Lire cet article dans:

Modifications de la prescription d'antimicrobiens dans l'UE : questions et réponses (II)

La catégorisation actuelle des antibiotiques est-elle définitive ? Un vétérinaire peut-il avoir un problème quelconque si, avec un diagnostic et ses critères, il utilise un antibiotique du groupe B ? Quelles mesures l'administration va-t-elle prendre pour promouvoir une amélioration de la santé des porcs ?

Compte tenu des diverses initiatives visant à réduire l'utilisation d'antibiotiques mises en œuvre dans l'Union européenne (UE), nous essayons de répondre à certaines questions.

En élevage intensif, l'accent est mis sur le traitement et la prévention porte, dans de nombreux cas, sur une population et non un individu. Souvent, le vétérinaire part du principe que l’utilisation de l’antimicrobien aujourd’hui, chez les animaux de poids et d’âge inférieurs, empêche l’utilisation du médicament demain et en quantité bien plus importante, car les animaux auront un poids supérieur. Cette utilisation sera-t-elle interdite à l'avenir ?

La législation stipule clairement que les antibiotiques ne doivent pas être utilisés pour remplacer l’absence d’hygiène, de biosécurité ou une bonne conduite des animaux. Cette stratégie de traitement des «animaux du futur» n’a seulement aucune base scientifique, elle est aussi l’une des pratiques les plus dommageables pour favoriser le développement de la résistance. Les antibiotiques sont des outils thérapeutiques pour le traitement des maladies infectieuses.

Si nous traitons des animaux de "faible poids", nous ne traitons pas une maladie, mais nous assurons une bonne conduite. Ce dont nous avons besoin, c'est d'une bonne analyse des causes et d'une bonne conduite de ces animaux, ce qui évitera un traitement à l'avenir.

Le vétérinaire utilise de nombreux outils pour établir un diagnostic (observation clinique, autopsies, etc.) et, par conséquent, pour prescrire un traitement. L'utilisation d'antibiogrammes est-elle obligatoire ? Quand et dans quelles conditions un antibiogramme sera-t-il exigé ?

Le vétérinaire, en tant que professionnel, est capable de poser un premier diagnostic clinique et d’établir un traitement. Cependant, ce qui diffère à présent, c’est qu’il faut préserver certains groupes d’antibiotiques seulement pour la santé humaine et d’autres que, même si nous les partageons avec la santé humaine, nous devons utiliser très prudemment en raison de leur impact sur la santé publique. Ce sont des outils de "dernier recours" et nous avons besoin de données pour confirmer qu’ils sont notre seule possibilité. Pour ce faire, nous avons besoin d’un diagnostic et d’un profil de sensibilité lié au traitement confirmant l’adéquation / la nécessité de son utilisation. Dans certains cas, cela est déjà nécessaire (groupe B) car les informations sur le produit (RCP) incluent cette exigence comme nécessaire avant utilisation. D'autre part, la nouvelle législation est en cours d'élaboration, mais tout indique que cette exigence sera étendue avant l'utilisation de certains antibiotiques ou leur utilisation en prophylaxie / métaphylaxie.

L'un des thèmes ayant généré le plus de confusion au cours des derniers mois est la classification des antibiotiques en quatre catégories: A-interdits, B-restreints, C-précaution et D-prudence. S'agit-il d'une liste définitive à l'heure actuelle ou est-ce que celles qui sont encore proposées pour examen ? Quand son utilisation sera-t-elle obligatoire ? Aujourd'hui, un vétérinaire peut-il avoir des problèmes si, à l'aide d'un diagnostic et de ses critères, il utilise un antibiotique du groupe B ?

La catégorisation est une recommandation en cours de révision tenant compte des nombreux commentaires reçus. La version finale devrait être adoptée en janvier 2020. Une législation en cours d'élaboration identifiera les antimicrobiens qui seront réservés à l'usage humain et ceux qui seront réservés à l'usage vétérinaire sous certaines conditions.

Aujourd'hui, les informations sur les produits (RCP) des groupes inclus dans la catégorie B (quinolones, céphalosporines de 3e et 4e générations et colistine) incluent l'obligation de ne pas les utiliser en premier choix et que leur utilisation doit être basée sur l'identification du pathogène et sa sensibilité. Si cela n’est pas possible en raison de l’urgence du traitement, le traitement doit être basé sur des informations épidémiologiques et des connaissances sur la sensibilité au niveau de l'élevage ou au niveau local / régional. Par conséquent, disposer d'un diagnostic et d'un profil de sensibilité est une exigence obligatoire dans ces cas spécifiques et hautement recommandée pour les autres.

Si un antibiotique revêt une importance particulière chez l'homme, ne vaudrait-il pas mieux le retirer directement du marché ?

Les différentes décisions seront prises pas à pas et toujours basées sur une analyse de risque. Mais nous devons garder à l'esprit qu'en médecine vétérinaire, nous avons également besoin d'antibiotiques pour soigner les animaux, pour leur bien-être et pour la santé publique, en ayant l'obligation de veiller à ce que nous produisions des aliments sains. Il est évident que la communication obligatoire des prescriptions en vigueur depuis janvier fournira des informations utiles à l’administration sur l’utilisation réelle des antimicrobiens chez les animaux d'élevage et la possibilité de prendre des décisions en fonction de ce qui sera identifié.

La production intensive de porcs est une réalité. De nombreux élevages sont positifs pour un grand nombre de maladies. La situation est aggravée dans les zones à forte densité porcine. Inverser cette situation ne sera ni facile ni rapide. Comment rendre cela compatible avec une réduction de l'utilisation des antimicrobiens ? Quelles mesures l'administration va-t-elle prendre pour promouvoir une amélioration de la santé des porcs ?

En Espagne, un plan stratégique et d’action a été créé pour réduire le risque de sélection et de dissémination de la résistance aux antibiotiques. Parmi les avancées les plus remarquables dans le domaine de la santé animale, on peut citer "l’accord de réduction volontaire de la consommation de colistine dans le secteur de l’élevage porcin", dans lequel les 54 sociétés ayant souscrit ont réussi à réduire de 97% leur consommation de colistine de 2015 à 2018. Pour ce faire, le secteur porcin a déployé des efforts considérables pour améliorer sa production. Fondamentalement, le secteur porcin a travaillé sur l’amélioration de la nutrition, l'amélioration du plan de prévention des vaccins, les modifications de la conduite et, bien sûr, une grande amélioration de la biosécurité et de l’hygiène dans les élevages.

Les objectifs actuels sont de réduire la consommation totale d'antibiotiques, mais surtout de réduire la nécessité de les utiliser. En Espagne, dans le cadre du Plan national de lutte contre la résistance aux antibiotiques (PRAN), un groupe de travail sur la biosécurité et l'hygiène a été créé pour travailler directement avec les éleveurs, les transporteurs, les ouvriers agricoles, etc. afin d'améliorer la biosécurité et l'hygiène dans les élevages grâce, entre autres, à de la formation.

Il ne fait aucun doute que tout vise à obtenir un changement d’attitude qui nous amène à faire les choses différemment.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés