Marchés du porc vivant en Europe : Demande atone pour des offres en forte baisse

Des cours inchangés ou en légère hausse, offres faibles et températures caniculaires qui ralentissent la croissance des animaux.

Sous la pression du marché de la viande qui peine à répercuter les hausses du prix du porc, les marchés du porc vivant en Europe semblent marquer le pas avec pour l’essentiel, des cours inchangés ou en légère hausse à la fin de cette deuxième semaine de juillet. Pourtant les offres sont décrites très souvent faibles alors que les températures caniculaires actuelles ralentissent la croissance des animaux.

En Allemagne, la référence officielle est restée stable une fois de plus malgré un niveau d’offres plutôt bas. Mais le commerce reste insuffisant et les abattoirs réagissent à cette demande atone et aux baisses de tarifs dans les commerces alimentaires par une réduction d’activité mais également par des prix maisons puisque le plus grand abattoir allemand, Tönnies, a publié un prix 10 cents sous la référence officielle, de même que l’abattoir Vion. Chaque année dans le nord de l’Europe, durant les mois d’été, les départs à l’étranger des vacanciers ralentissent le commerce intérieur, phénomène aggravé cette année par la très forte inflation.

En Belgique, après la baisse de 1 centime du kilo vif la semaine précédente, le cours du porc est également resté inchangé. L’offre est momentanément plus importante car l’incertitude qui plane sur les marchés a poussé les éleveurs qui tendaient à retarder la sortie de leurs porcs, à précipiter leurs annonces. La demande sur le marché intérieur est calme, le commerce de carcasses vers la Pologne subit la pression des acheteurs. Les exportations de porcs vifs reprennent de la vigueur.

En Espagne, la situation de marché se répète chaque semaine avec toutefois des poids moyens dont la baisse est chaque semaine plus forte et un prix du kilo vif qui augmente chaque semaine mais de plus en plus lentement. Le fait est, que la viande ne manque pas malgré le niveau très bas des offres, car les abattoirs profitent pour vendre les volumes stockés, congelés à moindre coût en début d’année, de manière aussi à vider les congélateurs à l’approche de septembre. La saison touristique apporte son flux de vacanciers et anime la demande. A l’export, les ventes sont bonnes vers le Sud-Est asiatique. La Chine revient doucement aux achats. Le différentiel qui s’agrandit avec les autres cotations européennes constitue également un frein à une franche évolution du cours.

En Italie, la situation de marché n’est plus aussi positive et le commerce devient plus difficile. La semaine précédente, les abattoirs ne sont pas parvenus à transférer les hausses du prix du vif sur la viande et leurs marges sont à présent plus faibles. Le prix du vif a toutefois augmenté de l’ordre de 3 cents car le niveau des offres est très bas, les poids chutent lourdement sous l’effet des températures caniculaires. Sur le marché de la viande, grâce à une très bonne demande, le prix du jambon frais a augmenté.

Aux Etats-Unis, le prix du porc est nettement reparti à la hausse pour surpasser le niveau de l’année dernière à la même semaine. En juin, l'inflation au niveau des magasins était de 12,2 % supérieure à celle de l'année précédente, contre 7,7 % pour les aliments consommés hors du domicile. Pour ce même mois, l'inflation du prix du porc au détail a augmenté de 9 % par rapport à l'année précédente.

En Chine, après avoir progressé rapidement pour culminer à 23,92 CNY le 6 juillet, le cours moyen du porc stagne et s’affiche à 23,09 CNY le 15 juillet pour un équivalent de 3,42 euro.

MPB : + 0,4 cent dans la semaine

La progression du cours du porc observée depuis 3 semaines au MPB (+ 15,7 centimes) s’est interrompue la semaine du 14 juillet puisque les 4 journées d’activité permettent de réduire la tension à l’approvisionnement pour les abattoirs alors que les offres sont à un faible niveau. Au fil des 2 séances de vente, les groupements vendeurs ont tenté de s’opposer à la détermination des outils à reconduire le cours, en provoquant 1 253 invendus le lundi et 3 105 invendus le mercredi 13 juillet, en vain. Le prix du porc a repris 0,1 cent le lundi 11 juillet et 0,3 cent le mercredi et s’établit ainsi à 1,860 euro. Les abattages de cette semaine d’activité écourtée se sont élevés à 307 243 porcs, les poids moyens sont en baisse de 169 grammes à 93,79 kilos.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés