Lire cet article dans:

Ne donnez pas des ailes au virus de la PPA

Vous avez sûrement entendu dire que l'une des voies d'entrée possibles du virus de la peste porcine africaine est la nourriture contaminée, voici pourquoi c'est si risqué.

14 Octobre 2022

Parmi les éléments qui ont conduit à un risque accru d'entrée de maladies transmises par le porc, nous trouvons :

  • La mondialisation : Il y a un grand nombre de mouvements de biens et de personnes. Nombre de ces personnes déplacent des produits carnés d'une région à l'autre pour leur propre consommation ou leur vente, parfois à partir d'établissements non contrôlés, ce qui constitue un risque croissant pour la population animale.
  • Présence accrue de certaines maladies. Un exemple clair est la peste porcine africaine (PPA), qui s'est propagée de manière imparable dans différents pays. Cela augmente la probabilité que de la viande provenant d'animaux infectés par ce virus entre dans la chaîne de consommation.
  • Présence accrue de sangliers. Les populations de sangliers et de porcs sauvages ont augmenté de manière significative dans de nombreuses régions. De plus, ils ont souvent pris l'habitude de venir dans des endroits où ils peuvent accéder à des restes de nourriture humaine (poubelles, aires d'autoroute, etc.).

Propagation mondiale de la PPA

Il y a plusieurs acteurs dans la propagation mondiale de la PPA. La maladie évolue en fonction de la façon dont le virus se propage dans la population de sangliers. Dans cet article, nous vous avons déjà dit qu'en Pologne, il a été estimé que, dans des conditions normales, la peste porcine africaine se propage parmi les sangliers à un rythme de 3-5 km/mois. Ainsi, lorsque nous voyons une épidémie à plus de 250 km des régions précédemment touchées, elle est attribuée à l'activité humaine. Nous avons plusieurs cas de "saut" de plus de 250 km à partir de zones précédemment infectées par la PPA, comme les cas récents d'arrivée de la PPA en République Dominicaine, en Italie, en Belgique et dans la région de Basse-Saxe en Allemagne.

Au sein de ces "sauts" du virus, la transmission due à l'ingestion de restes de viande de porc infectés joue un rôle important, bien qu'il soit très difficile de le prouver ou de le quantifier.

Viande de porc et PPA

En l'absence de compensation financière, les éleveurs sont soupçonnés de vendre leurs animaux ou leurs produits pour réduire leurs pertes économiques avant que la maladie ne soit confirmée (FAO, 2013). Dans ces cas, les porcs infectés par la peste porcine africaine sont abattus et entrent dans la chaîne de consommation.

Le rôle que l'ingestion de viande de porc infectée par le virus de la peste porcine africaine a joué dans la propagation de la maladie chez les porcs et les sangliers est connu depuis longtemps, un exemple classique étant l'entrée de la peste porcine africaine dans la péninsule ibérique en 1957 par l'alimentation de porcs avec des restes de la restauration d'un avion africain, comme nous l'a rappelé JM Sánchez-Vizcaíno dans cet article.

Le virus de la peste porcine africaine peut rester viable dans la viande et les sous-produits de viande pendant de longues périodes, ce qui facilite la propagation de la maladie par l'ingestion de viande provenant d'animaux infectés.

Figure 1 : survie du virus de la peste porcine africaine dans différents produits carnés. Les virus peuvent survivre longtemps dans les tissus ou les organes, mais les températures élevées favorisent leur élimination. Liu et al. 2021

Figure 1 : survie du virus de la peste porcine africaine dans différents produits carnés. Les virus peuvent survivre longtemps dans les tissus ou les organes, mais les températures élevées favorisent leur élimination. Liu et al. 2021

Devons-nous nous préoccuper uniquement de la PPA ?

En raison de sa propagation, le risque d'introduction de la peste porcine africaine est très réel, mais nous ne pouvons pas oublier que d'autres maladies ayant des implications économiques et sanitaires très graves sont également transmises par l'accès des porcs/verrats à de la viande infectée.

Figure 2 : survie du virus de la peste porcine classique et du virus de la fièvre aphteuse dans différents produits carnés. 
Figure 2 : survie du virus de la peste porcine classique et du virus de la fièvre aphteuse dans différents produits carnés. 

L'épidémie de fièvre aphteuse de 2001 au Royaume-Uni a entraîné l'abattage de plus de 6 millions de porcs, de bovins et d'ovins, générant d'innombrables pertes économiques directes et indirectes. L'origine de l'épidémie a été retracée dans un élevage qui nourrissait des porcs avec des restes de nourriture humaine sans traitement approprié.

En empêchant les porcs et les sangliers d'accéder aux produits carnés, nous nous protégerons de toutes ces maladies qui restent viables dans ce type de matériau.

Mesures de prévention

L'introduction de toute sorte de viande de porc dans les zones où les porcs sont logés doit être strictement interdite. Il est particulièrement important d'informer les travailleurs étrangers ou les transporteurs provenant de pays où des maladies telles que la peste porcine africaine, qui se transmettent par la viande de porc, ont été détectées.

Les élevages doivent disposer d'une zone désignée pour que les employés puissent manger. Les déchets dans cette zone doivent être éliminés sans qu'aucun animal n'y ait accès.

Il est strictement interdit de manger en dehors de la zone désignée.

Il est important que des campagnes, telles que celle de l'OIE, soient générées sur l'importance de:

  • Ne pas introduire de produits carnés en provenance d'autres pays.
  • Ne pas nourrir les animaux sauvages
  • Empêcher les porcs domestiques et sauvages d'accéder aux déchets alimentaires humains.

Éditorial 333.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter