Lire cet article dans:

Profils de consommation chez les truies allaitantes: plus importants qu'il ne semble

Les écarts du profil de consommation normal de la truie pendant la phase de lactation ont d'importantes implications productives.

Le développement des technologies intervenu ces dernières années a également été transféré dans le domaine de la production animale, notamment l'utilisation de connexions sans fil, d'appareils mobiles plus puissants ou de capteurs . La génération massive de données, ainsi que leur traitement plus facile et leur bonne utilisation, contribuent sans aucun doute à optimiser la production.

Dans ce cadre, on trouve l'utilisation de mangeoires électroniques qui permettent une meilleure compréhension des besoins de chaque truie en lactation en particulier, contribuant à améliorer ses performances. Cette alimentation précise permet à la truie d'atteindre le poids idéal pour la mise bas, réduit le temps consacré à l'alimentation et, surtout, permet une détection rapide des truies avec un profil d'ingestion déviant qui pourrait être indicatif d'une maladie.

Il y a plus de 30 ans, il a été décrit comment un apport nutritionnel insuffisant pendant la lactation se traduit par un poids plus faible des porcelets au sevrage (Brendemuhl et al., 1987), des intervalles sevrage-première insémination élevés (King, 1987) et une taille réduite de la portée dans la lactation suivante (Kirkwood et Thacker, 1988). Il y a également plus de 20 ans, Koketsu et al. (1996a) ont décrit une série de profils très distincts et répétitifs dans la consommation de truies pendant la lactation (figure 1).

Figure 1. Profils d'alimentation des truies allaitantes décrits par Koketsu et al (1996a). A) Augmentation rapide de la consommation; B) diminution significative; C) petite chute; D) faible consommation tout au long de la lactation; E) faible consommation la première semaine de lactation et augmentation constante le reste de la lactation; et F) augmentation progressive de la consommation.

Figure 1. Profils d'alimentation des truies allaitantes décrits par Koketsu et al (1996a). A) Augmentation rapide de la consommation; B) diminution significative; C) petite chute; D) faible consommation tout au long de la lactation; E) faible consommation la première semaine de lactation et augmentation constante le reste de la lactation; et F) augmentation progressive de la consommation.

La description de ces profils d'alimentation a permis d'expliquer, a posteriori, les effets négatifs sur les paramètres de reproduction et de production des truies allaitantes qui s'écartaient du profil idéal, ainsi que de catégoriser les animaux en fonction de leur comportement alimentaire en lactation. Koketsu et al. (1996b) ont observé que les truies avec une diminution significative de la consommation (figure 1B) et les truies avec une faible consommation tout au long de la lactation (figure 1D) présentaient des intervalles sevrage-première insémination et des intervallessevrage-fécondation plus longs que les autres profils, et qu'elles étaient éliminées vers l'abattoir en raison d'un un pourcentage plus élevé d' anœstrus. De plus, ces truies avec une diminution significative de la consommation avaient également un poids plus faible de la portée au sevrage.

Une alimentation de précision est désormais possible grâce à l'utilisation des mangeoires électroniques. L'enregistrement quotidien des données de consommation permet de détecter «en temps réel» le comportement anormal des truies en lactation et d'anticiper les problèmes de reproduction des truies. La figure 2 montre la consommation de truies allaitantes obtenue grâce à l'utilisation de mangeoires électroniques

Figure 2. Représentation graphique de la consommation de truies allaitantes obtenue grâce à l'utilisation de mangeoires électroniques. A) profil de consommation normal, B) diminution significative; et C) légère baisse de la consommation tout au long de la lactation. La zone verte montre l'apport idéal pour cette truie en particulier, la zone jaune est un avertissement que l'apport est réduit et la zone rouge représente une forte déviation par rapport au profil normal de consommation et un risque élevé de détérioration ultérieure de la reproduction. Source: GESTAL SOLO, JYGA Technologies.

Figure 2. Représentation graphique de la consommation de truies allaitantes obtenue grâce à l'utilisation de mangeoires électroniques. A) profil de consommation normal, B) diminution significative; et C) légère baisse de la consommation tout au long de la lactation. La zone verte montre l'apport idéal pour cette truie en particulier, la zone jaune est un avertissement que l'apport est réduit et la zone rouge représente une forte déviation par rapport au profil normal de consommation et un risque élevé de détérioration ultérieure de la reproduction. Source: GESTAL SOLO, JYGA Technologies.

L'utilisation de mangeoires électroniques dans les élevages commerciaux (image 1), en plus de détecter les comportements anormaux dans la consommation d'aliments, permet de savoir combien et comment chaque truie mange, évitant ainsi le gaspillage d'aliments. Dans des études récentes (données non publiées), nous avons pu montrer comment l'utilisation des mangeoires électroniques par rapport à l'alimentation conventionnelle se traduit par une ingestion élevée avec moins de gaspillage d'aliments pendant la lactation, ainsi qu'une diminution marquée des gaspillages de l'eau administrée lorsqu'ils s'agit de mangeoires bien conçues. De plus, des porcelets et des portées significativement plus lourds ont également été obtenus au sevrage et, par conséquent, le rapport entre le kilo d'aliment consommé par kilo de porcelet produit a également été considérablement amélioré. En revanche, les truies ayant un comportement alimentaire anormal avaient une incidence d'anœstrus plus élevée, conformément aux résultats obtenus par Koketsu et al. (1996).

Image 1. Mangeoires électroniques installées en maternité dans un élevage commercial

Image 1. Mangeoires électroniques installées en maternité dans un élevage commercial

Par conséquent, nous pouvons confirmer que les écarts par rapport au profil de consommation considéré comme normal pour la truie pendant la phase de lactation ont des implications productives importantes. La technologie actuelle nous permet de connaître ces écarts en temps réel, de sorte que l'impact reproductif ultérieur peut être prédit, en anticipant les problèmes potentiels et en améliorant la prise de décision concernant la performance productive de l'élevage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés