelettes à désosser en Catalogne) et les exportateurs espagnols de viande vers la France souffrent énormément pour défendre leurs positions ...
L'exportation au-delà des frontières de l'UE fonctionne bien ou même très bien; la Chine, la Corée, la Russie... achètent sans complexes et les grands abattoirs espagnols vendent facilement leur production.
Les porcs sont légers, on rattrape les tueries de la semaine sainte, la “Grande Exportation” (en dehors de l'UE) fonctionne à fond, La hausse de mai est garantie et la marge des producteurs est promise à une amélioration très intéressante et nécessaire, qui pourrait se confirmer plus ultérieurement si les récoltes vont avec.

Nous voulons souligner l'importance que l'exportation a acquise pour le soutien du marché espagnol, très faible dans sa consommation interne.
Il faut profiter des bons moments puisque les mauvais se présentent sans prévenir et sans rendez-vous.

Le 2 Mai 2011


Guillem Burset

Articles

Commentaire économique du 5 Mai 201105-Mai-2011 il y a 7 ans 4 mois 21 jours
Avril : situation de compromis01-Avr-2011 il y a 7 ans 5 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags